Ce que Thierry, prof de marketing Internet, a appris avec Blogueur Pro

par Olivier Roland

Une fois que vous avez vu la vidéo cliquez ici pour rejoindre gratuitement des milliers d’entrepreneurs passionés de développement personnel en vous abonnant à la chaîne Youtube !

Les ressources :

 

Transcription texte (littérale) :

Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier Roland. Je suis avec Thierry Crignon, un prof de webmarketing et aussi le blogueur de Nabis Magazine qui est un blog sur l’art d’apprendre la peinture.

Thierry s’est inscrit à la formation Blogueur Pro alors qu’il était déjà prof de webmarketing. Il a des choses intéressantes à partager sur ce que Blogueur Pro lui a apporté en webmarketing.

Salut Thierry.

Thierry Crignon : Bonjour Olivier, bonjour à tous.

Il y a 7 ans, j’ai appris aux États-Unis et au Canada, puisque j’étais à cheval sur les deux pays, toutes les techniques du webmarketing américain et canadien.

J’ai appris les techniques pour bien mettre en ligne un site e-commerce, un site vitrine. Mais ce que ça m’a apporté pour moi, professionnel, c’est que la notion de blogueur professionnel est totalement différente de la notion d’un site vitrine, d’un site e-commerce.

Tout au long de cette formation, j’ai appris beaucoup de choses malgré ce que j’avais pu apprendre auparavant. Une des trucs et astuces que tu nous conseilles : « écrire des articles non pas pour vous, mais pour vos lecteurs » était une des choses les plus fondamentales.

Quand on fait du e-commerce, on croit avoir un produit qui va intéresser les gens et on essaie de pousser. Alors que ce que tu nous conseilles, c’est plutôt d’essayer de savoir ce qui intéresse les lecteurs et de créer un produit ou un article en fonction de ce qui peut les intéresser, eux.

Olivier Roland : Tu partageais aussi que le fait que tu sois un professionnel en webmarketing au début t’a fait un peu hésiter à t’inscrire.

Thierry Crignon : Effectivement. Avant de m’inscrire, j’ai mis du temps. C’est-à-dire que tu as fait un premier lancement avant que je ne m’inscrive à celui-là, et je ne me suis pas inscrit en me disant : qu’est-ce que Olivier va m’apporter ? Après tout, je connais tout. Je connais bien le référencement naturel, je connais bien les sites Internet, je connais la codification Html, PHP et la base MySQL. Je connais tout ça. Qu’est-ce qu’il pouvait m’apporter ?

Entre les deux formations, j’ai mis six mois à réfléchir. Et au bout de six mois, je me suis dit : ton blog ne monte pas, ton blog ne fonctionne pas autant que tu veux. J’ai regardé ton lancement. Et là, tu m’as convaincu de m’inscrire.

C’est quelque chose que je ne regrette pas puisque j’ai appris beaucoup de choses. Ça m’a été extrêmement utile. Et je pense que si j’ai pu faire le lancement aujourd’hui que j’ai fait cette année, c’était simplement grâce à la formation et grâce à ce que tu m’as appris parce qu’autrement, j’aurais fait toutes les bêtises qu’on fait et qu’on apprend d’ailleurs dans le webmarketing. C’est-à-dire j’aurai fait un lancement traditionnel, j’aurais mis un produit en ligne, je n’aurai pas fait un lancement orchestré. Et il y a plein de choses que je ne connaissais pas. Même si j’en avais entendu parler, je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants.

Olivier Roland : Oui, parce qu’on a fait une interview récemment et tu partageais que tu avais fait un lancement de 22 000 euros avec un produit sur l’art de mélanger les couleurs en peinture. C’est vraiment un très beau résultat, et puis ce n’est que le début.

Tu es prof dans quelle école déjà ?

Thierry Crignon : Je suis professeur dans une école de commerce à Lyon et à Chambery. C’est ECORIS, une école de commerce où j’enseigne le webmarketing et les réseaux sociaux.

Olivier Roland : Est-ce que tu transmets un peu à tes élèves des éléments que tu as appris dans Blogueur Pro ?

Thierry Crignon : Oui. Un petit peu. Il y a une chose que tu m’as appris et que je les pousse beaucoup depuis que j’ai fait ta formation, c’est-à-dire j’essaie de pousser mes élèves vers ce qu’ils ont envie.

Ce qui est embêtant quand tu enseignes, c’est que tu t’aperçois que les gens viennent en cours et des fois, tu te demandes ce qu’ils viennent faire. Et j’essaie de pousser les gens vers leurs envies.

D’ailleurs l’année dernière, j’ai reçu un coup de fil d’une de mes élèves qui m’a dit : Thierry, vous m’avez enseigné de faire ce que j’ai envie, j’avais envie d’aller en Australie. Je vous appelle de l’Australie, je suis à Sydney, et je viens de prendre un travail de marketing là-bas.

C’est ça aussi vivre pleinement sa vie, c’est ce que je leur enseigne.

Je ne leur enseigne pas tout ce que tu m’as appris parce qu’après tout, ils ont juste à faire partie de la formation. Mais ce que je leur enseigne surtout, c’est bien comprendre le web, bien comprendre les attentes des internautes, et essayer de vivre pleinement leurs vies plutôt que d’essayer de rentrer absolument dans un carcan, celui de la société.

Olivier Roland : Ça me fait plaisir de savoir que tu transmets un petit peu ce que j’enseigne à d’autres. Moi, j’imagine toujours ce que je fais comme étant une sorte de caillou dans un lac qui va créer des ondes comme ça, parce que j’aide des gens concrètement à aider d’autres personnes. Et là, on a un très bon exemple. Ça me fait très plaisir.

Est-ce que tu peux partager le top trois des choses que tu as appris en tant que professionnel du webmarketing dans Blogueur Pro sur le webmarketing ?

Thierry Crignon : Sur le webmarketing, en tant que blogueur pro, ce que j’ai appris dans un premier temps, c’est l’organisation c’est-à-dire ne pas perdre de temps. Aujourd’hui, une chose que tu m’enseignes, c’est de ne pas perdre du temps au téléphone, sur les réseaux sociaux, etc.

Ça veut dire que même aujourd’hui en tant que professionnel par exemple, parce que j’avais des Offices du tourisme, j’avais des hôtels qui m’appelaient. Au moment de la formation, je passais en moyenne 7 heures au téléphone avec les gens.

Et à partir du moment où tu nous expliques dans la formation La semaine de quatre heures, j’ai prévenu l’ensemble de mes clients que je ne regardais mes mails que deux fois par jour et que je ne répondais pas au téléphone, etc. Et je peux te dire que l’ensemble de mes clients ont tous accepté ça sans problème.

Olivier Roland : C’est quelque chose qu’on n’imagine pas avant et le faire finalement.

Thierry Crignon : En réalité, ça se passe beaucoup mieux. En plus, je leur dis : si vous laissez un message sur le téléphone, ce n’est pas la peine de me laisser 15 minutes de texte. Vous me dites tout simplement, rappelez-moi à tel numéro.

Ça fonctionne merveilleusement. Je peux te dire que j’ai gagné énormément de temps grâce à ça.

Ça veut dire que je ne vais pratiquement pas, malgré que je les enseigne, sur les réseaux sociaux. J’ai tout automatisé parce que ça fait perdre beaucoup de temps. Je ne regarde pas mes mails que deux fois par jour parce que comme je suis un professionnel, j’ai besoin quand même de le regarder deux fois par jour : une fois à midi et une fois à 18 heures.

Mes clients savent que je ne répondrais pas parce qu’au départ, ils étaient persuadés, ils attendaient que je leur réponde. Et certains, après m’avoir envoyé un mail, m’appelaient tout de suite derrière en disant : mais tu ne m’as pas répondu. Je leur dis non. Je leur explique ce que tu nous as appris, c’est qu’effectivement, je ne réponds pas.

C’est vrai que je suis capable d’écrire un article en moins de 45 minutes. Je coupe mon téléphone, je coupe tout, même Internet et je me concentre sur mon article. Et en 45 minutes généralement, j’arrive à faire un article jusqu’à 1000 mots.

Olivier Roland : Ça t’a aidé à t’organiser mieux.

Thierry Crignon : Ça m’a aidé à m’organiser et surtout, ça m’a aidé à voir que je perdais du temps inutilement. Ça ne sert strictement à rien.

Olivier Roland : Est-ce que tu as encore d’autres choses à partager ?

Thierry Crignon : Autre chose, la vision du web, c’est de poser les questions aux internautes pour savoir ce qu’ils attendent, plutôt que d’essayer de leur proposer de force un produit. C’est la seconde chose qui m’a vraiment été utile. Parce que quand tu sors un livre que tu as passé presque deux ans de recherche sur ce livre et que tu en vends à peine 50 exemplaires, je peux te dire que c’est vraiment une claque. Ça fait extrêmement mal. C’est quelque chose que j’ai apprise de la formation.

Le livre quand je l’ai sorti, j’ai utilisé la technique que j’avais apprise aux Etats-Unis. La deuxième formation, la formation « Sublimez vos couleurs » est sortie et elle a eu un succès parce que j’ai écouté ce que tu m’avais dit, que j’avais questionné mes lecteurs, que je les ai fait participer au processus de création. Ça a été une grande partie du succès. C’est vraiment la deuxième grande chose que je mettrai en avant.

Olivier Roland : Effectivement, c’est une erreur de beaucoup d’entrepreneurs, même des entrepreneurs chevronnés et des experts dans leurs domaines que de créer le produit dont ils ont envie plutôt que de créer le produit dont veulent leurs audiences, leurs prospects. Et souvent, on est aveuglé comme ça par notre expérience et notre propre connaissance du terrain.

Le problème, c’est que l’on a un peu l’aveuglement de l’expert, c’est-à-dire qu’on est intéressé par des choses qui n’intéressent pas la plupart des gens qui n’ont pas notre niveau d’expertise. Et le fait de faire un sondage évite de passer des mois, voire des années à créer un produit qui est fondamentalement notre chef-d’œuvre à nous, mais dont tout le monde s’en fout complètement.

Thierry Crignon : C’est le cas de mon premier grand livre.

Olivier Roland : Là au moins, tu as créé une œuvre d’art.

Et puis, c’est dommage de ne pas pouvoir toucher les gens avec ça. C’est toujours le grand dilemme des artistes parce que souvent, ils ont des aspirations spécifiques sur leurs manières de créer des œuvres, mais il faut aussi qu’ils rencontrent un public. Pas tous, mais beaucoup veulent aussi rencontrer un public pour communiquer quelque chose. Il faut trouver le mix entre notre approche personnelle, ce qui nous intéresse nous, et ce qui intéresse les gens.

Thierry Crignon : C’est tout à fait ça. Par contre, le fait d’avoir créé ce livre « Sublimez vos couleurs » et cette formation vidéo, c’est tout aussi passionnant. En réalité, ça s’est fait tout seul quelque part. Simplement, j’ai répondu à une question que plutôt que d’essayer de leur forcer la main avec un produit qu’ils ne veulent pas. Ça, c’est vraiment la seconde chose que je pourrais conseiller.

Olivier Roland : Est-ce que tu aurais une troisième chose à partager que tu as apprise ?

Thierry Crignon : Il y a une troisième chose. Il y a les outils que tu nous conseilles que je ne connaissais pas, l’ensemble des plugins et autres que tu conseilles. Mais il y a plein d’outils que je n’utilisais pas que tu donnes dans la formation qu’on peut télécharger et qui sont extrêmement utiles.

Aujourd’hui, il y en a peut-être d’autres que j’ai modifiés parce qu’en tant qu’enseignant en webmarketing, j’ai appris d’autres choses. Mais en règle générale, actuellement, 80% des plugins que j’ai rajoutés suite à ma formation sont encore sur mon blog et me sont extrêmement utiles.

Olivier Roland : Est-ce que tu connaissais les autorépondeurs avant ?

Thierry Crignon : J’en connaissais un. Je ne connaissais pas AWeber, je ne connaissais pas Mailship.

Olivier Roland : Mais tu connaissais déjà le pouvoir de la mailing list ?

Thierry Crignon : Ça, c’est quelque chose qu’on m’a appris depuis tout le temps.

Quand je suis arrivé dans la formation, j’avais déjà 15000 adresses mail qui me suivaient, que je n’ai pas pu intégrer à AWeber parce que j’utilise AWeber. J’ai essayé Mailship, mais ça ne m’intéresse pas. SG Autorépondeur ne m’intéresse pas non plus. Donc, malgré son prix, je suis resté sur AWeber. C’est vrai que je connaissais par contre auparavant le succès.

Je sais d’ailleurs de par mon métier qu’aujourd’hui, il n’y a que le mail qui fait vendre. On peut avoir le plus beau site, même un site e-commerce, il ne peut fonctionner que s’ils avaient une liste d’emails.

Olivier Roland : Merci Thierry d’avoir partagé tout ça. Pour conclure, est-ce que tu conseillerais cette formation aux gens qui sont des spécialistes de marketing ?

Thierry Crignon : Oui, complètement, pour ceux qui veulent bloguer. Mais même pas qu’à ça. C’est-à-dire qu’avec mon recul et ma vision de toutes les alertes que je mets, les veilles informatiques que je mets dans ma profession d’enseignant en webmarketing, je m’aperçois qu’aujourd’hui ceux qui suivent la formation de blogueur, peuvent grâce à leurs blogs, arriver à rentabiliser leurs sites e-commerce. Ça veut dire qu’aujourd’hui, je suis persuadé que si un commerçant e-commerce suivait ta formation et la faisait pile-poil comme tu nous dis, je suis sûr qu’il pourrait vivre au mieux de son site e-commerce.

Olivier Roland : J’en suis persuadé. D’ailleurs, j’avais fait une présentation récemment à The Family pour partager à tous les startupers, les gens qui veulent créer des startups ou ceux qui en ont déjà une à quel point ils devraient faire le content marketing, c’est-à-dire le fait d’utiliser le contenu pour amener une audience et des prospects pourrait complètement changer leurs business model parce que je trouve qu’il y a trop peu d’entreprises que ce soit e-commerce, startup d’entreprise traditionnelle sur Internet qui utilisent justement ce pouvoir du contenu et de se créer vraiment une tribu de gens passionnés par ce qu’on partage. Ils sous-estiment, ils n’ont pas conscience du tout du pouvoir.

Et je pense que tu as tout à fait raison. Un blog peut amener énormément de choses à un site e-commerce : une tribu, une audience fidèle, une super source de trafic et aussi une crédibilité pour un site e-commerce, et une relation aussi avec son audience qui est incomparable avec ce qu’on trouve sur les sites e-commerce classiques.

Thierry Crignon : J’ai un exemple concret. J’avais un client qui m’avait appelé, qui avait une librairie e-commerce. Cette librairie ne fonctionnait quasiment pas, il n’avait pas de trafic, rien du tout. Et on a créé il y a un an un blog où il a parlé des livres, de sa passion des livres. Ce livre avait tout ce que tu m’as enseigné, c’est-à-dire un autorépondeur qui est AWeber aussi.

Maintenant, grâce à cette mailing list et tout ce qu’il a sur son blog, régulièrement, il déclenche une petite promo tous les mois sur toutes les nouveautés. Il envoie ça à sa mailing list et il a pu presque tripler son chiffre d’affaires grâce à ça.

Olivier Roland : C’est impressionnant.

Thierry Crignon : Non, mais on ne s’en rend pas compte. C’est-à-dire qu’aujourd’hui à part ce qui vous appelez Brandalley, Sarenza ou une autre grande marque, et vous avez un million à mettre chaque année dans la publicité, comment faire quand vous êtes une niche ?

Là, celui qui est un commerçant et qui suit une formation Blogueur Pro et qui crée un blog, ce blog peut être une interface, une passerelle vers ce site. Et je peux vous dire pour avoir mis en place que c’est quelque chose qui est extrêmement performant.

Olivier Roland : Merci beaucoup Thierry d’avoir partagé ça.

Thierry Crignon : Merci.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts
Showing 2 comments
  • gabrièle

    bonjour, connaissez-vous ceci « ubermarketing bling » d’Eric Nicolas et si oui qu’en pensez-vous.

  • Zarah

    Bonjour Olivier,

    Je suis dans la LRV. David m’a conseillé de travailler mon blogue. depuis plus d’un an j’ai un article par semaine et j’ajoute les vidéos depuis quelques mois. Je réalise qu’écrire 4 articles uniques (SEO) pour mon blogue et 3 articles uniques (viral) pour 3 autres blogues par mois est énorme. Mon objectif est d’amener le trafic des 3 autres blogues sur mon site, car je n’ai que 1000 visites actuellement. Alors je me disais, je focus juste sur ces 3 articles, mais une fois rendue sur mon blogue, je dois donner du contenu aussi…et c’est un cercle vicieux. Est-ce faisable écrire 7 articles de qualité ? En parallèle, j’ai deux aimants à prospects en ligne. Je travaille sur un plus focus actuellement sur le besoin car j’ai eu des feedbacks. Merci !

Leave a Comment

5_HEURES09-rencontre-blogueur-pro-2015-ambiance