Comment CHANGER de VIE RAPIDEMENT en DÉMÉNAGEANT à l’étranger

par Olivier Roland

Une fois que vous avez vu la vidéo cliquez ici pour rejoindre gratuitement des milliers d’entrepreneurs passionés de développement personnel en vous abonnant à la chaîne Youtube !

Ressources :

 

Transcription texte :

Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier Roland toujours en direct de Malte et je suis actuellement avec Roy Pallas. Salut Roy !

Roy : Salut Olivier, salut tout le monde !

Olivier Roland : Ça va ? Tu as la pêche ?

Roy : Nickel. Tu as vu le temps qu’on a ? Il faisait beau tout à l’heure, mais…

Olivier Roland : Là, ça va. Le soleil est caché par un petit nuage mais sinon, c’est sympa. On est quand même au mois de mars. En France, il fait un petit peu froid. Là, on n’est quand même pas trop mal. Et justement, je suis venu à Malte parce que j’avais 5 jours à tuer entre deux visites chez le dentiste, et aussi parce qu’il y a un de mes élèves, Maxence Rigottier, qui vit à Malte depuis un moment et qui m’en disait que du bien. Et quand je suis arrivé sur place, j’étais surpris de savoir que toi aussi, tu venais juste d’arriver pour vivre ici. Et aussi un autre de mes élèves Thiébaut Devergranne. Donc, je me suis dit : Mais c’est dingue quand même, j’ai trois de mes élèves qui viennent vivre à Malte. C’est vrai que vous avez été motivés par Maxence.

Alors, je voulais faire cette interview rapidement. Pour ceux qui ne connaissent pas Roy, c’est l’auteur du blog Le dessin, un des élèves de Blogueur Pro. Vous l’avez peut-être vu puisqu’il a paru dans pas mal de vidéos.

Roy : Quelques-unes qui font pas mal mon éloge. Je suis un peu gêné à chaque fois mais bon.

Olivier Roland : Quand Roy s’est s’inscrit à Blogueur Pro, il était au RSA car, comme beaucoup d’artistes, il ne gagnait pas très bien sa vie. Et là, tu m’as dit que l’année dernière, tu as fait un chiffre d’affaires de 27 000 euros avec ton blog, ce qui va te permettre de vivre très confortablement ici à Malte. Mais ce n’est pas le sujet de cette interview. Ce qui m’intéressait finalement dans ta démarche, c’est, qu’est-ce qui t’a poussé à déménager… parce que tu vivais à Toulouse depuis ton enfance.

Roy : Depuis huit ans en fait.

Olivier Roland : Ça fait huit ans que tu vis à Toulouse. Et là très rapidement, tu t’es décidé à partir à Malte. Et je me suis dit : il y a tellement de gens comme ça qui veulent changer de vie, qui veulent changer un aspect fondamental de leur vie comme notamment leur emplacement géographique et qui attendent pendant des années. Qu’est-ce qui a fait que toi, tu as décidé ? Hop, tu es parti comme ça ?

Roy : En fait, ce qui m’a fait bouger de Toulouse, c’est que déjà, j’y habitais depuis huit ans et j’avais besoin de renouveau. Un petit peu comme quand on a envie d’aérer son appartement, j’avais envie de changer de lieu, de changer les personnes que je côtoyais. J’ai des amis quand même qui sont restés sur Toulouse et que j’ai plaisir à revoir. Mais je voulais d’un milieu différent pour être beaucoup plus créatif, pour m’aérer.

Je voulais vraiment changer de vie. Et le truc, c’est que même si le départ avait été un peu brutal, c’est-à-dire que j’ai averti mes proches deux mois avant que j’allais partir à Malte, ça a été pensé depuis un petit moment. Et ce qui a commencé à faire que j’allais vers cet objectif-là, c’est que progressivement, chaque jour, je donnais des affaires qui m’appartenaient.

Je donnais à une association qui était près de chez moi. Je leur donnais un paquet de livres, des vêtements, des choses dont je n’avais pas grand besoin et dont je ne m’étais pas servi depuis des années. Et progressivement, je me suis retrouvé à la fin avec que le minimum vital.

Et à partir de ce moment-là, je me suis dit : Ok, il reste un mois avant ma date de départ. Et là, c’est le rush. J’ai appelé l’association Emmaüs. Il y avait d’autres associations à qui j’avais donné mes affaires. J’ai vendu des affaires sur Ebay, j’ai averti ma propriétaire.

Et à partir de ce moment-là, il y a eu à la fin le complet rush. Tout s’est vidé d’un coup. Et là, on n’a même plus le temps de penser à qu’est-ce qu’on va devenir, on est dans le moment présent en train de gérer toutes ces priorités qui sont en train de changer, tous ces changements.

C’est dans cet état d’esprit là que j’ai fait mon déménagement.

Olivier Roland : Ok. C’est très intéressant ce que tu me dis là parce que le fait est que moi aussi, j’ai décidé de partir de France là aujourd’hui. Cela fait déjà plusieurs mois que j’y pense très fortement et ça fait plusieurs mois que j’ai commencé à donner les objets qui sont chez moi.

Je n’ai pas beaucoup de possessions mais ça va m’alléger quand je vais déménager. Et c’est intéressant, déjà tu as eu cette préparation mentale de dire : Ok, je commence déjà à planifier mon truc. Mais tu savais que tu voulais partir à Malte ou tu savais juste que tu voulais partir ?

Roy : Alors moi, je savais que je voulais partir. Et la destination de Malte, ce n’était pas quelque chose qui m’est venu comme ça.

Je savais juste que j’avais besoin d’air frais, j’avais besoin de côtoyer de nouvelles personnes, d’être un peu dépaysé et si possible, d’être près de la mer. Il s’est avéré que comme le disait Olivier, Max était à Malte. J’avais fait un petit séjour ici, ça m’avait beaucoup plu et je me suis dit : pourquoi pas Malte ?

Et il s’est avéré en plus que là, il y avait une occasion qui m’a été offerte. C’était que Maxence, en ce moment, il est en train de faire son tour d’Asie et il m’a laissé son appartement pendant un mois à moi tout seul. Du coup, il me le laisse pour me donner du temps pour m’installer.

Et en fait, quand j’ai eu cette proposition de Max de me laisser son appartement, toutes les choses commencent à concorder. Je commence à avoir une idée plus précise de mon objectif, c’est-à-dire que je voulais partir. Au départ, c’était vague. Je voulais juste partir.

Là, je sais que je vais aller à Malte. D’un seul coup, Max quitte son appart. Ça tombe très bien pour moi. Et on dirait que les choses s’enchaînent un peu normalement. Tout devient plus carré.

Donc, c’est un conseil que je peux vous donner. Au départ, ce n’est pas grave d’avoir un désir qui est vague. Plus vous avancez, plus vous allez préciser votre objectif, et vous allez donner forme à votre but et tout va s’imbriquer naturellement.

Olivier Roland : Ok. Donc ce que tu es en train de nous dire, c’est qu’à un moment, tu pars d’un désir. Et puis après, il faut expérimenter un petit peu, il faut explorer.

Là tu avais été à Malte, c’était une destination que tu avais apprécié. Il y a beaucoup de gens finalement qui ont envie de bouger. Ils ne savent pas trop où aller mais ils ne bougent jamais de chez eux.

Alors du coup, ils ne peuvent pas avoir de coup de cœur, ils ne peuvent pas avoir de zones comme ça précises où aller. Mais en tout cas, c’est intéressant. Et à partir du moment où tu t’es dit je vais à Malte, tu as été très rapide. Entre le moment où tu as pris ta décision et le moment où tu es arrivé ici, il s’est passé combien de temps ?

Roy : Fin décembre, j’ai pris ma décision et je suis arrivé ici le 28 février. Donc, c’est en deux mois à peine que tout ça s’est goupillé et que c’est devenu réel. Au départ, c’était juste comme je le disais un désir un peu vague. Mais une fois que tout est bien clair dans notre tête, changer de lieu de vie, de cadre, ça prend finalement pas beaucoup de temps.

Même virer toutes ses affaires, ça ne prend pas trop de temps.

Olivier Roland : Ok. Et donc là, ça fait une semaine que tu es arrivé. Ça va ? Comment tu te sens ?

Roy : Je me sens bien. Là, je découvre des coins que je n’avais pas eu le temps de visiter avec Maxence et les autres blogueurs. Je fais mon petit tour, ma petite promenade sur l’île et je prends le temps de dessiner, de faire ce que j’aime. Je rencontre des gens qui ne sont pas tous des Français, et ça me fait sentir très léger.

Olivier Roland : Est-ce que tu as des risques dans le fait d’être ici ? Est-ce que tu as tout assuré à 100% ?

Roy : C’est une bonne question. Est-ce que j’ai tout assuré à 100% ? Et bien, non. Ça, c’est un de mes petits défauts. C’est que je ne suis pas quelqu’un qui va planifier tous les détails d’un périple, d’un voyage. Je vais faire l’essentiel. Par exemple, je vais avoir un pied à terre, je vais avoir un minimum de budget. Mais après, le reste, je ne vais pas passer mon temps à planifier tous les détails parce que je sais qu’il y aura des imprévus. Et pour moi – ça, c’est un peu ma philosophie du truc – c’est que, il vaut mieux apprendre à gérer les imprévus au moment où ils arrivent plutôt que d’essayer de tout planifier, d’avoir un planning parfait parce que de toute façon, il y aura des choses qui vont arriver, des accidents ; et ce planning, vous allez dans beaucoup de cas devoir le mettre à la poubelle. Donc, je préfère apprendre à gérer les choses quand elles viennent et m’assurer vraiment le strict minimum, le strict vital pour que ça se passe bien.

Olivier Roland : Ok. Ecoute Roy, merci pour cet aperçu un petit peu de ce qu’il faut pour décider de changer de vie radicalement. Là, tu passes de Toulouse à une petite île au milieu de la Méditerranée quand même, ce n’est pas un petit changement. Il y a pire, mais il y a aussi des choses plus confortables que ça. Donc, bravo. Et en plus, tu me disais aussi que tu commences à peine à parler bien anglais. Ça, c’est aussi se jeter à l’eau.

Roy : Oui. Complètement. Là, c’est pareil. Pour l’anglais, c’est la même chose. Je connais les bases et après, ce n’est pas quelque chose qui me fait peur en fait. Il y a toujours un moyen. Après, c’est vrai que je dessine, je peux faire des petits croquis, je peux montrer des cartes. Enfin, il y a toujours un moyen de se débrouiller. C’est ce que je veux dire. Même si on n’est pas bon en anglais, en faisant des gestes, en dessinant quelques petits dessins, on bricole et finalement, on arrive à atteindre ce qu’on veut. On peut aller à la Valette tranquillement en demandant aux gens quelle ligne de bus prendre même si on ne parle pas bien anglais.

Olivier Roland : Alors est-ce que tu peux nous faire le geste pour demander un mojito ? C’est quoi ça ?

Roy : C’est le palmier dans le verre.

Olivier Roland : Voilà, il suffit d’être créatif. Et de toute façon, vous pouvez être sûr de communiquer. En tout cas, je pense que vous avez compris. Il y a un moment, si vous avez un rêve, un désir comme ça, il faut explorer un petit peu. N’hésitez pas à en parler avec des amis. Peut-être que vous allez avoir des opportunités comme là, Roy, il y a Max qui lui a proposé de venir. Donc, voilà. Tout s’est goupillé. Et il y a un moment où il faut se jeter à l’eau parce que vous voyez, Roy, il a quand même exploré un peu. Il a choisi un lieu où il connaissait quelqu’un. Il a une certaine sécurité. Puis, il a un business qui marche bien, qui lui permet d’être n’importe où dans le monde. Mais aussi, tout n’est pas safe, tout n’est pas secure à 100%. Il ne parle pas bien anglais, il n’a pas tout prévu, il ne sait pas trop ce que ça va donner. Et là, ça fait une semaine que tu es là, tu n’as toujours pas trouvé un appart où tu vas vivre. Tu ne sais même pas où tu vas aller dans l’île. Donc, il y a un moment où il faut se jeter à l’eau, c’est important et puis y aller.

Ecoute, merci beaucoup Roy d’avoir partagé ça avec nous.

Roy : Merci à toi. Et puis, jetez-vous à l’eau !

Olivier Roland : Donc, si vous êtes intéressés par apprendre à dessiner, Roy a des supers vidéos et supers articles sur le blog Le dessin. Donc comme d’habitude aussi, vous pouvez recevoir gratuitement en complément mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » en cliquant sur la couverture qui apparaît là ou sur le lien qui apparaît ici. C’est ce bouquin qui a lancé Roy sur le chemin du blogging et puis après, il s’était inscrit à Blogueur Pro. Il a fait 27 000 euros de chiffre d’affaires l’année dernière, ce n’est pas mal. Je ne dis pas que vous allez faire ça forcément ; mais en tout cas, c’est ce qui a lancé Roy et de nombreux autres blogueurs professionnels. Donc, vous allez sur olivier-roland.tv/livre, vous laissez votre prénom et votre email et je vous envoie le livre immédiatement. C’est comme ça, c’est gratuit. Et puis comme d’habitude, j’ai besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez-la. Tu penses qu’ils vont aimer la vidéo ?

Roy : Oui, carrément quoi. Et puis, le coup du mojito, ils vont…

Olivier Roland : Oui, je pense oui. Et en complément, n’hésitez pas à aller voir cette autre vidéo. Merci d’avoir regardé cette vidéo. A demain pour la prochaine. Au revoir.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment demenager a letranger blog
Related Posts
Showing 10 comments
  • Olivier Charles

    Bonjour Olivier,

    Vidéo très inspirante pour tous ceux qui aspirent à vivre leurs rêves jusqu’au bout. La vie est une expèrience. Changer de lieu et de culture est un excellent moyen de s’ouvrir l’esprit. J’ai pour ma part quitter Bruxelles il y’a plus d’un an pour aller vivre sur la côte espagnole…sans regret. La période d’adaptation peut parfois être dificille mais on en sort grandi et fier d’avoir tenu bon.

    Merci pour cette vidéo et bonne continuation à Roy!

  • Franck

    Bonjour,
    D’après mon expérience de départ à l’étranger, c’est important de se motiver avec des arguments positifs (désir de nouveauté, de voyage, apprentissage d’une nouvelle langue…) , plutôt que ce motiver sur des arguments négatifs (j’aime pas mon pays, je ne veux plus payer d’impôts, les gens ici sont c…). Autrement, après 2 ans environ, la frustration qu’on avait vous rattrape très vite. J’ai rencontré d’incroyables frustrés.

    Ensuite, il faut visiter au moins une fois le pays où on aimerait s’installer et faire comme si on cherchais du travail !
    Parce que en vacances, tous les pays sont beaux. Y travailler c’est autre chose.

    Max a raison. Apprendre a se détacher matériellement, c’est préparer sa prochaine renaissance.

    Ensuite, c’est mieux de mover quand tu es seul sans enfants et quand tu est jeune.
    Sinon le détachement va être vraiment plus dur. Souvent le/la conjoint veut revenir, ou un des enfants, quand ils ont plus de 13 ans. Bonjour la frustration après.

    Ensuite, il faut se trouver un plan B, en cas de retour, et se dire que ce n’est pas un échec, mais une expérience. Les voyages forment la jeunesse !

    Enfin, en parler a ceux qui ne vont pas nous décourager, va nous motiver, vis a vis d’eux qui s’attendent qu’on parte.
    « Alors quand est-ce que tu parts ?  »

    Et puis, il faut quand même ce mettre des dsoin réalistes dans son calendrier, même si on doit les dépasser…

    Franck.

  • Romaric

    Bonjour Olivier et Roy,

    Merci pour cette vidéo qui montre qu’il ne faut pas gagner des millions pour pouvoir s’installer ou l’on veut quand on veut quand on blog.

    Un ordinateur et une connexion internet et c’est parti !

    Je me suis déjà installer dans d’autres régions de France (mais pas à l’étranger) en ayant cette liberté d’entreprendre et c’est un sacré plaisir !

    A Bientôt

    Romaric

  • Nicolas

    Bonjour,

    Témoignage passionnant. Comme quoi il ne faut pas gagner des millions pour prendre sa vie en main et voyager. Personnellement, la question que je me poserais, c’est : Quelle destination ?

    Cordialement,

    Nicolas

  • landry

    Salut Olivier,
    Au travers cette article, je me souviens d’une époque de ma vie où j’étais dans un environnement où tout n’allait vraiment pas comme je voulais. Sincèrement il m’a fallu changer de ville pour enfin voir ma vie changer positivement. Un chose certaine aussi c’est qu’il ne faut jamais négliger les idées qui nous viennent spontanément…

  • Jérémy

    Merci pour ce témoignage ! Il est excellent, surtout qu’aujourd’hui plus de la moitié des jeunes veulent partir à l’étranger. A mes yeux, l’Asie est une destination de choix car c’est là bas que tout se passe. De plus le dépaysement y est total !

  • Roger

    bonjour olivier!
    très bonne vidéo, elle est inspirante et motivante. Surtout elle permet au débutant comme nous de rêver et de nous lancer dans l’entrepreneuriat sur le net sans avoir peur.Cette vidéo à un double intérêt pour moi.
    1/Elle me permets de me surpasser parce que quand j’entends des interviews du genre où on peu se sentir à l’aise et voyager au travers le monde sans même se soucier des dépenses parce qu’on à une entreprise qui travaille pour soi et génère de l’argent de façon automatisée. Pourquoi? Parce que tout simplement dès le départ on tout simplement travaillé intelligemment. Et pour ça mille fois merci de me doper le moral en tant que modèle de réussite.
    2/On peut réussir dans sa vie si on prend enfin la bonne décision et à temps.
    pour terminer je m’en vais te laisser un petit témoignage sur toi.Avant de me lancer dans le web-entrepreneuriat, j’ai dû visualiser toutes tes vidéos depuis les vidéos de comment blogger et devenir un pro jusqu’aux vidéos actuelles et je pus te garanties que tu me sidère surtout à cause de la pertinence et de la qualité de tes message ou articles. C’est pourquoi depuis lors je te suivais à chaque fois à la trace comme si j’étais ton ombre.Bon! c’est ça la vie d’un entrepreneur qui se veux diablement réussir. Il doit savoir marcher sur les traces de ses aînés.
    Merci une fois encore de me galvaniser
    Très amicalement
    Roger!

  • Anonyme

    Pour l’instant mon choix d’expatriation ce porte sur les Etats unis, plus précisément San Francisco. Mais je commencerai par des pays plus facile financièrement pour développer mes activités en ligne.

  • Alain

    Il ne faut pas hésiter à sauter le pas. C’est un mal pour un bien. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire… Il faut une période d’adaptation puis cela ne peut être que bénéfique à l’avenir. Le plus important est de ne pas avoir de regrets…

  • Chris M

    Beau témoignage ! J’ai moi-même sauté le pas dans ma jeunesse en m’installant temporairement aux Etats-Unis et cela a été un tournant dans ma carrière. C’est bien souvent la meilleure décision à prendre !

Leave a Comment

14 Shares
Cécile