Comment devenir numéro 1 de votre marché – entretien avec Andrei Parabellum

par Olivier Roland

Andrei Parabellum est un entrepreneur russe que j’ai rencontré il y a environ un an et qui m’a impressionné par son intelligence et son sens de la stratégie.

Il m’a invité il y a quelques mois à Moscou pour faire une présentation devant environ 900 personnes sur l’art de vendre avec des webinars (la vidéo est en préparation, je vous l’offrirai dès qu’elle sera prête ! 😉 ), et j’ai été impressionné par cet évènement qu’il a organisé.

Il est un peu le “roi” de l’entreprenariat sur Internet en Russie, et c’est pour cela que j’ai voulu l’interviewer sur un sujet passionnant : comment devenir numéro de votre marché.

C’est parti !

Transcription texte (littérale) de l’interview :

Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier, bienvenue dans cette nouvelle vidéo de Blogueur Pro, je suis actuellement avec Andrei Parabellum, que l’on pourrait le qualifier de Maître du Marketing Russe.

Andrei Parabellum : J’essaye.

Olivier Roland : Donc Andrei, je voulais te faire connaître car tu es entré dans notre groupe Platinium il y a un an. Et tu as tout simplement époustouflé tout le monde. J’aimerai avoir ton avis sur comment dominer un marché ?

Andrei Parabellum : D’abord, le marché n’aime pas le mot « domination ». Il essaie de résister, plus vous essayez de le dominer, plus le marché essaiera de résister. Mon idée c’est de servir le marché. Au lieu d’être au-dessus, de le dominer, tu les sers, et comme ça qu’ils sont beaucoup plus attirés par toi. C’est le premier point, la stratégie principale. La question est, comment faire ça pour être présent partout ?

D’abord, tu dois commencer à cibler un créneau, un seul. Tu ne peux pas dominer le marché entier, au début. Tu peux, mais pas correctement. Il existe un très bon livre sur le sujet, qui explique comment passer d’un petit créneau à un grand marché. Il s’appelle « Inside the Tornado (Dans la Tornade) », par Geoffrey Moore. L’idée générale qu’il faut dominer un créneau.

Alors comment dominer un créneau ? Dans ce créneau, quiconque étant intéressé par ce sujet spécifique doit te connaître. C’est ton principal objectif. Il faut le faire sous plusieurs angles.

Le premier : du contenu gratuit. Pour au moins un an, jusqu’à deux à trois ans, ça dépend de ta rapidité. Je suis rapide, alors ça m’a pris un an. Tu dois créer des tonnes de contenu. Et au début, 80% de tes efforts doivent se baser sur la quantité, et seulement 20% sur la qualité.

Olivier Roland : Vraiment ?

Andrei Parabellum : – Oui.

Et une fois que tu domines ton créneau, c’est l’inverse.

Olivier Roland : Donc au début tu publies n’importe quoi.

Andrei Parabellum : Pas n’importe quoi, mais…

Olivier Roland : Tu fais ce que tu peux, sans essayer d’être parfait.

Andrei Parabellum : Tu ne peux pas être parfait, pour commencer, et ensuite ton premier objectif c’est la quantité. Une fois que tu seras au top, ton objectif principal sera la qualité. Donc 80% de qualité pour 20% de quantité.

Olivier Roland : Donc tu peux réduire la quantité du contenu.

Andrei Parabellum : Exact, dès que tu domineras ton créneau. Maintenant, une fois que tu te concentres sur la quantité, tu dois créer un contenu vidéo, du contenu audio, des textes, des blogs,… Tu dois être une machine à contenus.

Je me rappelle quand j’ai commencé, quand j’ai vu que le marché décollait, que ma popularité décollait, je créais un produit par semaine. Donc mon objectif pour la première année…

J’ai fait plus que ça. Mon objectif était un produit par semaine. Et je me suis concentré sur ça.

Olivier Roland : Tout était du contenu gratuit alors ?

Andrei Parabellum : Le but est… Tu démarres en infomarketing, en business de l’informatique, c’est comme une drogue, la première dose doit être gratuite. Donc si tu as un travail de 10 heures sur un produit, 20% doivent être gratuits. Donc tu as 20 voire 25% donnés gratuitement, et de toutes les façons possibles, audio, vidéo ou texte. Quand ils le voient, ils le veulent, et ils commencent à acheter. Donc beaucoup de contenu.

Ensuite tu prends ce contenu et tu l’envoies partout. Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, ton blog, E-mails, le blog d’un autre,… Tous les endroits que les gens consultent. Ça c’est le point numéro un.

Numéro deux, il faut des évènements. Pas des produits mais des évènements. Des évènements en ligne, des évènements physiques, il faut des évènements gratuits.

Olivier Roland : – Des webinaires, séminaires,…

Andrei Parabellum : Des évènements gratuits.

C’est mieux, quand tu n’es pas un Google, que tu ne domines pas le marché, tu dois rassembler toutes les personnes qui parlent de ton sujet. Tu dois être le point vers quoi tout converge. Pour que tout le monde vienne. Pour le marketing, au lieu de chercher, d’aller sur Internet pour obtenir ce qu’ils veulent, ils vont vers vous et trouvent tout.

Olivier Roland : Tu deviens le Google de ton marché.

Andrei Parabellum : À peu près, de ton créneau. Tu revends les produits des autres gens avec une commission, mais tu auras un seul point de contact. Ils viennent à tes côtés, et il y a tout à savoir sur ce créneau spécifique. Il y a des liens vers d’autres personnes, tu leur mets un lien gratuitement. Tu n’es pas après l’argent, tu dois être le point de contact. Et ensuite tu les invites sur une conférence en ligne gratuite, tu invites les experts et tu invites les spectateurs, et chaque expert aura son propre public. Puis tu as 10 experts, puis 20, et tu fais ça chaque mois.

Olivier Roland : Et tu augmentes aussi ton influence.

Andrei Parabellum : Ton influence augmente parce que tu ouvres la conférence. Et tu as un sujet discuté, voire deux. Et ce que j’ai l’habitude de faire c’est passer comme premier et dernier expert. Les autres passaient au milieu, et je jouais les animateurs. Je disais : « Merci beaucoup », « Remercions cette personne, maintenant la suivante… » J’étais un animateur.

Olivier Roland : Ce qui facilite l’organisation de l’évènement, tu n’as pas besoin de créer tout le contenu.

Andrei Parabellum : C’est vrai.

Le second jour, il n’y avait que moi. C’était un peu comme un jour VIP, et je disais : « Maintenant nous allons voir comment ça marche en vrai » Les gens vont ensuite voir des experts, et ils comprennent qu’il y a encore une journée, alors ils reviennent et obtiennent un jour de plus avec moi.

Olivier Roland : Et ce jour-là, il faut payer ou c’est gratuit ?

Andrei Parabellum : Au début, tout était gratuit. Parce que tu dois avoir du public, c’est important. La monétisation, ça vient plus tard. Et ensuite, après avoir fait un évènement, après s’être fait une base de clients, tu commences à faire un gratuit, un payant, comme inspirer, expirer. Un gratuit, un payant, un gratuit, un payant,… Donc tu fais la promotion de l’évènement payant pendant le gratuit.

Une fois qu’ils ont le goût du gratuit, ils vont aller à l’évènement le week-end suivant, avec le premier jour pas trop cher, 100, 200 voire 500 dollars, et le second jour est VIP pour 1000 dollars. On leur dit de venir pour discuter de telle chose, et comment obtenir tel résultat, etc.

Et encore, commercialement, ça n’a pas d’importance combien d’argent tu gagnes lors de l’évènement payant, puisque ça va avoir effet boule de neige. Car tu as un évènement payant, avec 20% de vrai contenu, le reste gratuit, et ça continue. Et chaque évènement doit avoir un sujet différent. Toujours un sujet différent. Tu ne peux pas répéter les évènements.

Donc la première année je changeais de sujet, mais toujours dans le même créneau. Et donc, après un an, dès qu’ils veulent quelque chose dans ce créneau, ils vont sur ton site. Parce ce que tu as filmé ce qu’il s’est dit lors de l’évènement gratuit, et tu le mets en ligne.

Olivier Roland : Donc lors d’un évènement, tu as beaucoup de contenu.

Andrei Parabellum : Donc après une année, tu as au moins 12 gros évènements, et tu as une vingtaine de petits évènements. Oui, et ça donne beaucoup de contenu gratuit, des livres, des articles… Tu as 20% de ton produit payé qui est là aussi, etc.

Olivier Roland : Mais tu fais ça tout seul ?

Andrei Parabellum : Bien sûr.

Olivier Roland : Et quand dors-tu ?

Andrei Parabellum : Quand crois-tu que je dors ? Ça ne prend pas autant de temps.

Olivier Roland : As-tu des astuces pour produire massivement du contenu ?

Andrei Parabellum : Je lis beaucoup, déjà. Donc il faut acheter et lire tous les livres sur le sujet. Et dans chaque créneau, il n’y a pas tant de livres que ça. Peut-être une quinzaine, une centaine. Si vous lisez à grande vitesse, ça prend trois mois pour tout lire.

Olivier Roland : Ça donne beaucoup d’idées.

Andrei Parabellum : Au début, tu vas lire doucement, mais après une vingtaine de livres, tu comprendras que 80% de contenu est le même. Donc quand tu seras passé par tous les livres sur le sujet, tu comprendras assez bien ce créneau. Ensuite tu peux donner des références aux gens sur certains auteurs, des références sur certaines idées, tu peux créer tes propres idées. Mélanger une idée d’un livre et celle d’une autre, et en faire quelque chose de nouveau. Donc ce n’est pas si dur, ça ne prend pas autant de temps que ça. Au moins 4 heures par jour.

Olivier Roland : Tu lis 4 heures par jour ?

Andrei Parabellum : Non, tu consacres au moins 4 heures à ça. Donc si tu travailles pour quelqu’un, tu prends une heure le matin, trois heures le soir, juste ça. Plus la moitié du samedi et du dimanche. Ça vaut la peine. Parce qu’au bout d’un an, il n’y a pas tant de gens qui vont s’y tenir. Car qu’il faut beaucoup de travail et de dévouement. Et tu peux dominer n’importe quel créneau. Il faut que c’en soit un que vous aimez. Parce que si vous courrez après un créneau qui ne vous intéresse pas, vous allez vous épuiser très rapidement.

Olivier Roland : Il faut choisir une activité qui nous passionne pour un an.

Andrei Parabellum : Par exemple, j’aime les livres. C’est pourquoi je me suis entraîné si dur pour en écrire, c’est pourquoi ils font partie de mon contenu, c’est pourquoi je m’en sers pour enseigner le marketing. Je suis dans les livres, dans les échanges. J’aime tellement ça que je pourrais faire des cours ou en parler pour toujours. Pendant des jours et des jours. Mais si je me lançais dans la plongée, je n’ai jamais plongé de ma vie, donc ce serait n’importe quoi. Ou le foot américain, le football, le hockey… Je sais ce que c’est, mais ça ne m’intéresse pas.Ce serait difficile de percer dans ce créneau pour moi. Mais pour quelqu’un qui dédie déjà sa vie entière à ce créneau, ce serait beaucoup plus facile pour lui.

Olivier Roland : Alors quand tu as fait tout ça, que fais-tu ?

Andrei Parabellum : Après avoir dominé tout ton contenu, ensuite, ce que tu dois faire en premier, tu dois trouver… Quand tu commences à vendre, tu as des fans, des gens qui te suivent, des clients, tu ne peux plus vendre tes connaissances bon marché. Parce que c’est un monde difficile et compétitif, et il est difficile de se démarquer des autres. Donc ta formation doit commencer à 500 dollars ou 500 euros. Sinon ça n’a pas de sens. Pour moi, un évènement sur deux voire trois jours, c’était 500 dollars pour les deux premiers jours, et un extra de 1000 pour le troisième, qui était un jour VIP. Donc, si tu créés un évènement avec 30 personnes, tu peux gagner entre 15 et 100 000 dollars ou euros par évènement. Ça te donne un bon train de vie. Que ton objectif ne soit pas d’augmenter ton train de vie mais de le maintenir, peu importe,10 000 euros par mois devrait t’offrir un bon train de vie. Ensuite, tu prends l’argent qui te reste et tu l’investis dans la promotion de ton contenu gratuit.

Olivier Roland : Vraiment ? Pas dans des produits ? Tu achètes de la pub pour ton contenu gratuit.

Andrei Parabellum : Oui, tu achètes de la pub pour ton contenu gratuit, de cette façon tu as un meilleur taux de clics, mais ton contenu gratuit n’est pas un site web, et pour télécharger le contenu, ils doivent s’enregistrer. Ce qui veut dire qu’ils doivent te donner leur e-mail, et une fois que tu l’as, tu peux leur envoyer des mails commerciaux, des lancements, des vidéos commerciales, des webinaires, etc.

Mais pour pour la majorité, ton contenu est gratuit. Donc tu prends une bonne partie de l’argent gagné lors d’évènements payants, séminaires payants, ou autre chose que tu vends, et tu le réinvestis pour promouvoir ton contenu gratuit. Il faut que tu testes. En général, promouvoir des livres a une meilleure valeur de retour.

Olivier Roland : Donc ils peuvent télécharger le livre ?

Andrei Parabellum : Ils peuvent télécharger le livre ou un certain nombre de livres.

N’oublie pas que chaque évènement devient un livre, Donc après un an, tu as 10, 20 livres…

Olivier Roland : De chaque évènement ressort des vidéos, des audios et un livre.

Andrei Parabellum : Oui.

Olivier Roland : Tu as quelqu’un ou c’est toi qui… ?

Andrei Parabellum : Non, tu as quelqu’un qui tape tout, qui arrange tout,puis toi tu t’occupes de l’édition finale. Et ça devient un livre.

Olivier Roland : Combien de livres as-tu déjà publié ?

Andrei Parabellum : J’en ai écrit 116, j’ai fini le dernier la semaine dernière. Je suis en train de travailler sur le 117ème. J’ai dû en publier dans les 80, et 40 sont devenus des best-sellers. 42 ou 43 ont été des best-sellers.

L’un de mes livres a été élu l’an dernier Meilleure Livre de Finance en Russie. Livre de l’année.

Olivier Roland : – C’est génial.

Andrei Parabellum : Donc je sais de quoi je parle, ça fonctionne.

Quand tu écris le livre, tu le publies d’abord sur ton site, comme ça les clients et lecteurs ont une chance de le télécharger, de le lire et de le commenter, et après deux semaines tu l’envoies à l’éditeur et tu négocies avec lui. Il y a deux façons, si tu lui donnes les droits de publication en ligne, tu devras retirer ta version de ton site. Mais si tu ne le fais pas, tu ne donnes que les droits sur papier, alors tu peux faire ce que tu veux.

Bref, c’est comme une machine. Tu prends l’argent des évènements payants pour promouvoir le contenu gratuit. Tu fais de la pub pour les livres, les webinaires gratuits, les gros évènements en ligne gratuits, les conférences et autres. Donc de cette façon, les gens te connaissent. Tu es partout.

Et enfin, la troisième roue, c’est la télé. Il y a trois choses. La télé, les magazines et les journaux.

Le chemin le plus facile est celui des magazines. Tu commences en leur envoyant des articles qui font partie de ton livre.

Olivier Roland : Tu envoies des extraits du livre.

Andrei Parabellum : Tu envoies les meilleures parties de ton travail comme articles.

Ils commencent à te publier et si tu es bon, tu seras constamment présent dans le magazine.

Olivier Roland : Comme un chroniqueur.

Andrei Parabellum : Exact. Ils cherchent du bon contenu. Et d’ici là tu auras beaucoup de bon contenu. Donc tu commences à publier dans les journaux, en particulier les locaux, parce qu’ils ont faim de contenu. Ils n’ont que des trucs nuls alors ils ont besoin de quelque chose. Mais le numéro un, c’est la télé. Si tu as un agent de relations presse qui te pousse vers les émissions télé… en tant qu’expert…

J’ai fait une centaine d’interviews à la télé. Je parlais de tout, des affaires à la psychologie, Ça ne doit pas forcément concerner ton propre créneau à la télé, mais nous sommes une culture de la télé, donc celui qui passe à la télé est forcément « quelqu’un ». Ma meilleure percée a été quand j’ai été dans l’une des plus grosses émissions de Russie, qui s’appelait « Let’s Get Married (Marions-nous) » Ce n’était pas « Tournez Ménages » mais ça y ressemblait.

Olivier Roland : Et tu étais… ?

Andrei Parabellum : Non, j’y suis allé avec un ami. Je n’étais pas le protagoniste principal mais un ami. Et c’était hilarant. Mais ils ont coupé tous les moments drôles, alors c’est un peu plat. Mais de toute façon j’avais les enregistrements, je les ai mis en ligne sur YouTube, Et c’est devenu dingue. Et ensuite j’ai envoyé au même agent 6 ou 7 mecs qui étaient en quelque sorte mes étudiants, et ils sont devenus les personnages principaux de l’émission. C’était très amusant.

Je veux dire, tu as 100, 200 000 vues, et les gens… Tu sais, ils adorent ça. Tu gagnes beaucoup de clients comme ça. Et encore, ce n’est pas ton créneau, ce n’est pas à propos de toi, c’est parce que tu étais à la télé, mais on commence à te reconnaître dans la rue, dans le métro… Tu deviens une petite célébrité. Pas une gosse, mais une petite célébrité. Donc, tu touches le marché avec ton créneau avec trois angles différents : Beaucoup de contenu gratuit, faire de la publicité partout pour ces trucs gratuits, et la presse, les magazines, la télé, les journaux… Et c’est tout.

En un an, tu vas dominer le marché, car ce que font 50% des gens quand ils ont une question sur ton créneau, c’est d’abord aller sur ton site.

Olivier Roland : Et ils te connaissent. Donc que faire une fois que tu es au sommet du marché ?

Andrei Parabellum : Une fois que tu domines un créneau, il y en a souvent 3 ou 4 très proches, très similaires.

Alors tu te dis « je vais garder ce créneau, et m’étendre sur deux de plus ».

En général, un de tes clients te demande si tu enseignes le management. Ou si, par exemple, si ton créneau concerne le relationnel, un client se met en couple et veut savoir comment gérer les trucs sexuels, comment se marier. Ou ils viennent de se rencontrer, comment venir à l’embrasser, etc.

Si tu es dans le commerce, que ton créneau concerne la vente, tu fais des ventes par téléphone, ou peu importe, c’est tout, ton créneau principal c’est comment conclure une vente. Il y a plusieurs sous-créneaux, comment conclure une vente, comment naviguer à travers la prise de décision, comment ouvrir correctement une vente, commence négocier, dominer ton secteur,… Il y a différents types. Mais il y a des créneaux qui sont proches, par exemple, si ton créneau concerne la vente par téléphone, comment négocier le face à face ? La plupart du temps c’est pareil, mais certaines commandes sont différentes. Donc tu commences à parcourir ce créneau, et une fois que tu le domines, tu passes à un autre. C’est toujours dans les ventes, mais si ton client te demande comment diriger les ventes, ou comment entraîner l’équipe de vente pour qu’elle possède les compétences que tu enseignes. Donc je le sais déjà, je suis allé à des formations, je sais commence conclure par téléphone, mais j’ai 15 personnes en-dessous de moi qui ne savent pas. Alors comment leur transmettre mes connaissances ? Comment organiser le service commercial de vente par téléphone ? Ce qui est similaire et proche de ton créneau.

Et quand tu commences par dominer un créneau après l’autre, tout à coup tu es présent dans un certain nombre d’entre elles. Et là, pour ne pas s’épuiser car il n’y a pas assez de temps, tes meilleurs étudiants deviendront tes meilleurs experts. Tu mets les meilleurs au sommet, et ils commences à travailler pour toi. Tu leur donnes une promotion dans ce créneau. Donc tu fais des webinaires, des évènements communs avec tes nouveaux experts qui sont tes étudiants, donc tu gardes 50% de leurs revenus. Tu les promeus, puis quelqu’un d’autre, et tu as des experts publiés, qui étaient tes étudiants. Ils ont eut des superbes résultats, donc tu les publies, et tu partages l’argent. Puis tu domines le créneau suivant, puis le suivant, etc.

Olivier Roland : C’est comme un effet boule de neige, et après plus personne ne te résistes.

Andrei Parabellum : Bien-sûr.

Et parce qu’il faut beaucoup de dévouement, beaucoup de temps, et beaucoup d’argent, la plupart des gens ne suivront pas. Les gens avec de l’argent verront qu’il faut beaucoup de travail, alors ils laisseront tomber.

Ceux qui ont du temps verront qu’il faudra beaucoup de publicités, alors ils laisseront tomber. Donc peu importe de quel côté vient la compétition, ils ne peuvent pas te battre. Parce que tu es à la fois dans la presse, dans la pub et dans le contenu.

Olivier Roland : Tu es partout. Personne ne peut t’échapper.

Andrei Parabellum : C’est ça.

Olivier Roland : Donc, tu as fait ça en Russie. Et tu as commencé tout seul à créer du contenu gratuit.

Andrei Parabellum : Oui.

Olivier Roland : Et maintenant, combien de gens travaillent pour toi ?

Andrei Parabellum : J’ai environ 80 personnes qui travaillent pour moi.

Si tu ajoutes les indépendants qui travaillent pour moi de temps en temps, on approche les 200.

Olivier Roland : Alors comment t’es-tu agrandi ? Tu as commencé tout seul et…

Andrei Parabellum : C’est ce que je suis en train de dire. Tu commences seul puis tu prends des gens pour chaque créneau, puis une autre personne au téléphone pour répondre aux questions. Puis tu as l’équipe de soutien, avec une ou deux personnes. Puis pour les évènements, tu as un organisateur d’évènements. Puis pour le service par téléphone, pour le département des ventes, tu dois avoir au moins quatre personnes qui vendent par téléphone. Et puis doucement mais sûrement, ça s’agrandit.

Et ensuite, chaque créneau, chaque marque, devient une entreprise à part. Donc tu mets une personne à sa tête, et ensuite, sous cette personne, tu commences à développer l’infrastructure. Un responsable de lancement, un rédacteur publicitaire, une personne qui gère la partie technique, mets les vidéos sur le site, etc.

Olivier Roland : Tu partages la structure…

Andrei Parabellum : C’est à peu près ça.

Olivier Roland : Et tu sais comment ça marche donc…

Et après ça tu te lances dans les langues étrangères peut-être. Le marché étranger, non ?

Andrei Parabellum : Tu peux, si tu le veux, mais le problème avec le marché étranger et les langues étrangères, c’est que pour ajouter un créneau sur ton marché intérieur, c’est un travail de 6 à 12 mois.

Viser l’étranger, c’est un boulot de 5 ans.

Olivier Roland : Pourquoi ?

Andrei Parabellum : Parce qu’il te faut du nouveau contenu, il te faut un nouveau public, il y a de la nouvelle compétition,…

Olivier Roland : Mais tu peux toujours traduire…

Andrei Parabellum : Quand-même. Ton atout n’est pas ton contenu. Ton atout dans l’info-marketing ce sont les gens qui utilisent tes connaissances. Donc pour avoir ça et le transférer à d’autres pays, tu dois te rendre sur place, parler aux gens, tu dois leur insuffler tes connaissances, et donc ça s’agrandit.

Ce n’est pas facile. Ça ne prend pas 12 mois. Il faut plus que ça. La préparation est difficile. Tu voudras de la traduction, puis certains marchés ne te croiront pas parce que tu es russe, français ou autre, donc tu ne comprends pas les choses du coin, donc pour faire bien tu dois aller vivre sur place avec des gens pour travailler avec toi, etc.

Je veux dire, ce n’est pas facile. C’est plus facile d’ajouter des créneaux locaux.

Olivier Roland : Mais toi tu veux aller sur les marchés étrangers, non ?

Andrei Parabellum : Parce que c’est intéressant, c’est un défi.

Je comprends comment les marchés locaux fonctionnent, donc mon objectif pour les 3 prochaines années, c’est d’avoir au moins un expert pour chaque créneau. Donc mon objectif en Russie, c’est un millier d’experts dans un millier de créneaux, qui sont soit numéro 1, soit numéro 2. Pas moi personnellement, mais les experts travaillant sous ma supervision sur mes lancements, mes équipes, etc. C’est mon objectif pour le national, et ça prendra beaucoup de mon temps. Mais en même temps c’est intéressant, parce que je voyage beaucoup, donc c’est intéressant et j’adorerais vous aider. Si en France vous voulez dominer votre marché, si vous avez déjà un succès modéré,… L’argent vient d’une synergie de trois choses : Il faut être un expert. Soit posséder les connaissances sur comment les choses fonctionnent dans ton créneau. Il faut aussi des compétences. On connaît tous des profs qui enseignent comment l’argent fonctionne, qui enseignent l’économie, et qui n’ont pas d’argent, donc c’est amusant. Donc des compétences, avec des résultats.

Et puis, il faut pouvoir transmettre ses connaissances aux autres. Car il y a beaucoup de gens qui ont eu du succès, qui essayent d’enseigner, mais qui n’ont pas d’étudiants qui réussissent. C’est un talent particulier, une compétence nécessaire à avoir. Donc ça, c’est être un expert. Ces trois points.

En deux, il faut être populaire. Les gens doivent savoir que tu es un expert. Car il y a des tonnes de gens qui pensent être experts, qui le sont peut-être, mais le monde s’en fiche. Donc tu ne peux pas faire d’argent avec ça. Les gens doivent venir à toi, te poser des questions, t’écouter, donc il faut être présent en ligne. Il faut enseigner, si tu es un expert, il faut enseigner. Il faut des étudiants, des clients, il faut probablement écrire des livres, il faut des évènements en ligne, des évènements en live, des discours lors de conférences, etc. D’une certaine façon, tu dois être présent.

Et le troisième point c’est un plan de magnétisation. Ce qui veut qu’il faut tout structurer tout correctement, il faut une activité passive avec des produits de ta connaissance, des livres, vidéos, DVDs que tu vends, et une éducation active, donc des cours, des formations, des séminaires, des webinaires,…

Ensuite il faut du coaching, que ce soit en face à face, ou bien des groupes de coaching,… Si tu as ces trois points, tu vas te faire de l’argent. On part de milliers d’euros par évènement, pour finir avec des millions. Et ensuite c’est plus facile de trouver un expert, qui est un expert avec de l’influence sur le monde extérieur, qui essaye de gagner de l’argent mais sans utiliser tout son potentiel. Peut-être il a un livre, un cours dans la vraie vie, c’est tout, rien d’autre, il faut prendre ça et l’aider à se monétiser au niveau suivant. C’est une des choses qui est probablement la plus facile.

Olivier Roland : Pour entrer dans le marché étranger.

Andrei Parabellum : Oui.

Olivier Roland : C’était très intéressant. Maintenant vous savez comment dominer votre marché, évidemment, vous devez le faire.

Andrei Parabellum : Choisissez-en un, mais un que vous aimez vraiment. Si vous choisissez un créneau ou marché dont vous vous fichez…

Vous devez prendre soin des gens, de ceux qui suivront vos conseils. Si vous investissez votre temps avec eux, passez du temps avec eux, si vous les écoutez, les coachez, leur enseignez, faites-leur utiliser votre équipe, faites-leur obtenir des résultats, et alors tout le reste se mettra en place.

Olivier Roland : Merci Andrei.

Je pense que tu as sidéré tous mes internautes.

Merci et à la prochaine fois.

Au revoir.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment devenir la numéro 1
Related Posts
Showing 15 comments
  • Pierre

    Très bonne vidéo. Toujours de qualité 😉
    Par contre, j’aurais voulu savoir ou cela est filmé ?
    D’où vient Andrei Parabellum ?

    Je ne le connaissais pas, comment tu l’a connu ?

  • roger

    Salut, je me demande si ce modèle d’activité décrit par Andrei Parabellum peut s’appliquer à des domaines techniques comme le développement informatique, la programmation ?

  • Paul

    Très inspirant et impressionnant!

    J’aurais eu la même question que toi, Olivier: quand dort-il? T’a-t-il confié combien d’heures il travaille chaque semaine?

    En tout cas, ça donne des idées. Maintenant, il faut avoir la force, l’énergie et la persévérance de construire un empire de cette manière.

    Il serait intéressant de savoir quelle a été sa progression: avait-il déjà un capital pour commencer? A partir de quand a-t-il eu des assistants (ou virtual assistants) pour l’aider à gagner du temps et de dons se focaliser sur l’essentiel? Quelles activités a-t-il commencé à déléguer en premier lieu?

  • Koffi Marius

    C’est tout simplement impressionnant. Vu que je viens à peine de me lancer dans le bloging, ça me donne vraiment des idées. En tout cas grand merci à toi Olivier. Toujours du bon contenu pour nous aider à y voir mieux.
    Mais pour être franc c’est vraiment du travail et j’espère que je serai à la hauteur.

  • David Duprat

    Tout simplement excellent:
    ce système ne peut parcher qu’avec effectivement, un cremeau qui nous passionne, mais qu’on fait avec coeur. A aucun momment, les clients ne doivent sentir qu’on fait tout cela pour l’argent.
    L’écoute du client, et le fait qu’en tant qu’ « expert », nous pouvons lui apporter une réponse à sa question, est primordiale.
    Quand comptes-tu mettre en pratique, tout ceci?
    Des webinaires sont-ils en préparation?
    Ton expérience dans les domaines du blog, de Marketing, peuvent te permettre de réaliser cela (même si je ne suis pas persuadée, que ça colle totalement à ta personnalité)
    Cordialement
    David Duprat

  • Julien

    Pour quelqu’un qui dit ne pas aimer le mot domination, s’appeler parabellum (« préparer la guerre » en latin) est assez cocasse.

  • Xavier

    Bonjour Olivier

    « Choisissez-en un, mais un que vous aimez vraiment. Si vous choisissez un créneau ou marché dont vous vous fichez…

    Vous devez prendre soin des gens, de ceux qui suivront vos conseils. »

    Il me semble (Arrête-moi si je me trompe) que c’est bien cela — choisir la congruence d’ un sujet qui nous passionne et qui réponde à un besoin à une attente forte . Puis s’y donner à fond .

    N’est-ce pas cela que tu nous conseille à mainte et à mainte reprise dans les premiers modules de ta formation blogueur pro?

    Et tous ceux de tes élèves qui l’on appliqué à la lettre sont maintenant des leaders de leurs expertise.
    Cet entretien avec Andrei Parabellum, m’apporte cependant une nouvelle dimension avec ces 3 points:

    3 point qui sont devenus mon objectif pour les 3 prochaines années.(J’avais commencé de manière plus confuse mais réelle. Aussi cet interview me permet de le reformuler avec beaucoup plus de clarté et d’impact sur mes décisions et la vision globale que je peux en avoir:
    (j’ai divisé par cent les chiffres car je choisi rester pour ‘instant à ce qui m’est le plus immédiatement accessible à mon échelle..;-) en partir du point ou je suis en ce moment même.

    1 C’est une dizaine d’experts dans une dizaine « de créneaux, qui sont soit numéro 1, soit numéro 2. Pas moi personnellement, mais les experts travaillant » en Cocréation avec moi et mes collaborateurs..

    2, Être apprécié et reconnu en qu’expert d’experts… « être présent en ligne. Il faut enseigner, si tu es un expert, il faut enseigner. Il faut des étudiants, des clients, il faut probablement écrire des livres, il faut des évènements en ligne, des évènements en live, des discours lors de conférences, etc. » D’une certaine façon, tu dois être présent »

    3 « Et le troisième point c’est un plan de magnétisation. Ce qui veut qu’il faut tout structurer tout correctement, il faut une activité passive avec des produits de ta connaissance, des livres, vidéos, DVDs que tu vends, et une éducation active, donc des cours, des formations, des séminaires, des webinaires,… »

    « Ensuite il faut du coaching, que ce soit en face à face, ou bien des groupes de coaching… des démarches que j’applique jours après jours  »

    Comment?

    En appliquant simplement, directement , avec souplesse intensité et en donnant du sens a chaque geste à chaque action qui s’appuie sur les Techniques Basiques De L’apprentissage De Compétences de spin préconisées par Neil-Rackham.
    Règles que tu m’as fait découvrir ainsi que le terme d’entéléchie qui leur donne une toute autre puissance.

    • 1. Pratiquez seulement un comportement à la fois.
    • 2 – Essayez le nouveau comportement au moins trois fois.
    • 3 – La quantité avant la qualité.
    • 4 – Pratiquez dans des situations sécurisantes.

    Il me semble que je connais quelqu’un qui a ce profil..;-)..Il suffit de s’en inspirer. Le succès laisse sa marque.. il suffit d’y être attentif d’observer écouter et ..Mettre en pratique … Une piste:
    grâce à l’entéléchie.
    Ce à quoi je m’emploie a faire écoutant avec plaisir réel des contenu de valeur tel que celui que tu nous présente aujourd’hui avec cet interview de Andrei Parabellum, Maître du Marketing Russe.
    Bien amicalement
    Xavier

    PS Signification et Magie de l’entéléchie,: ἐντελέχεια, « énergie agissante et efficace » ce mot que tu m’a fait découvrir et qui décris exactement ce phénomène étonnant déclenché par ces questions puissantes….que l’on retrouve dans le spin.
    cf http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/spin-selling-2/#comment-18655

  • Axel

    160 livres publiés ? C’est impressionnant. Effectivement il doit en connaître des tonnes.

  • Anonyme

    Très bel article, très instructif qui apprend plein de choses très utiles, surtout pour moi qui débute dans le e-commerce … Encore merci ! je fais tourner 🙂

  • Marlin Pad

    C’est tout simplement impressionnant.

  • Marie-ange

    Super Vidéo.

    Une place qui demande beaucoup d’efforts et de persévérance. Chaque chose a son temps et il y a une étape à chaque projet.

  • Pascal

    Bonjour Olivier,

    cette interview fût passionnante.
    Maintenant, on sait quoi faire pour dominer son marché.
    Ceci dit, le business de Andrei Parabellum est poussé à l’extrême et du coup, on s’éloigne de la semaine de 4 heures.

    à bientôt,

    Pascal

  • cindy chatelais

    Merci beaucoup Olivier pour cette super Interview très enrichissante. Cindy

  • Georgia

    Ouah !!! Quels interview. Cela décoiffe.Je vais de pas appliquer des conseils que j’ai relevé sur mon Evernote.

    Cet homme s’est un tigre .

pingbacks / trackbacks

Leave a Comment

36-infomaniak-pourquoi-il-nest-pas-ideal-pour-votre-blog-wordpress34-comment-christine-lewicki-a-vendu-100-000-exemplaires-de-son-livre-avec-son-blog