Comment Olivier a réalisé 13 132 euros de ventes en 5 jours avec un blog sur les parents

par Olivier Roland

Olivier est un de mes élèves et auteur du blog Les Super Parents, “conseils et ressources pour une parentalité bienveillante”.

Dans cette étude de cas, il nous explique comment il est parti de zéro avec son blog, comment il l’a transformé peu à peu en ressource incontournable sur le web, comment il a réalisé 13 132 euros de vente en 5 jours lors de son dernier lancement orchestré, comment il gagne environ 2000 euros par mois avec son premier produit à présent, et ses conseils pour vous lancer et réussir avec votre blog.

C’est parti !

Téléchargez le mindmap de l’étude de cas (version JPG)

Transcription texte de l’interview :

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de Blogueur Pro. Je suis actuellement avec Olivier du blog « Les supers parents » qui est un élève de la formation de Blogueur Pro. Je m’excuse par avance si je suis un peu trop enthousiaste par rapport au succès d’Olivier, mais comme il a été un de mes élèves, évidemment je ne peux pas être à 100 % objectif.

Olivier Roland : Olivier, bonjour !

Olivier : Bonjour Olivier !

Olivier Roland :Est-ce que tu peux te présenter rapidement ainsi que ton parcours avant de créer ton blog pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Olivier : Avant de créer le blog, j’étais commercial dans l’hôtellerie restaurant. J’ai passé dix années de ma vie à promouvoir et vendre des salles de réunions, des séminaires, des contrats avec les grosses sociétés pour des chaînes d’hôtels. J’ai toujours été passionné d’informatique, d’internet et de blogging depuis qu’il est apparu en France. J’ai d’ailleurs lu pas mal de blogs avant de penser le premier blog dont on va parler tout à l’heure.

Je suis en couple avec Camille, puisqu’on va parler du blog « Super parents » qui est un blog de couple, que l’on fait à deux.

Olivier Roland : Tu étais passionné par le blogging, mais tu avais des blogs justes amateurs qui n’avaient pas vocation à te faire gagner de l’argent. C’était des blogs sur quoi ?

Olivier : Il y en a eu un en particulier qui s’appelait « Olivier the blog » où je partageais toutes mes découvertes sur le Web et les nouvelles tendances. Ensuite j’ai créé plusieurs petits blogs sur ma thématique de l’époque : la restauration, l’hôtellerie etc.,mais que j’ai finis par abandonner.

Olivier Roland : Comment as-tu eu l’idée de créer le blog « Les super parents »?

Olivier : Le blog « Les super parents » a été créé grâce à toi car j’ai fait la formation « Blogueur Pro ». Je fais partie de la première promotion de Blogueur Pro de mars 2011. Je suis passionné de blogging et de « parentalité » puisque j’avais à ce moment-là 2 enfants et l’idée d’en faire un troisième assez rapidement.

J’ai sauté sur l’occasion lorsque tu as lancé ta première session de Blogueur Pro. De plus, avec Camille nous étions dans une phase de réflexion où on souhaitait changer de vie. Nous voulions tous les deux déménager de la région parisienne et offrir aux enfants un cadre de vie plus vert et tout changer même au niveau professionnel. C’était vraiment l’occasion.

Lors de cette formation que tu as lancée, je me suis vu tout de suite devenir blogueur professionnel avec Camille et cette thématique de la parentalité qui nous inspirait vraiment.

On s’est focalisé sur une thématique bien précise qui est la parentalité bienveillante. J’invite tout le monde à visiter le blog « Les-super-parents.com » pour savoir ce qu’il en est vraiment. Donc après la formation en 2011, il y a eu l’avènement du blog « Les super-parents », le déménagement en région bordelaise, dans une atmosphère bien plus sereine. Et même si on n’est pas tous les deux à temps complet sur le blog, Camille travaille à temps partiel, moi j’y suis à temps complet, ce blog a changé notre vie.

Olivier Roland : Aujourd’hui tu es près de Bordeaux qui est une belle région avec ta famille, tu étais où avant à Paris?

Olivier : Nous étions dans le Sud-ouest parisien.

Olivier Roland : Oui, ce n’est pas la même qualité de vie. Tu as déménagé très vite après la création de ton blog, ce n’était pas parce que ton blog te rapportait déjà de l’argent…

Olivier : Pas du tout. Tout s’est fait un peu même temps. On avait vraiment envie de changer de vie. La première étape était de déménager et de quitter la région parisienne. J’ai eu la chance d’être muté sur Bordeaux. En même temps que mon travail dans l’hôtellerie, je commençais à écrire mes premiers articles. Ensuite j’ai eu la grande chance de bénéficier d’une rupture conventionnelle qui m’a permis en février 2012 de quitter mon employeur et de me mettre à temps plein sur mon blog même si les bases étaient déjà bien construites avant.

Olivier Roland : Tu as donc eu le droit de toucher le chômage pendant 2 ans. C’est une excellente manière de se consacrer à son blog sans trop de risques. Ta compagne était enceinte, mais tu as quand même pu te consacrer à ton blog avec elle. Tu sais à peu près le nombre d’heures passées sur votre blog au début?

Je dirais pas mal mais pas assez. Il ne faut pas oublier, que l’on venait de déménager, Camille était enceinte de notre troisième enfant, on en avait deux autres, plus le boulot professionnel. Tout cela faisait beaucoup à gérer. En termes d’horaires, je travaillais dessus au moins 2 heures chaque soir.

Olivier Roland : 5 soirs par semaines?

Olivier : Oui.

Olivier Roland: Donc on va dire une bonne dizaine d’heures par semaine. Et ta compagne aussi?

Olivier : On écrivait des articles chacun de notre côté.

Olivier Roland : 10 heures chacun?

Olivier : On va dire 10 pour moi et 5 pour Camille, une quinzaine d’heures en tout.

Olivier Roland : Cela reste raisonnable, puisque tu as quand même démarré un business à temps partiel. Tu as démarré ton blog avec pas beaucoup de résultats. Ce qui est normal, car un blog ça se démarre lentement. Est-ce que tu peux nous parler de ces débuts? Est-ce que pour toi il y a eu des moments difficiles où tu as eu envie d’abandonner? Est-ce que tu as eu des moments de joie comme par exemple les premiers commentaires et e-mails de félicitations qui t’ont aidé à passer ce cap? Comment as-tu fait pour rester motivé?

Olivier : Déjà, j’étais parfaitement conscient qu’un blog ça se construit, ça ne se fait pas du jour au lendemain. J’avais l’expérience de mes blogs précédents pour lesquels je m’étais toujours battu pour les commentaires mais malheureusement je n’en avais pas autant que je ne l’espérais.

Avant de suivre ta formation, je te suivais sur ton blog « Des livres pour changer de vie » pendant des mois et des mois. Je te connaissais très bien ainsi que toute la sphère développement personnel. Je savais qu’en suivant ta formation, j’allais savoir promouvoir mon blog beaucoup plus efficacement que ce que j’avais fait précédemment puisque je n’avais pas de formation, de cadre à suivre pour arriver à des résultats.

La frustration, je l’ai eue car on n’est pas beaucoup suivi pendant la création des articles, par contre le gros avantage, c’est qu’on était une petite communauté. Je crois qu’on était une petite centaine et on se soutenait mutuellement. D’ailleurs on mettait des liens sur le groupe de support par e-mail qui n’existe plus. On s’entraînait vraiment les uns les autres, on se laissait des commentaires même si on avait des thématiques très différentes. Et je pense que cela a aidé à avoir des premiers commentaires. C’est comme dans la restauration, un restaurant vide, on n’a pas envie d’y aller, et donc un blog sans commentaires, on n’a pas forcément envie de commenter.

Cela a été assez vite. L’envie d’abandonner n’a jamais été là, pour Camille non plus, parce qu’on savait vraiment ce qu’on voulait faire et ce qu’on ne voulait pas faire. C’est un gros risque que l’on prenait mais on voulait le prendre. La seule chose que l’on savait c’est qu’il fallait y consacrer plus de temps.

Olivier Roland : Plus que 15 heures en tout?

Olivier : Oui.

Olivier Roland : C’est à ce moment-là que tu es allé voir ton patron?

Olivier : Je lui ai demandé clairement si on pouvait négocier une rupture à l’amiable pour me laisser la possibilité de créer mon entreprise.

Olivier Roland : Cela combien de temps après la création du blog?

Olivier : 9 mois après le début du blog.

Olivier Roland: Quand tu as fait ça, c’est que tu avais quand même une bonne confiance dans ton projet, tu as vu que le blog commençait à tourner.

Olivier : Oui. Et aussi j’ai un tempérament à me lancer à 100% dans ce que je fais et que j’aime prendre des risques. J’avais confiance dans le blog, dans ta formation, et dans notre thématique « la parentalité bienveillante ».

Olivier Roland : Ce qui est intéressant c’est quand tu dis que tu as pris un risque mais en même temps, tu as su diminuer le risque financier puisque tu as eu l’intelligence de demander une rupture conventionnelle. Tu avais quand même un filet de sécurité, tu avais droit aux Assedic pendant 2 ans. Tu avais 2 ans pour faire tourner le blog et rien ne t’empêchait de retrouver du travail au bout de 2 ans si ça ne marchait pas.

C’est quand même très intéressant pour nos amis blogueurs de comprendre qu’il y a toujours une possibilité de minimiser les risques, et il ne faut pas faire n’importe quoi. Tu es un excellent exemple, Olivier puisque tu l’as dit toi-même, tu as pris des risques mesurés. Tu ne risquais pas de te retrouver à la rue si cela ne marchait pas.

Olivier : C’est un risque mesuré. Je gagnais quand même bien ma vie avant de prendre cette décision. Bien sûr on touche les Assedic pendant deux ans mais cela fait quand même un joli trou dans le portefeuille surtout quand on a trois enfants à charge.

Je suis entièrement d’accord avec toi, aujourd’hui en France, il y a certaines choses en place qui nous permettent de minimiser les risques, d’autant plus que moi j’ai pu bénéficier d’un accompagnement de la chambre de commerce de Bordeaux. Pôle emploi propose des formations sur l’entrepreneuriat etc. Il y a quand même des aides, des formations, et donc on a la possibilité de prendre des risques mesurés.

Olivier Roland : Comme tu le dis ce n’est pas donné à tout le monde d’oser prendre des risques comme d’avoir une baisse de salaire importante. Il y a cet élément de prise de risque évident dans l’entrepreneuriat mais il y a aussi un élément de prudence qui fait que l’on ne va pas non plus y aller le couteau entre les dents sans aucun plan de secours etc…On va faire en sorte de prendre des risques calculés. On va avoir une forte probabilité en cas d’échec de retomber sur ses pattes.

Tu as eu cette rupture conventionnelle, et du jour au lendemain tu te retrouves avec tout le temps nécessaire pour t’occuper de ton blog. Comment tu as géré ça, est-ce-que cela a été facile de changer de vie complètement ?

Olivier : Alors, je ne changeais pas complètement de vie. 6 mois avant d’obtenir ma rupture conventionnelle, on avait déménagé sur Bordeaux. Je travaillais déjà en home office, c’est-à-dire chez moi avec ma connexion internet. J’étais commercial, donc je faisais beaucoup de déplacements sur Paris, etc.,mais je bossais de chez moi.

J’étais déjà pas mal habitué à ce rythme de travail qui ne convient pas à tout le monde mais qui me convient très bien. J’arrive à m’autodiscipliner et à rester concentré sur mon boulot même à la maison. Aujourd’hui en plus j’ai un bureau consacré à ça donc ça aide beaucoup. C’est une façon de travailler que j’apprécie beaucoup, en plus on a de la chance de vivre dans un cadre de vie superbe et lorsque je fais une petite pause, je sors respirer l’air. Ne pas avoir de compte à rendre à ses supérieurs, de faire ce qui nous passionne et d’avancer vers un objectif, c’est ce que je voulais. Je suis parfaitement heureux d’avoir pris cette décision et Camille aussi.

Olivier Roland : Est-ce que tu te rappelles un peu quel trafic tu avais au moment où tu avais décidé d’arrêter ton emploi?

Olivier : Oui, en visites journalières, on était grand maximum entre 50 et 100 visites par jour.

Olivier Roland : C’était pas mal mais ce n’était quand même pas non plus le blog le plus visité de la francophonie, c’est clair. Il y avait clairement un acte de foi. Mais tu voyais que ça commençait à prendre, il y avait des gens qui répondaient?

Olivier :Oui. Sans avoir fait une vraie étude de marché, j’étais passionné de note thématique, je lisais énormément de bouquins, je suivais d’autres blogs etc…Je me suis vraiment aperçu que l’on était sur un créneau porteur qui plus est nous passionne plus que tout. J’étais confiant à 100%. Encore une fois comme tu le disais, avant de me lancer dans cette aventure, j’avais un métier, Camille aussi, qui plus est dans un milieu où il y aura toujours de la demande en terme d’emplois. Dans les métiers de la restauration et de l’hôtellerie, on sait très bien si ça ne devait pas marcher, on retrouvera du boulot derrière. On a d’autres compétences pour pouvoir se retourner.

Olivier Roland :Tu t’es consacré à ton blog à temps complet. Tu as passé combien de temps, de 30 à 40 heures dessus?

Olivier :Même plus.

Olivier Roland :Est-ce que tu as remarqué un changement?

Olivier :Radicalement.

Olivier Roland :Tu as eu beaucoup plus de trafic…

Olivier :À l’époque tu nous conseillais de publier un article par semaine au minimum avant de quitter notre employeur, j’avais beaucoup de mal sincèrement. Peut-être que nous étions un peu trop perfectionnistes,les articles demandaient de la recherche, de l’écriture et du temps. Comme tu le dis plus on écrit, plus ça va vite. Aujourd’hui on va beaucoup plus vite, donc on peut gagner du temps. Le fait de pouvoir se mettre à fond dedans et publier des actualités sur Facebook et Twitter

a vraiment fait croître la fréquentation du blog.

 

Olivier Roland :Quand est-ce que tu as décidé de créer ton premier produit? C’est quand même un cap qui fait souvent peur aux blogueurs Pro. On se dit ça y est, j’ai un trafic suffisant, une liste e-mail suffisante pour que je commence à essayer de gagner de l’argent sérieusement. Comment ça s’est passé pour toi? Est-ce que tu penses que tu aurais pu créer ton premier produit plus tôt?

Olivier :Oui je pense que l’on peut créer son premier produit très rapidement, on n’a pas besoin d’un trafic phénoménal. Moi ce qui a fait que le produit a été créé à ce moment-là c’est le suivi de ta formation.

Pour arriver au module 6 où tu nous parles de créer un produit, cela demande du temps. Autant, avant on n’avait pas assez de temps pour écrire des articles, autant on n’avait pas non plus assez de temps pour suivre assidûment tous les cours que tu avais créés.

D’ailleurs une des premières choses après avoir arrêté de travailler c’est de continuer à suivre ta formation jusqu’au bout, chose que je n’avais pas réussi à faire jusque-là. Et effectivement dès que tu commences à nous parler dans le module 6 de création de produits, tout de suite, cela donne des idées, on commence rapidement à penser aux différents produits que l’on peut créer. Justement je ne sais pas si c’est une question que tu allais aborder ou pas, mais moi j’ai choisi de ne pas commencer par créer ma formation vidéo, même si je sais que l’on va la faire un jour et que ce sera le produit phare. Ce sera une formation complète qui sera proposée en ligne.

Là pour le coup j’avais une certaine appréhension, c’était pour moi un produit trop gros, trop important pour me lancer tout de suite dedans. C’est pour ça que j’ai choisi de commencer par des produits un peu plus faciles à créer avant de me lancer dans la grosse formation vidéo dans laquelle j’espère me lancer assez prochainement.

Olivier Roland :Tu as fait un guide?

Olivier :On a fait un set de « fiches outils ». Le produit c’est « le pack complet des fiches outils des parents bienveillants ».

Olivier Roland :Ce sont des fiches que l’on peut imprimer et qui vont nous aider à bien éduquer notre enfant?

Olivier :Bien éduquer notre enfant c’est un grand mot, mais en tout cas à récolter des tas de conseils pour effectivement appliquer les principes de la parentalité bienveillante ou positive.

Olivier Roland :Tu crées ce premier produit. Depuis combien de temps?

Olivier :J’ai commencé à travailler sur ses fiches outils avec une petite équipe que j’ai recrutée autour de moi en janvier 2013, les fiches étaient prêtes juste avant le lancement fin mai début juin.

Olivier Roland :Tu as fait ton lancement en mai 2013, c’était un lancement avec des vidéos?

Olivier :C’était un lancement orchestré avec des vidéos etc…

Olivier Roland :Est-ce que ça s’est bien passé? Est-ce que tu avais l’habitude de faire des vidéos avant?

Olivier :Ce n’était pas la première que nous faisions des vidéos, moi j’avais déjà fait des vidéos qui avaient été publiées sur le blog avec justement quelques conseils de parentalité etc…Moi qui étais commercial pendant dix ans, j’avais l’habitude de faire mon show devant un auditoire, donc je suis assez à l’aise dans cet exercice-là, ça l’était moins pour Camille.

Pour le lancement, on a fait 4 vidéos avec Camille, donc c’était une grande première pour elle. Elle s’est prise au jeu, et on s’est amusé à faire ces vidéos-là.

Olivier Roland :Est-ce que tout s’est déroulé comme sur des roulettes?

 

Olivier :Non.

Olivier Roland :Évidemment je savais déjà la réponse avant de poser la question. On n’arrive jamais à avoir un article parfait, une vidéo, un lancement parfait. Qu’est ce que tu as fait par exemple comme erreur?

Olivier :Le plus gros couac, c’est qu’on avait prévu de vendre le set de fiches outils à un certain prix, on avait une liste de 300 de VIP qui nous avait aidé à réfléchir aux différentes thématiques, à qui on avait envoyé un sondage et qu’on tenait à remercier. On proposait un tarif préférentiel à ces 300 personnes sur une liste de 4 500 abonnés. L’erreur que l’on a faite c’est d’envoyer le mail aux 4 500 au lieu des 300.

Donc le prix promo réservé à 300 a été envoyé à 4 000.

Olivier :Exactement, en plus en disant : « vous faites partie de nos VIP ». Mais au finish cela nous a permis d’avoir les résultats que l’on a eus. Le prix était de 49€ pour le set pour tous ces VIP. Et très sincèrement avec le recul, cette barrière de mettre le prix en dessous de 50€ a permis de vendre beaucoup plus. Je n’ai pas fait de test, maintenant ça a plutôt bien marché.

Le second couac c’est que la première vidéo devait être prête pour le lundi suivant. J’ai dû envoyer un e-mail à toute la liste pour leur dire que l’on était désolé, on avait un problème informatique, et qu’elle serait décalée d’un jour. Le lancement s’est bien passé mais on n’a pas dormi pendant un mois.

Olivier Roland :C’est un événement stressant mais c’est aussi très excitant. C’est quelque chose dont on se souvient ensuite pendant très longtemps.

Olivier :Oui. Tout est aussi très nouveau, les outils que l’on utilise, en passant par les vidéos, Amazon etc… Nous avons tout découvert en même temps, il a fallu tout faire tout créer d’un coup presque à la dernière minute car au départ la priorité c’était de finir le produit et qu’il soit prêt à la vente. Bien sûr je suis beaucoup plus confiant pour le second lancement que l’on va faire.

Olivier Roland :Quel était le résultat de ce lancement?

Olivier :Sur 5 jours on a fait 268 ventes pour un chiffre d’affaires d’un peu plus de 13 000€.

Olivier Roland :Pour un premier lancement c’est déjà pas mal non?

Olivier :Oui. On avait un objectif de 10 000 €. D’autant plus qu’on n’a pas eu la fameuse courbe en W dont tu nous as souvent parlé pendant les premiers jours du lancement.

Olivier Roland :Donc vous avez eu un énorme pic le jour du lancement?

Olivier :On a eu un pic inversé.

Olivier Roland :Donc un pic de vente le dernier jour. Vous avez dû être bien stressés.

Olivier :Le premier jour 36 ventes, 2ème jour 34, 3ème 38, 4ème 48 et le dernier jour 111 ventes soit un tiers des ventes.

Olivier Roland :Vous avez modifié quelque chose dans l’offre ?

Olivier :On a lancé l’offre en trois mensualités, mais je ne pense pas que ce soit ça qui est vraiment changé les choses. Mais on a eu le pic le dernier jour et même la dernière minute, puisque je m’apprêtais à fermer la page de vente le samedi soir vers minuit et une dizaine de minutes avant la fermeture, j’ai reçu un e-mail d’un Canadien qui disait qu’il ne pouvait pas acheter notre produit avant 5-6 heures, et donc pour le Canada on a décalé la fermeture jusqu’à 6 heures le lendemain.

Olivier Roland :Cela montre bien l’excitation que peuvent avoir les prospects. Est-ce que tu as le projet d’un second lancement prochainement?

Olivier :Juste avant de parler de ça, je voulais parler de l’engouement. On a quand même bien vu que ça allait marcher puisque sur les 3 premières vidéos on a eu plus de 860 commentaires. Ils arrivaient en masse, on n’a pas réussi à répondre à tout le monde.

Le second lancement est prévu pour fin septembre sur le même produit. Il va y avoir pas mal de corrections, de choses à ajouter, de nouveaux bonus etc…

On a aussi fait des sondages pour avoir des retours par rapport à tout ça. On a des personnes qui nous suivaient depuis longtemps et qui ont acheté des fiches outils qui sont devenues presque des collaborateurs et qui nous aident à améliorer les fiches et à écrire des articles. On va bientôt lancer un forum rattaché au blog car c’est une demande très forte de nos lecteurs. On a eu beaucoup de retours positifs, et pour les personnes qui trouvaient qu’il y avait des choses à améliorer, on a eu des propositions de créer de nouvelles fiches.

Olivier Roland :Voilà, le premier lancement n’a pas besoin d’être parfait et il faut utiliser les ressources des clients pour l’améliorer. Tu vas faire une seconde version pour l’améliorer.

Quelle leçon as-tu tirée de ce premier lancement? Déjà je suppose que tu ne vas pas envoyer la promo VIP à tout le monde…

Olivier :…Je n’aurais pas de VIP pour ce second lancement. Ce que j’ai tiré comme leçon, c’est d’arrêter de procrastiner. Le lancement était prévu pour bien plus tôt, il aurait dû se faire depuis 2013, il ne s’est fait qu’en mai. J’ai repoussé les choses jusqu’au jour où on s’est dit qu’il fallait que cela se fasse à telle date et qu’on allait se débrouiller pour que tout soit prêt.

On n’a pas dormi pendant avant et un peu après, mais si on ne s’était pas arrêté sur cette date, ça se trouve aujourd’hui on n’aurait pas fait le lancement. On a posé la date. J’ai lancé un petit scoop, au moment où on a vendu le produit, même s’il y avait encore des petites choses à terminer. Personne ne nous en a voulu, parce que le bonus, on a fini par le créer. Il faut se lancer, il faut y aller et arrêter de procrastiner.

Olivier Roland :Tu touches du doigt quelque chose de très important, on a tous une tendance à procrastiner et comme tu l’as dit, si tu ne t’étais pas fixé une date, tu serais toujours en train de préparer ton premier lancement et tu aurais eu 13 000€ de moins sur ton compte en banque. Tu n’aurais pas de clients, tu aurais des prospects qui seraient moins ravis, et moins de confiance dans ton projet.

Je vois aussi malheureusement qu’il y a parfois des membres de Blogueur Pro qui sont complètement au point, ils ont le blog, le trafic, l’expérience, l’autorité, la relation avec leurs lecteurs, la mailing liste et ça prend des mois et des mois pour lancer le premier produit. C’est normal d’avoir peur, c’est une étape par laquelle tous les blogueurs sont passés. Il est important d’arriver à dépasser ça et de se fixer une date. Félicitations d’avoir fait ça, tu dois vraiment être content de t’être donné un coup de pied aux fesses.

Olivier :Il fallait se lancer. Je donne aussi un grand coup de chapeau à Camille qui avait énormément d’appréhension pour apparaître sur les vidéos et qui s’est lancée et qui aujourd’hui y a pris goût. C’est quelque chose qu’elle n’aurait jamais imaginé pouvoir faire. Après il faut se donner un coup de pied aux fesses pour tout faire marcher.

Olivier Roland :C’est un excellent conseil pour tous ceux qui nous regardent ou qui écoutent. Est-ce que tu as un conseil à donner aux débutants qui n’ont pas encore de blog et qui ont envie de se lancer.

Olivier :Pour ceux qui n’ont pas de blog, je dirais d’en créer un. Et pour ceux qui viennent de commencer, être conscient que le trafic, la notoriété ça met du temps à venir, que nous on a commencé à percevoir que le blog commençait à vraiment décoller une bonne année après s’y être mis à temps plein. Cela demande du boulot en écriture, en relationnel. Il faut être conscient de cela, et savoir qu’après ça va de plus en plus vite, et les résultats peuvent venir très vite.

Effectivement il ne faut pas attendre trop avant de créer son premier produit.

D’ailleurs il ne faut pas se focaliser sur un seul type de produit qui serait la formation vidéo car on se dit que c’est ce que font Olivier Roland et beaucoup d’autres.

La preuve en est avec les fiches outils. On peut commencer par des produits comme ça, « fiches outils », « carnet de bords » sous format JPEG, PDF etc…et s’entraîner à faire des lancements orchestrés. On ne doit pas forcément se focaliser uniquement sur la formation vidéo qui pour ma part m’a un peu freiné.

La formation vidéo, ça me semblait tellement beau, que là pour le coup j’aurais procrastiné pour créer ce premier produit qui aurait été la formation vidéo. En partant sur quelque chose de plus simple qui était de créer des produits PDF ou autres, on peut ensuite s’attaquer à la formation vidéo.

Olivier Roland :Je te remercie pour tous ces conseils, je pense que tu as bien résumé les choses. Comme tu le dis au début, un blog c’est beaucoup de travail mais une fois que l’on a atteint le seuil déclic du succès, cela devient beaucoup plus facile. Cela ne veut pas dire qu’on ne va plus travailler dessus mais si on veut lever le pied, le blog va continuer de croître. Plus le contenu est bon, plus il y a de visiteurs, c’est une spirale positive qui s’enclenche.

Finalement c’est comme dans n’importe quel secteur. Comme lorsqu’on apprend à nager, on est très vite essoufflé alors que d’autres paraissent nager sans effort. Avec de la pratique, on fait tout plus rapidement avec moins d’énergie dépensée. Le blogging est une machine que vous mettez en marche et qui au bout d’un moment va commencer à travailler pour vous.

Olivier :L’avantage justement d’un premier produit autre que la formation vidéo, c’est que c’est un produit que l’on peut proposer de manière récurrente. Camille et moi, on a fait un lancement orchestré, suivi immédiatement de la création d’une page statique d’un encart sur le blog « Super parents » qui mène sur cette page. Aujourd’hui tout est automatisé, c’est-à-dire que les gens arrivent sur le blog et sont ensuite redirigés sur la page de vente. Il y a eu les 13000 € de chiffres d’affaires pendant le lancement, et derrière il y a du chiffre d’affaires qui continue de se faire automatiquement.

Olivier Roland :C’est effectivement le gros avantage d’avoir des produits comme ça. D’ailleurs Loïc le disait aussi dans son interview, puisqu’il fait à peu près 800 € par mois de manière automatique en vendant un guide sur le jardinage.

Donc très bons conseils. Merci beaucoup de nous avoir donné un aperçu de ton parcours, de la réussite de ton blog. C’est en bonne voie pour que ce soit un véritable business et que vous puissiez en vivre tous les deux. Je pense que pour 2014 cela devrait être possible, est-ce que tu es d’accord avec ça?

Olivier :Oui

Olivier Roland :Toutes mes félicitations. Merci encore d’avoir partagé ces conseils avec nous. J’espère que cela va motiver nos auditeurs. Et je te dis à très bientôt pour de nouvelles aventures, on suivra évidemment ton évolution et on espère que très rapidement tu auras un business viable qui te permette de faire vivre entièrement ta famille. Merci et à très bientôt.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

avis blog des supers parents,super parents,routines fiches super parents,les supers parents,les super parents,forum camille olivier fiche,fiches super parents,blog couplé gagnant gratuit,blog camille et olivier,avis super parents
Related Posts
Showing 44 comments
  • Chrystèle

    Bonsoir
    Témoignage vraiment intéressant et motivant !
    Une petite remarque concernant l’URL du blog : il manque un « s » à supers parents.

    • Olivier Roland

      Merci Chrystèle, en fait il s’agit d’une faute, normalement « super » ne prend pas de s. Olivier m’a dit que c’est fait exprès pour attirer l’attention mais j’ai du mal à m’y résoudre moi-même.

      En tout cas cela montre qu’on peut avoir une grosse faute de français dans le titre de son blog et réussir quand même ! 😉

  • Nicolas

    Super vidéo encore une fois. Merci à tous les deux.
    Je fais partie de ces blogueurs dont Olivier parle, qui ont tous les ingrédients pour faire un produit mais qui procrastinent. Mon blog commence à avoir une bonne autorité ( + de 3000 inscrits à ma liste et 650 visiteurs journaliers), mais je repousse sans arrêt l’échéance pour me lancer dans l’élaboration de mon produit.
    Il faut que je me mettes « ce coup de pied aux fesses  » comme vous l’évoquez dans la vidéo; me fixer une date butoire. Allez, on va dire le 31 Décembre 2013.
    Affaire à suivre

    • Olivier Roland

      Nicolas la création du produit est une étape qui fait peur à quasiment tous les membres dont le blog est pourtant mûr pour cela.

      C’est donc une étape qu’ils procrastinent naturellement, donc rassure-toi tu n’es pas le seul.

      Le 31 décembre de cette année me semble être une bonne date butoir. Je t’invite également à participer à la prochaine séance de coaching commun pour que je puisse donner un de ces coups de pied aux fesses dont j’ai le secret 😉

    • Nathalie

      Bonjour Nicolas,

      Tu n’es pas le seul comme le dit Olivier dans la vidéo, les blogueurs qui procrastinent sont nombreux et malheureusement j’en fais aussi partie !

      Je vais faire comme toi, me fixer une date, arrêter de fignoler et me lancer enfin! Bon courage à toi et à tous ! : )

  • Olivier Roland

    Par ailleurs j’ai oublié de le préciser dans la première version de l’article (c’est édité depuis) : après ce lancement Olivier a réalisé environ 2000 euros par mois de vente avec ses fiches-outils.

    Pas mal pour un premier produit hors guide ! 🙂

    • Camille et Olivier

      C’est en effet, pour nous, un des gros avantages à lancer un produit qui peut ensuite continuer à être commercialisé via une page de vente statique… à l’inverse des grosses formations vidéo qui ne peuvent être lancées/commercialisées qu’une ou deux fois dans l’année.

      Suite au lancement des Fiches Outils du Parent Bienveillant, nous avons réalisé un deuxième lancement orchestré (uniquement par email celui-ci) pour notre second produit : le Kit complet du Carnet de Bord de la Famille (http://www.parentalite-bienveillante.com/le-carnet-de-bord-de-la-famille/).

      C’est grâce à ces 2 produits que nous avons désormais des revenus récurent chaque mois… sachant que nous n’avons pas encore mis en place de programme d’affiliation…. ce qui ne saurait tarder !

    • Laurent Breillat (Apprendre la Photo)

      Oui, mais n’oublie qu’une formation vidéo se propose en général avec abonnement, et donc permet également d’avoir un revenu récurrent 🙂

      Je comprends que ça puisse paraître énorme comme chantier une formation en vidéo, mais il faut découper ça en petites étapes (faire une gigantesque mindmap complète de la formation), et surtout ne pas tomber dans le piège d’enregistrer tout le contenu avant de la vendre.

    • Camille et Olivier

      Entièrement d’accord Laurent… et c’est clairement notre prochaine étape (même si nous allons aussi continuer à créer d’autres produits d’entrée de gamme).
      Je souhaitais juste rappeler, comme le souligne Olivier, que commencer par créer un produit plus simple qu’une formation vidéo peut être un bon moyen de s’entrainer au Lancement orchestré… et de commencer à faire du CA, ce qui booste en plus la confiance en soi !!

  • celine

    Je vais lire et écouter avec bcp d’attention ce qu’il va dire je tiens moi même un blog depuis peu….et je le suis sur son site !

  • Théo Duverger

    Bravo et merci pour ce témoignage, surmotivant.
    Bon et bien les exemples de réussite suite à ta formation se multiplient. « y’a plus qu’à » faire la même chose maintenant.
    A bientôt

  • Anonyme

    Vraiment sympa cette interview et je suis allé voir le blog, il est très bien fait, il a tous les éléments qui sont recommandés et placés de la bonne façon en plus!
    On voit que c’est du travail sérieux, surement le résultat de nombreuses améliorations/optimisations au fil du temps.
    Je pense que tu as oublié un conseil aux nouveaux blogueurs qui veulent s’y mettre sérieusement, c’est de s’inspirer de ton blog et vérifier chaque points afin de s’assurer d’avoir l’équivalent sur son propre blog.
    A+

  • Neil

    Excellente interview Olivier!
    Félicitation à Olivier et Camille pour leur blog et leurs résultats.
    Merci pour ce témoignage.
    La principale information que j’ai retenu est que rien n’est parfait bien qu’on l’on fasse tout pour. Il ne faut pas se prendre la tête pour cela. Cela me concerne car je suis du genre perfectionniste! 🙂

  • france

    merci, tres intéressant. J’ai appris beaucoup de choses en écoutant cette interview. Mais finalement cela a demande bcp de travail et au final un plein temps a deux…..;-))

    • Olivier Roland

      Bonjour France,

      Au contraire, Olivier explique dans cette interview qu’au début le blog lui demandait seulement 10 heures par semaine, et 5 heures à sa compagne, soit 15 heures en tout.

      Cela peut sembler beaucoup mais il ne faut pas oublier que l’on parle de créer une entreprise rentable sur Internet en partant de zéro et sans investissement financier et donc de risque de perte d’argent qui vont normalement de paire quand on créer une entreprise.

      Ensuite c’est seulement parce que le blog décollait et qu’Olivier a fait le choix de s’y consacrer pleinement qu’il y a passé plus de temps.

      Et sa compagne Camille n’y travaille pour le moment qu’à temps partiel, et le but est qu’elle puisse s’y consacrer pleinement le plus vite possible.

      Ce qu’il faut retenir : un blog est un excellent moyen de démarrer une entreprise à temps partiel avec un investissement très réduit, et permet de tester un concept assez rapidement sans y perdre trop de plumes s’il ne s’avère pas aussi rentable que prévu.

  • Raphaël

    Merci Oliver (les 2 !) pour la vidéo.
    Merci d’avoir rappeler que le développement d’un blog prenait du temps.
    De mon côté, je suis tellement excité de créer mon blog que j’ai envie qu’il fonctionne tout e suite !!

    Cet article m’a ramené les pieds sur terre !
    Un blog, c’est du boulot !
    Merci et bon courage à vous !
    Raphael

    • Camille et Olivier

      Hello Raphaël,
      En effet ! S’il y a bien une chose dont nous étions conscients dès le début de l’aventure, c’est que la première étape (avant toute tentative sérieuse de monétisation), c’était de construire une certaine « légitimité » du blog : en développant notre notoriété, notre expertise et une vraie relation avec nos lecteurs… Il fallait construire un blog qui soit lu, suivi, reconnu… et apprécié des moteurs de recherches. Cela prend du temps, mais ce sont les « Fondations » de l’entreprise en création.

  • Cathy Caroff

    Merci beaucoup pour ce retour d’expérience. J’apprécie aussi la mind map qui vient compléter cette interview.

    Ce type d’article permet vraiment de s’accrocher.

  • Victor

    Bonjour,

    Merci pour cette interview motivante !
    J’ai démarré mon blog il y a 4 mois après avoir lu ton livre et suivi ton kit de démarrage de l’entrepreneur.
    Donc cet exemple de réussite tombe à pic pour me donner l’énergie nécessaire de continuer à m’investir dans ce projet !

    Merci à vous !

  • Daniel

    Bonjour Olivier et Olivier,
    Bravo au 1er, tu nous donnes un bel exemple d’audace et de foi!

    Tu nous rappelles que dans le blogging il faut faire preuve de 4P: persévérance, persistance, patience et passion, en évitant le mauvais P de la procrastination!

    Merci au second pour l’interview et la mindmap, malgré un autre oubli de S à ses conseils 😉
    Question: à partir de combien d’inscrits à la mailing-list considères-tu qu’on peut lancer son produit?
    D’après ce que j’ai compris, Olivier a mis à peu près deux ans pour se constituer une liste de 4500 inscrits.
    J’en ai 300 après 8 mois, suis-je dans les temps où y a un truc à revoir?
    Daniel

  • Vanessa

    Bonjour à tous et aux 2 Olivier,
    C’est toujours un plaisir d’écouter la réussite des autres blogueurs, et de savoir comment ils ont fait: leurs difficultés, et leurs joies. Moi même, en tant que blogueuse débutante, j’aimerais bien en arriver là. Mais pour ça, il faut continuer, et de la bonne manière. Car quand on est blogueur, on à aussi des doutes de toutes natures …

  • Sourire

    Bonjour,

    Mon hypothèse de la courbe en L inversée est que les parents qui achètent le produits ont plus de disponibilité le week-end.

    Pour un second lancement, il faudra sûrment inclure le samedi et le dimanche pour aider les parents. Jusqu’au lundi 12 heure (heure de Paris)

    Les parents sont aussi moins disponibles la semaine de la rentrée. Est-ce que les vacances ont plus de chance de fonctionner pendant les vacances scolaires ou non? Est-ce que le produit peut s’offrir comme cadeau de Noël? Est-ce qu’il peut s’offrir comme cadeau de naissance ? Est-ce qu’il peut s’offrir en janvier époque où on prend de bonnes résolutions ? Voilà quelques idées de questions pour votre prochain lancement.

    Bonne réussite

    • Camille et Olivier

      De très bons conseils que nous allons suivre !! et quel beau pseudo !!
      Merci

  • Sourire

    Une idée de produit : activités pour occuper les neveux et nièces/conseils pour les oncles et les tantes qui n’ont jamais eu d’enfants

  • Micheline

    Salut olivier, Olivier, Camille,
    Super intervew, dites-moi, vous pensez qu’en Afrique avec le pouvoir d’achat bas et la culture d’Internet qui est juste naissante, un blog a des chances d’être rentable? Je suis Olivier Roland depuis des mois et j’ai une idée de blog bien arrêtée, mais en Afrique y a -t-il une chance?
    En tout cas merci de maintenir cette flamme allumée.

  • David

    Bonjour Olivier(s),

    Je suis rassuré, moi je n’ai que 6 visites par jour en moyenne, mais c’est un domaine plutot ciblé les maths, mais j’ai déjà sorti mon produit (l’accès au forum) sur clickbank, et j’en prépare un autre, « Viser 20 en math en 20 jours ».

    Je vais bientôt proposer des vidéos gratuites contre l’adresse email des mes prospects (« les 7 astuces pour les maths ne soient plus du chinois »), car 15 minutes d’aide en math n’a pas l’air d’intéresser beaucoup les parents (test fait de septembre 2012 à juin 2013).

    Ce que je me demande vraiment, c’est plus
    « quel est le genre de contenu que les parents d’élèves (enfants ou ados) recherchent ? »
    pour le produire, as-tu une idée ?

    En tout cas, le témoignage est toujours une source de motivation, cela se confirme pour moi. Olivier tu m’encourages, merci !

    David RUGGIERI, l’Éducateur télé-mathématiques.

  • Bruno

    Merci pour ces encouragements, c’est nourrissant pour mon propre projet. Bonne continuation a vous
    Bruno

  • Albert-Georges

    Bonjour aux deux « Olivier »,

    O.R excuses-moi de ne pas faire de commentaire pour le moment, merci sur le principe de cet envoi, je n’ai pas tout lu, je vais y revenir.

  • Christian

    Bonjour à tous,

    Ce témoignage est très intéressant, car il aborde aussi un sujet peu évoqué lors les créations de blogs rémunérateurs, notamment par un demandeur d’emploi, qui est le choix du statut juridique.

    En effet, après sa rupture conventionnelle pous se consacrer exclusivement à son blog , Olivier devrait toucher le chômage pendant 2 ans maximum.

    Pour concilier ses allocations Pôle Emploi et ses ventes de produits, a-t-il créé une entreprise pour ce blog ? Si oui, l’a-t-il fait au moment de son inscription à Pôle emploi ? Ou plus tard, par exemple dés les premiers revenus générés par ses fiches outils ? Et enfin, sous quelle forme de société ?

    C’est pourtant un aspect important pour le demandeur d’emploi allocataire, générant des revenus à l’aide d’un blog, et soumis à des contraintes liées à ce statut.

    Qu’en pensez-vous ? Olivier peut-il nous en dire plus sur la question ?

    Merci d’avance pour ce retour d’expérience, et bonne continuation à toutes et tous.

    Christian.

  • lydia

    Ce qu’il y a en commun sur les reussites des blogs, c’est la passion de l’informatique, donc beaucoupl plus difficile pour les novices sans passsions excessives pour l’informatique. Je comprends mieux mes difficultés dans la création même de l’outil

  • lydia

    meri pour ce retour d’expériences

  • Véronique

    Bonjour tout le monde,

    Super vidéo, enrichissante, motivante… ça donne la pêche !
    En lisant les témoignages sur la vente de produits, la même question revient toujours : comment faire pour en dire assez et susciter l’envie mais en même temps ne pas en dire trop pour garder suffisamment de contenu intéressant…
    Cette question est-elle abordée dans tes formations Olivier ?
    Quelqu’un a-t-il une piste pour m’éclairer ?

    Merci à vous trois en tout cas… Cela me motive vraiment à me lancer !
    A bientôt

  • Albert-Georges

    Bonjour à tous deux,

    Cette fois j’ai tout lu, l’artcle est vraiment intéressant.

    A bientôt sur mon blog

  • cyrille

    Bravo à tous les deux.
    Cette vidéo met vraiment le moral et prouve que c’est possible dans un domaine qui cible les parents. Étant moi même sur ce créneau avec le bilinguisme précoce, je me suis bien rendu compte que les parents sont moins derrière leur écran que les geeks !
    C’est peut être une explication sur la courbe en L inversé ?
    L’idée du forum est également très bonne car j’ai moi aussi constaté qu’il y a peu de forums. Le domaine des parents est occupé par des revues à destination des jeunes mères et qui nous servent tous leurs marronniers chaque année. Dans leurs forums associés à ces publications, point de discussion mais plein de bannières de pub qui te sautent à la tête.
    Bravo pour l’initiative.
    J’en serai.
    Cyrille

  • Anthony

    Bonjour,
    comment beaucoup, je le redis cette vidéo expliquant votre parcours est extrêmement motivant.
    Pour une personne qui début, seulement quelques semaines de blogging, ca donne espoirs.

    Pour les produits, selon vous, il est préférable d’attendre plusieurs mois et d’avoir déjà bien démarrer en publier du contenu pertinent assez concéquant et bien référencé et d’avoir rassemblé un liste assez grande d’abonnés pour penser à préparer un lancement ?

    Merci encore, bonne continuation dans vos projet et à bientôt
    Anthony

    • Camille et Olivier

      Hello Antony,
      Je pense qu’il faut bien maitriser son sujet avant de créer un produit. En ce qui nous concerne, notre « expertise » du sujet est venue avec le temps : en nous renseignant, en lisant, en écrivant des articles, en nous formant et en discutant avec des « pointures » du sujet. Autant dire que cela ne se fait pas du jour au lendemain.
      Néanmoins, avec du recul, je pense aussi que nous aurions pu créer notre premier produit bien plus tôt… Mieux vaut avoir un produit à vendre et ensuite bosser sur le trafic pour faire des ventes… que d’avoir un énorme trafic mais rien à vendre.
      Bon courage et à bientôt

    • Anthony

      Je suis tout à fais d’accord, il faut laisser du temps au temps comme on dit.
      En effet, l’expertise vient avec le temps, avec les rencontres et au fur et à mesures que l’on écrit des articles.

      Préparer petit à petit un produit peu être une solution, pour qu’au moment choisit on ait, et le produit et un trafic suffisant.
      Ce que n’empêche pas de le lancer plus tôt comme vous le dites.

      Merci pour votre réponse, et à bientôt

  • Mr & Mme P

    Bravo à Olivier et Camille pour la réussite de leur blog. Nous leur souhaitons de continuer leur belle progression. Nous sommes touchées par cette histoire de création d’un blog/site à 2 puisque c’est également notre cas.

    Bravo à toi également Olivier, tes vidéos sont toujours intéressantes et bien construites. On ne se lasse pas de les regarder.

    Je retiens une chose : la persévérance !! Lorsqu’on s’implique dans la création d’un blog, on a envie d’en voir tout de suite les résultats mais patience…
    Quelle a été, dans le cas d’Olivier et Camille, la courbe de progression du nombre de visiteurs ? A partir de quand avez-vous 10, 50 ou 100 visiteurs par jour ?

    Merci de votre réponse !

    • Camille et Olivier

      Hello Mr & Mme P, voici la progression de notre traffic, jusqu’à ce jour :
      – 1er billet publié fin Août 2011
      – Entre 20 et 40 visites/jour jusqu’en février 2012 (Olivier se met sur le blog à temps plein à partir de Mars 2012)
      – Entre 50 et 100 jusqu’en Mai 2012 puis
      – Entre 100 et 150 jusqu’en Juillet 2012 puis (un article publié fin Juillet avait cartonné !)
      – Entre 250 et 350 jusqu’en Novembre 2012 puis
      – Entre 200 et 250 jusqu’en février 2013 (il semble que google ait peu apprécié plusieurs articles comprenant des TRES nombreux liens d’affiliation publiés en Nov et Dec 2012) puis
      – Entre 350 et 450 jusqu’en Juin 2013 (Premier Lancement Orchestré fin Avril 2013) puis
      – Entre 450 et 650 jusqu’à ce jour

      Bien cordialement

  • Hafid

    C’est pas mal pour un lancement. C’est un début encourageant qui va sûrement donner beaucoup de courge pour continuer à bien travailler et pérenniser.

  • Ismérie

    Merci pour la vidéo !
    J’ai bien rigolé quand Olivier de supers parents a expliqué qu’il avait envoyé le mail VIP à toute la mailing liste parce que je suis abonnée au blog (http://www.les-supers-parents.com/) et quand j’ai reçu le mail je me suis dis WOUA je suis VIP. Je te confirme que ça m’a vraiment stimulé pour acheter les fiches outils (se dire qu’on a le droit à une réduction ça facilite l’acte d’achat)
    J’ai donc acheté les fiches. Elles sont très complètes 😉 Hâte que le forum ouvre alors.
    Merci pour ton témoignage qui me conforte dans notre choix de vie avec mon conjoint

  • Camille et Olivier

    Avec plaisir Ismérie !!

  • Olivier

    Cette présentation confirme qu’Internet permet aux personnes de talent de pouvoir rebondir en dépit du contexte économique délicat que nous connaissons tous …
    Bravo !

  • Julien

    Merci pour cette interview intéressante.

    Je tiens aussi un blog destiné aux parents mais sur un sujet différent : voyager avec bébé. Et j’ai publié un livre de 340 pages en parallèle du blog.

    Ecrire un livre est une aventure formidable, et le livre reste aussi de mon point de vue un produit formidable parce qu’il concentre l’information et la connaissance d’une manière qui fait généralement encore gagner beaucoup de temps aux lecteurs, ce qui reste un avantage prisé et recherché.

    L’idée de réfléchir à d’autres produits ou services me semble cependant aussi assez séduisante. Fiches pratiques, formations… visiblement à vous lire, ces produits rencontrent aussi beaucoup de succès.

    Une contrainte à laquelle je n’avais pas pensé initialement, en ce qui concerne les livres est qu’en France, il existe une loi qui oblige de leur fixer un prix unique, ce qui interdit donc de diffuser des bons de réductions à des VIP…

    Du coup on ne peut pas miser la dessus lors d’un lancement… alors qu’avec d’autres types de produits cette contrainte du prix unique n’existe pas et on est donc plus libre d’innover commercialement.

    Bonne continuation et merci encore de partager ces informations très intéressantes.

Leave a Comment

47-automatisez-votre-business-avec-une-riviere-du-perigordla-liberte-dexpression-et-ses-limites-6-choses-que-lon-ne-peut-pas-dire-sur-un-blog