Voyages : L’Inde du Nord

par Olivier Roland

L’un des grands bénéfices du style de vie du blogueur pro que je mets en avant dans mon livre “Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog” est la liberté totale de voyager et de vivre où nous voulons. Evidemment, cette liberté géographique “totale” signifie en fait “liberté d’aller partout où il y a une connexion Internet”, puisque même automatisé, il est impératif de pouvoir surveiller son business lors de nos déplacements, même si cela ne demande que quelques minutes par jour.

Taj Mahal

Le Taj Mahal vu de la terrasse de mon hôtel, éclairé par le soleil levant.
Une belle vue pour prendre son petit dèj’ !

Heureusement, il est en général facile de trouver des hôtels disposant de connexions wifi, ou de cybercafés, même dans les pays pauvres, et cette situation s’améliore évidemment de jour en jour (Eric Dupin nous informait ainsi en novembre 2010 qu’une antenne 3G venait d’être installée à coté de l’Everest). La qualité des connexions varie cependant beaucoup, et je me souviens avec émotion de ma connexion 128 kbits/s – payée une fortune – lorsque je me trouvais à Wallis et Futuna, qui m’a quand même permis de gérer tant bien que mal le 3ème lancement d’Agir et Réussir 🙂 .

Bref, à moins d’avoir des besoins lourds comme l’envoi de vidéos, le blogueur professionnel  peut voyager pratiquement partout où cela lui chante, tout en gagnant de l’argent automatiquement ou semi-automatiquement. C’est une chance extraordinaire, partagée par un pourcentage ridiculement faible de la population mondiale, un privilège que nous devons apprécier à sa juste valeur et que même des millionnaires nous envient.

A présent que j’ai cédé les clients de ma toute première entreprise (celle que j’ai créé à 19 ans) et que je l’ai arrêté, l’ensemble de mes revenus provient de ma nouvelle entreprise, Les Editions Roland, qui gère toutes mes activités sur Internet. Je suis donc à 100% libre de me déplacer comme bon me semble… et je compte bien en profiter, et VOUS en faire profiter aussi.

Je compte en effet écrire régulièrement des articles sur mes voyages, les lieux que je visite, les personnes que je rencontre, les aventures que je vis, tout simplement parce que je pense que les voyages sont une partie intégrante de la vie du blogueur professionnel, même si je conçois très bien que certains préfèrent juste choisir de vivre dans la région de leurs rêves 😉 . J’avais déjà fait un bilan de mon mois de vie dans des îles du Pacifique dans l’article Gagner de l’argent en prenant des vacances à l’autre bout du monde, mais ce bilan était avant tout axé sur le bilan financier et entreprenarial de ce voyage alors que je me trouvais à l’autre bout du monde. Je n’avais rien écrit à propos des mœurs des pays que j’ai visités, des aventures que j’ai vécu, des paysages magnifiques et des monuments étonnants que j’ai pu contempler.

Je compte à présent aller plus loin et vous faire pour la plupart de mes voyages un récit qui mettra en avant tous ces éléments, avec également des conseils pratiques si vous souhaitez vous rendre dans ces pays. Je pense aussi continuer à faire des analyses entreprenariales et financières sur la façon de gérer son entreprise quand on est à l’autre bout du monde quand j’estimerai que c’est intéressant, donc pas de panique si vous aviez apprécié l’article sur mon mois dans le Pacifique 😉 .

Je partirai bientôt vivre 3 mois en Californie – avec 15 jours entre deux à Montréal –  et vous ferai sans doute quelques articles à l’occasion, mais je vais inaugurer cette série par mon plus récent voyage, qui s’est déroulé en Inde du nord, un pays mystérieux et enchanteur au possible…

L’Inde, la découverte d’un autre monde

old-Delhi

Dans les rues tortueuses de Old Delhi

Je suis donc allé en Inde un peu plus de 15 jours, avec la femme qui partage ma vie, pour des vacances. Nul besoin pour faire ce que j’ai fait d’avoir une entreprise sur le web, n’importe qui peut réaliser la même chose  en prenant deux semaines de congé. Comme je l’expliquais dans Gagner de l’argent en prenant des vacances à l’autre bout du monde, il y a une différence entre prendre des vacances et voyager tout en gérant son entreprise. Tout le monde peut faire la première, tandis que la seconde demande d’avoir une entreprise entièrement gérable sur Internet. Evidemment, disposer d’une entreprise automatisée ou semi-automatisée qui fonctionne bien permet de prendre davantage de vacances que l’employé lambda 😉 .

Est-ce qu’il s’agissait réellement de vacances ? Oui. Est-ce que je n’ai absolument pas travaillé ? Non. Mon entreprise n’étant pas automatisée à 100%, je suis parti avec mon ordinateur portable, en me fixant une limite de 1 heure de travail par jour à ne pas dépasser. Au final j’y ai passé en moyenne encore moins que cela, principalement à répondre aux emails de mes clients et de mes partenaires. C’est un travail difficilement externalisable selon moi, mais il y a sans doute une partie de la gestion des mails qui peut être externalisé à une assistante qui les filtrerait pour moi, cela fait partie des points que je dois mettre en place cette année. En tout cas je n’ai pas senti cette charge de travail et cela n’a pas du tout affecté mon séjour. Quand je vérifiai mes emails j’aurai évidemment en général préféré faire autre chose, mais ce sentiment était contrebalancé par le sentiment de contrôle que j’avais sur mon entreprise, qui me permettait de m’assurer que tout allait bien (Et non, je n’ai pas eu le temps de travailler sur le duel avec Sébastien, pour ceux qui se posent la question 😉 ). J’ai toutefois passé jusqu’à 3 jours sans me connecter et sans que cela m’ennuie outre mesure.

Venons-en à l’Inde. Si je devais vous donner un seul mot pour définir ce pays, ce serait : dépaysement. Car l’Inde est véritablement un autre monde. Tout y est si différent par rapport à ici que n’importe quel objet du quotidien, n’importe quelle habitude évidente pour ses habitants devient un sujet de fascination. Je comprends à présent ces Japonais qui prennent tout en photo à Paris, et donc nous aimons nous moquer gentiment, car j’ai moi aussi mitraillé tout ce qui me semblait intéressant, original, sortant de l’ordinaire, que ce soit beau ou non. C’est à peine si j’ai failli photographier une poubelle 😉 . C’est ce qui rend un voyage en Inde si étonnant, si intéressant, c’est la découverte d’une toute autre culture, qui nous permet de voir des choses dont nous ne pensions même pas qu’elles pouvaient exister.

Circulation

La première chose qui frappe quand on arrive à Delhi, c’est la densité incroyable de la circulation, et surtout sa dangerosité. Moi qui pensais qu’après avoir conduit à Paris on pouvait conduire partout, je peux vous dire qu’à coté de Delhi (et de presque partout en Inde), Paris c’est un manège auto sur rails ! D’ailleurs le guide du routard (que j’ai emmené partout avec moi et qui s’est révélé un atout précieux) explique qu’il est largement préférable de louer une voiture avec chauffeur plutôt que de tenter soi-même l’aventure, tant la circulation est dangereuse (et les salaires des chauffeurs bon marché).

Les Indiens conduisent en effet de manière très anarchique, au point qu’ils doivent klaxonner à répétition dès qu’ils font un dépassement, tournent, qu’un véhicule les serre de trop près ou qu’ils en sentent le besoin (ce qui arrive souvent). Le résultat est que les coups de klaxon sont quasi omniprésents et qu’il est impossible au début de profiter sereinement du paysage. Heureusement on s’habitude assez vite.

Sur les routes deux voies, il est fréquent de voir 3 voitures de front, et 5 sur les routes 3 voies ! Chacun dépasse par la gauche, la droite, roule sur le coté de la route, fait des zigzags comme bon lui semble, voire même prend la route en contresens ! Cela arrive fréquemment sur les autoroutes (!) et plus rarement en ville.

Ajoutez à cela qu’en plus des voitures il y a des vélos, des motos (très nombreuses), des rickshaws (j’explique ce que c’est après), et… des chameaux et des chevaux ! Sans compter bien sûr les fameuses vaches sacrées, qui se promènent où bon leur semble, et en particulier au milieu de la route (notre taxi a failli rentrer dans une vache le jour de notre arrivée, sur le périph’ de Delhi. Il paraît que c’est rare, car les vaches sont peu nombreuses dans la capitale).

la circulation à delhi

Les piétons, vélos, et même les animaux se mêlent joyeusement aux voitures et aux rickshaws dans les villes

Bref, il règne une grande anarchie sur les routes, anarchie dangereuse mais qui finit par être joyeuse, tant les routes nous offrent à voir des spectacles incroyables qui font parfois rire tout autant que frissonner.

Les rickshaws

rickshaw dans les rues de Delhi

En pleine circulation. Notez aussi la femme sur le scooter, assise en amazone, comme presque toutes les Indiennes !

Un des emblèmes de l’Inde, reconnaissable immédiatement et visible dans tout le pays, le rickshaw est tout simplement une mobylette à 3 roues avec un toit et une banquette à l’arrière qui permet d’embarquer jusqu’à 3 passagers (en étant bien serrés), souvent peints en jaune et vert. Si la circulation est déjà dangereuse à bord d’une voiture, celle en rickshaw est tout simplement un cran au dessus, car la légèreté et la manœuvrabilité de l’engin fait que les chauffeurs se faufilent partout, faisant parfois des prouesses dignes des films de cascades… Sans rire, prendre un rickshaw ressemble parfois à un mélange entre un tour d’auto-tamponneuse et de karting ! Mais cela a encore plus de charme qu’un taxi (beaucoup plus même) et l’absence de vitres rend le contact avec l’extérieur bien plus direct, sans compter que les rickshaws se faufilent bien plus facilement dans les embouteillages monstres qui se produisent dans les villes surpeuplées.

C’est à faire absolument si vous allez en Inde 😉

Religions et traditions

Le poids des religions et des traditions frappent vraiment en Inde du Nord. Elles sont beaucoup plus importantes qu’ici, et régissent de nombreux aspects de la vie quotidienne. Hindouisme et Islam sont les religions prédominantes, et l’on voit partout des représentations de dieux Hindous, tout comme l’on entend régulièrement les appels à la prière des imams dans certaines villes. Il y a des temples hindous et des mosquées partout. Les églises chrétiennes sont très rares (ce qui est normal vu que les juifs et chrétiens comptent pour moins de 2.5% de la population).

Rite Népalais à Varanasi

Jeunes Népalais pratiquant le Puja, un rite Hindouiste, dans leur temple à Varanasi

Cette omniprésence des religions ressemble aux descriptions de l’influence du christianisme il y a plus de deux siècles en Europe. Cette importance se perçoit dans de milliers de petits détails, des rites quotidiens (comme le ganga aarti de Varanasi) au fait qu’il faut manger ou donner de l’argent avec la main droite, sous peine d’attirer le mauvais oeil, en passant évidemment par les vaches sacrées, le “troisième oeil” que nombre d’Indiens arborent au front, les longues barbes des Sikhs et des musulmans… Ce tableau heurte souvent de plein fouet nos certitudes d’Occidentaux. De plus, même si l’on pourrait considérer que le catholicisme est un polythéisme déguisé, avec sa multitude de saints de tous poils, le caractère ancien du polythéisme Hindou frappe, avec sa multitude de dieux aux histoires alambiquées, ses multiples temples bariolés, ses innombrables rituels qui sont pour nous comme un aperçu du polythéisme Romain et Grec du temps de l’antiquité.

Le Puja ou ganga aarti (offrande de la lumière au Gange), exécuté par de jeunes brahmanes, tous les soirs à Varanasi

Ainsi à Varanasi, la ville sacrée des Hindous, des milliers d’Indiens viennent se baigner (on dit qu’ils dont des ablutions) dans le Gange, afin de se purifier (impossible de dire “se laver” étant donné la propreté du fleuve) dès le lever du soleil. Hommes, femmes et enfants, tous mélangés viennent se purifier de tous les péchés de leur vie ET de leurs vies antérieures, un spectacle pieux et joyeux à la fois.

Ablutions dans le Gange à Varanasi

Hommes, femmes et enfants viennent se purifier dans le Gange

Des centaines de personnes décédées sont aussi brulées publiquement tous les jours à Varanasi, de nuit comme de jour, un spectacle incroyable, bouleversant et fascinant, même si les arnaqueurs de touristes de tous poils qui pullulent dans les parages ont tôt fait de nous faire revenir sur terre 😉 .

Les Sikhs, bien que ne représentant que 2,1% de la population, sont très visibles car ils portent de superbes turbans noués autour de leur tête, de couleur bleue pour ceux qui sont le plus élevé dans la hiérarchie, et arborent un Kirpan (couteau recourbé) sur le coté. Cela fait partie des 5 attributs du Khālsā, que doit suivre chaque Sikh initié. Ils sont de plus très appréciés en Inde, et se sont, à l’instar des juifs en Occident, taillés une belle place dans les élites intellectuelles, commerçantes et militaires Indiennes. Certaines religions semblent donner à leurs adeptes de meilleurs outils que la moyenne pour réussir dans la vie, comme l’exemple des Juifs (qui composent seulement 0.2% de la population mondiale mais ont obtenus 22% des prix Nobels, 20% des médailles Field des mathématiques, 38% des Oscars du meilleur réalisateur, 20% des prix Pulitzer de non-fiction, et une grande proportion de nombreux autres prix prestigieux de ce type), des Protestants (comme l’a expliqué Max Weber dans l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme) et des Sikhs le montre. Il y aurait quelque chose de très intéressant à découvrir pour qui chercherait dans ces trois religions les fondements de la culture et de l’enseignement qui donnent à leurs adeptes ses avantages.

Golden Temple à Amritsar

Le Golden Temple, temple sacré des Sikhs, à Amritsar. Les Sikhs se baignent dans le lac sacré pour se purifier, une occasion rare de les voir enlever leur magnifique turban !

Il y a également de nombreuses autres religions, comme le jaïnisme et le bouddhisme, sans compter le bahaïsme, religion ultraminoritaire et étonnante qui accepte les vérités de quasiment toutes les religions, les considérant comme des révélations progressives d’une vérité encore inatteignable ! Elle est surtout connue pour le Lotus Temple à Delhi, le temple en forme de feuille de lotus.

Lotus Temple à Delhi

Plan rapproché du Lotus Temple à Delhi, temple du bahaïsme

Bref en Inde la religion a une influence dans la vie de tous les jours qu’il est difficile de se représenter sans y aller. Ce décalage entre notre vie quotidienne et la leur augmente d’autant plus le dépaysement déjà poussé que l’on ressent à parcourir cet autre monde !

Ancien et moderne, pauvreté et richesses

L’Inde est aussi incroyable par son mélange détonnant entre ancien et moderne. On peut croiser sur les routes indifféremment des 4×4 rutilants de dernière génération et des charrettes tirées par des chevaux ou des chameaux, aller dans des hôtels luxueux et le lendemain se faire héberger par une famille Indienne pauvre qui a à peine l’eau courante chez elle, passer d’un quartier magnifique et très organisé (le quartier des ambassades à Delhi par exemple) à des rues médiévales tortueuses, sales, remplies d’échoppes, aux odeurs parfois agréables et parfois non…

chameau au péage en Inde

Un chameau attendant son tour dans un péage d’autoroute

Car ce mélange entre ancien et moderne est souvent dû à l’inégalité des richesses. Ici, la pauvreté est partout, dès que l’on sort dans la rue, avec de nombreuses personnes qui dorment à même les rues, qui mendient, qui font de petits boulots, dans une saleté omniprésente qu’on finit par ne plus voir. Les inégalités sont bien plus creusées, bien plus apparentes qu’en Occident. On peut passer d’une ruelle sale et puante à un palais de Maharadjah rutilant, encore habité par sa famille, en quelques pas. Les monuments les plus beaux se trouvent souvent au milieu de quartiers très pauvres.

Cette clairière se trouve en plein coeur de la ville d’Agra, à quelques mètres du Taj Mahal !

Les villages sont souvent très pauvres, avec des villageois qui cuisent leur nourriture sur du feu de bois, dans des cuisines qui semblent tout droit sorties de l’époque Néolithique, et qui sont écrasés par un soleil de plomb, au milieu des animaux. De nombreux travaux, ici mécanisés, se font encore à la main en Inde, la main d’oeuvre étant peu chère (le salaire moyen est de 48 € par mois), au contraire des machines.

Enfants d'un village dans une école

Enfants d’un village dans leur école. Ils travaillent à même le sol, dans une chaleur écrasante (il a fait 40° en moyenne pendant toute la durée de mon séjour). Le seul équipement de la classe est un tableau et quelques craies.

Les villes sont très peu goudronnées (sauf à Delhi), ce qui se traduit par des nuages de poussière qui volent toute la journée, qui s’infiltrent dans les vêtements, les yeux, les cheveux. Il est fortement déconseillé de respirer par la bouche ! Certains Indiens mettent un foulard sur leur nez pour se protéger des poussières, notamment ceux qui roulent à moto.

Cette sensation que l’on a parfois de passer du Moyen-Âge au XXIème siècle n’a pas son pareil. Je ne l’avais jamais expérimenté de manière aussi forte, même dans un pays pauvre comme Fidji. Cette pauvreté omniprésente est également un choc pour nous Occidentaux. C’est une pauvreté tellement commune qu’elle fait partie du quotidien en Inde, à un niveau inimaginable ici en France.

Les mendiants sont très nombreux, y compris les enfants qui viennent régulièrement nous solliciter. Entrainés à fendre le coeur des touristes, ils y arrivent parfois très bien. Le guide du routard déconseille de leur donner de l’argent, car beaucoup d’entre eux doivent le reverser à des “protecteurs”, alimentant ainsi une sorte de mafia. Une bonne solution quand on veut leur donner quelque chose est tout simplement de leur acheter à manger à l’un des nombreux vendeurs ambulants qui se trouvent un peu partout, je n’ai pas vu un seul enfant qui ait refusé cette proposition.

Petits boulots et bakchichs

Comme je l’indique plus haut, en Inde la main d’oeuvre est très peu coûteuse, le salaire moyen étant de 48 € par mois. Conjugué au taux de chômage de 10% et au taux de pauvreté de 25%, cela donne de nombreux petits boulots qui n’existent plus en Occident, ou réalisés avec des moyens qui nous paraissent rudimentaires.

tisserand avec une machine à coudre à pédale

Tisserand travaillant sur une machine à coudre à pédale. Je n’ai vu aucune machine à coudre électrique durant mon séjour

Batteur de linge dans le Gange

Cet homme bat le linge après l’avoir nettoyé dans le Gange (!)

Cette pauvreté conduit de nombreuses personnes à vouloir vivre du tourisme, et parmi elles nombreux sont ceux qui essaient d’en tirer un maximum, allant même jusqu’à des degrés plus ou moins forts d’arnaque. En tant que touristes, nous sommes évidemment très identifiables, puisque nous n’avons pas vraiment le profil type de l’Indien, et cela nous conduit à être régulièrement sollicités, voire même très régulièrement dans certaines villes touristiques comme Agra ou Varanasi.

Les prix demandés sont en général au minimum trois plus élevés que la normale, et il est donc impératif de toujours négocier pour arriver à des tarifs plus raisonnables. Malgré cela, il est souvent très difficile de payer quoi que ce soit au prix que le paie un Indien ! C’est le cas des courses en Rickshaw par exemple. Mais étant donné le très faible coût de la vie là-bas, cela reste souvent très raisonnable, et il est même amusant parfois de se faire arnaquer et d’observer toutes les petites et grandes combines que certains peuvent mettre au point avec une ingéniosité incroyable ! Souvent on paie 100 ou 200 roupies de trop, ce qui ne fait que 1.50 € à 3 € environ, mais qui représente une belle somme pour les Indiens. Là bas on peut avoir un repas très complet pour 200 roupies dans certains restaurants, c’est dire !

Une sieste dans un vélo rickshaw

Avec la chaleur écrasante, il n’est pas rare de voir des conducteurs de rickshaw (ici une version sans moteur) dormir dans leur véhicule, à l’ombre des arbres

Cependant le nombre de sollicitations et de tentatives d’arnaque, notamment dans les lieux très touristiques, finit par agacer, et a tendance également à nous rendre méfiants, nombreux étant ceux qui tentent de gagner la confiance des touristes en paraissant très sympas et ouverts. C’est dommage, car il est difficile de bien doser cette méfiance, et il est facile de l’être trop (se fermant ainsi des opportunités de rencontres et d’échanges intéressants) ou pas assez (nous exposant ainsi aux arnaques).

L’Inde est le premier pays que je visite où les sollicitations commerciales et d’argent sont si nombreuses et si fatigantes. Je suis pourtant allé 15 jours à Fidji, qui est un pays tout aussi pauvre, et où la moitié de la population est d’origine Indienne, et si les sollicitations sont également nombreuses là-bas, elles sont très loin d’être aussi agaçantes, les Fidjiens étant extrêmement serviables et sympathiques, même quand ils ont un intérêt économique dans l’histoire. En gros à Fidji, mon ressenti était que les Fidjiens sont sympathiques et serviables par nature, et que toute demande d’argent ou de rémunération ne se fait qu’en plus de cela, tandis qu’en Inde, j’avais l’impression que beaucoup d’Indiens étaient sympathiques et serviables uniquement par appât du gain. Je peux me tromper (c’est mon ressenti subjectif après tout), mais on voit en tout cas à quel point l’influence de l’intention perçue est importante, puisqu’après tout d’un point de vue rationnel, le processus est le même. Mais dans l’un, on a l’impression de se faire aider par des gens sympas, et dans l’autre, de se faire avoir par des gens qui font semblant d’être sympas pour mieux nous avoir. Il y a là une excellente leçon à tirer pour tous les blogueurs pros et autres entrepreneurs 😉 .

Négocier en IndeL’Inde est une excellente école pour apprendre à négocier, la négociation étant indispensable pour ne pas se faire plumer ! 

Rencontres

Rencontres dans un village en Inde

Ce village très pauvre sait accueillir ses visiteurs dans la joie et la bonne humeur 😉

Etant donné la nature de mon voyage (15 jours à bourlinguer dans de nombreuses ville du Nord de l’Inde), il n’était pas possible d’établir de solides amitiés avec des locaux. Cela est compensé par le nombre et la diversité des rencontres que l’on peut faire dans un voyage de ce type. Evidemment, la nature de la plupart de ces rencontres est avant tout commerciale, mais cela n’empêche pas à l’occasion de faire des échanges intéressants ou joyeux. J’ai aussi utilisé le Couch Surfing pour rencontrer un Indien autour d’un verre (qui devrait bientôt me rendre la pareille en venant sur Lille), et  pour être hébergé une nuit dans une famille Indienne, l’occasion de s’immerger un peu plus dans le mode de vie de là-bas.

Chambre Couchsurfing Inde

La chambre que le Couchsurfeur a mis à ma disposition. Il accueille jusqu’à 6 couchsurfeurs en même temps, dans 3 chambres différentes ! Bel esprit d’hospitalité et d’ouverture aux rencontres

Bien que cette famille soit manifestement pauvre (la maison étant sale, peu meublée, avec de gros problèmes de plomberie), leur maison est grande, et le couchsurfeur qui m’a accueilli fait preuve d’un bel esprit d’hospitalité et d’ouverture aux rencontres, puisqu’il accueille jusqu’à 6 couchsurfeurs en même temps dans ses 3 chambres ! Il est également très serviable et sympathique, et n’hésite pas à emmener ses invités dans sa ville, pour une belle balade en moto ! J’ai rencontré d’ailleurs des couchsurfeurs Ukrainiens et Russes qu’il hébergeait en même temps, l’occasion encore d’échanger avec des gens du monde entier.

Comme je l’indiquais dans ma chronique de La semaine de 4 heures, avec le couchsurfing, une entreprise sur Internet et l’avion, le monde devient véritablement un village global ! Il est très facile de faire des rencontres avec des personnes dans presque tous les pays du monde, de se faire héberger, de nouer des amitiés et de se faire introduire dans la vie locale, ce qui n’est pas forcément évident pour des touristes.

Couchsurfing

Carte des membres du Couchsurfing. Comme vous le voyez il y a de quoi faire !

Bref, je ne peux que trop vous recommander de vous inscrire au Couchsurfing si vous aimez voyager, ce site changera votre vie ! Et même si vous ne voyagez pas, le couchsurfing vous permettra justement de voyager sans voyager en accueillant des personnes du monde entier, chez vous ou autour d’un verre.

Comme à chaque fois que l’on se retrouve à l’étranger, en particulier dans des pays aussi dépaysants, une certaine solidarité naît entre les touristes occidentaux, en particulier les Français. Nous avons ainsi rencontré plusieurs fois des Français, nous liant d’amitié le temps d’une soirée ou d’une discussion autour d’un verre, échangeant impressions, expériences et bons tuyaux.

Autour des monuments peu fréquentés par les touristes, un phénomène curieux s’est produit : régulièrement des Indiens et Indiennes demandaient à nous prendre en photo. Certains, trop timides ou ne voulant pas s’embarrasser de formalités, nous prenaient même à la dérobée ! C’est une sensation vraiment étrange d’avoir autant de personnes qui demandent à vous prendre en photo. Je me suis demandé un moment s’il n’y a pas un site internet Indien où les gens peuvent voter pour les touristes qui ont l’air le plus stupide 😉 , mais au final il semble que dans certains endroits les touristes occidentaux ne sont pas si courants que cela, et nous sommes tellement différents par notre couleur de peau et notre accoutrement que nous suscitons la curiosité, un peu comme le ferait un yogi hindou se baladant à Lille ou à Nantes (Paris est tellement cosmopolite qu’il est difficile de s’y étonner de quoi que ce soit…).

Au bout d’un moment j’ai imaginé une règle simple : OK pour les photos, si j’en prends en retour ! Cela m’a permis de prendre quelques portraits intéressants d’Indiens et d’Indiennes.

jeunes filles Indiennes

Ces jeunes filles Indiennes sont les premières à avoir “profité” de ma règle “photo contre photo” !

 

Langages et communication

Selon les statistiques officielles, 5% des Indiens parlent couramment l’anglais (ce qui représente quand même 60 millions d’habitants !), mais dans la réalité, ils sont nombreux à se débrouiller et à pouvoir communiquer de manière basique dans cette langue, même si en Inde du nord c’est l’hindi la langue la plus utilisée. Evidemment, ce phénomène est encore accentué pour tous les Indiens qui travaillent de près ou de loin dans le tourisme, puisque dans ce secteur, sans anglais point de salut !

Cependant, la très grande diversité des accents, et le fait qu’ils soient parfois très forts, font qu’il est parfois difficile de comprendre un Indien qui s’exprime en Anglais. Ajoutez à cela le fait que je ne maitrise qu’imparfaitement l’anglais, tout comme l’Indien avec qui je veux communiquer, et cela conduit parfois à des quiproquos qui peuvent être assez burlesques, ou au contraire assez rageants ! La communication est donc parfois difficile du fait de la maitrise incomplète de l’anglais des deux cotés, et d’un accent difficilement compréhensible de part et d’autre (ceux qui ont pu admirer mon superbe accent français dans mon interview de Yaro Starak savent de quoi je parle ! 😉 ).

Il arrive aussi de tomber sur des personnes ne parlant pas du tout anglais (des conducteurs de rickshaw par exemple), mais cela ne pose en général pas de problèmes, car la personne demande rapidement autour d’elle si quelqu’un peut traduire, et dans tous les cas que j’ai vus il y a toujours une bonne âme prête à faire office d’interprète !

Globalement donc, la communication, sans être facile, est possible et on arrive toujours à se faire comprendre. Par contre si vous ne maitrisez pas du tout l’anglais, attendez-vous à des difficultés, le Français étant très rarement parlé, même si cela arrive de tomber sur des personnes qui le maitrise plus ou moins ! Dans les zones très touristiques, nombreux sont les Indiens qui savent quelques mots dans pratiquement toutes les langues des touristes (y compris le Japonais !) pour mieux les amadouer.

Pouvoir d’achat

La vie est très peu chère en Inde, même en payant plus que ce que paie un Indien. Cela vous permettra soit d’y voyager pour un budget très serré (j’ai rencontré un Ukrainien qui avait dépensé 500 € en deux mois !), soit au contraire de goûter au luxe, voire au grand luxe, pour un cout 3 à 5 fois moins élevé que ce que vous paieriez en France ! Vous pouvez aussi alterner entre les deux, pour le plaisir de découvrir différentes facettes de l’Inde, l’Inde riche et l’Inde pauvre. C’est ce que j’ai choisi de faire, et j’ai alterné entre les hôtels et restaurants de luxe avec les petits hôtels miteux, aux draps à la propreté douteuse et à la douche souvent froide, et les bouibouis, dont il faut cependant toujours vérifier l’hygiène sous peine de faire une belle indigestion ou d’attraper quelque chose.

D’un coté comme de l’autre, on a droit à des bonnes comme de mauvaises surprises.

joney-place-agra

Le Joney’s Place, un bouiboui qui propose une excellente nourriture pour presque rien.
On peut y goûter le meilleur banana lassi d’Agra ! Il est à deux pas du Taj Mahal 😉

Sécurité

L’Inde est un pays où le risque terroriste est pris très au sérieux, et on le comprend puisqu’il y a des attentats tous les ans ou presque dans de nombreuses parties de l’Inde, venant de sources très diverses. Les tensions avec le Pakistan sont également toujours vives, ce qui semble alimenter une partie des courants terroristes. Le résultat est que je n’ai jamais vu autant de gardes armés de kalachnikov de toute ma vie, ni autant de contrôles de sécurité et de détecteurs de métaux.

militaire-kalachnikov

Une des nombreuses patrouilles militaires armées que l’on peut croiser à Delhi

Toutes les entrées des monuments importants sont ainsi gardées par des militaires en armes, qui nous font passer par des détecteurs de métaux et qui nous font une fouille en règle. Dans certaines villes comme à Varanasi, les tensions religieuses sont vives, et les lieux saints des religions sont gardés de la même manière.

Les contrôles dans les aéroports sont poussés, parfois jusqu’à l’absurde puisqu’il n’est pas rare que l’on vous demande plusieurs fois votre billet, et le ticket tamponné par la sécurité de votre sac, même dans des endroits où l’on n’aurait pas pu entrer sans billet sans s’être fait contrôlé trois fois ! Les contrôles sont ainsi plus poussés que dans tous les aéroports que j’ai pu voir, même les américains. Ainsi, il est impossible d’entrer dans un aéroport sans une pièce d’identité et un billet d’avion pour un vol du jour. Ceux qui attendent des passagers doivent patienter dehors.

Cette présence militaire omniprésente nous rappelle constamment que le climat politique et sécuritaire est tendu en Inde, mais cela rassure également et finit par participer à l’aura de dépaysement qui nous prend dans tout ce pays.

Monuments

Le Taj Mahal

L’Inde regorge de monuments anciens, essentiellement des temples, des mosquées, des palais de sultans ou de maharadjah et des tombes ou mausolées. Assez ironiquement, une bonne partie de ces monuments ont été construits par les envahisseurs musulmans, des Moghols pour la plupart, ce qui souvent a été l’occasion pour les architectes de fusionner les styles islamistes et indiens.

C’est le cas du Taj Mahal, symbole le plus célèbre de l’Inde et pourtant construit par un empereur Moghol qui imposa un retour en force d’un Islam plus rigoureux après des décennies de tolérance religieuse.

 Jama Masjid

Jama Masjid, la plus grande mosquée de l’Inde, nous surprend en plein coeur de Delhi

De tous les monuments que j’ai pu voir, le Taj Mahal est de loin le plus beau. Il n’a vraiment pas volé sa réputation, il est tout simplement d’une beauté exquise, quand son marbre blanc reflète le soleil levant, et que de douces ombres se dessinent sur son dôme et ses murs constellés de superbes calligraphies. Il est de plus placé dans un environnement superbe, au bout de jardins à l’anglaise reflétant la symétrie du lieu, et derrière une rivière aux courbes majestueuses. De l’autre coté de cette rivière se trouvent de beaux jardins desquels on a également une vue imprenable sur l’arrière du Taj Mahal.

Qutb Minar

Qutb Minar, tour de la victoire de 72 mètres de haut construite par les musulmans à partir de 1192

Les autres monuments que j’ai pu voir sont également sympas, pour peu que vous aimiez les belles pierres, et il y a notamment de superbes palais de maharadjahs ou de sultans (qui incidemment ne semblaient jamais avoir moins de 100 concubines dans leur harem !).

Conclusion

Un voyage dans le nord de l’Inde n’est pas vraiment un voyage de tout repos, comme celui que l’on pourrait prendre en allant dans une ile tropicale paradisiaque. On vient en Inde pour découvrir un autre monde, pour en apprendre plus sur soi et sur notre culture par le contraste incroyable avec la vie quotidienne sur place et la culture indienne. Car comme vous l’aurez compris en lisant cet article, le dépaysement est extraordinaire. Nos certitudes d’occidentaux sont frappées de plein fouet, tant sont nombreuses les choses étranges qui sont considérées comme la norme là-bas, et les choses qui nous paraissent normales qui paraissent étranges. Les buchers publiques de Varanasi, les ablutions dans le Gange, le Golden Temple d’Amritsar et ses 10 000 repas gratuits servis tous les jours, la ferveur religieuse omniprésente et ses traditions, la circulation, le mélange entre la culture hindoue et musulmane, la quasi-absence d’influence chrétienne, le contraste improbable entre modernité et technologies issues du moyen-âge, tout cela et bien d’autres choses encore contribuent à créer un sentiment irréel, comme si un nouvel oeil naissait dans notre conscience, nous permettant d’appréhender un nouveau pan de la réalité.

Je n’irai jamais vivre en Inde. Les différences culturelles énormes, la saleté, la pauvreté, la chaleur étouffante, le manque d’hygiène et le risque de maladies (avoir une indigestion fait presque partie intégrante d’un voyage là-bas !) me rendent cette idée rédhibitoire. Mais y faire un voyage est l’occasion de vivre une expérience incroyable et d’en apprendre beaucoup sur soi et sur son propre pays. Par contraste, je peux vous dire que j’apprécie d’autant plus l’ordre qui règne en France, la propreté, l’efficacité des services publics, le calme de la circulation (je vous assure qu’en comparaison, même Paris parait calme !), l’absence de militaires armés à chaque coin de rue, la nourriture, et des dizaines de choses simples, comme la présence de goudron dans les villes (qui évite d’avoir des nuages de poussière qui nous bouchent les narines) et le fait que l’on puisse se laver les dents à l’eau du robinet sans craindre pour sa santé. On apprécie d’autant plus la chance extraordinaire que nous avons de vivre dans l’un des pays les plus riches de la planète, où les problèmes que nous avons semblent presque comiques en comparaison de ceux qui touchent l’Inde et la majorité de ses habitants.

L’Inde est un pays énorme par sa taille, sa population et la richesse de sa culture, et y passer 15 jours suffit à peine à en égratigner la surface. Cet article est comme un dé à coudre de la glace d’un iceberg. On peut donc y faire de nombreux voyages et toujours y découvrir de nouvelles choses. Si j’y retourne, j’irai sans doute en Inde du sud, qui il paraît est très différente des régions du nord que j’ai visitées. Ou peut-être irai-je visiter le nord-est et l’Himalaya, en faisant un petit détour par son voisin le Népal. Qui vivra verra !

Et vous, êtes-vous déjà allé en Inde ? Si oui, partagez votre expérience dans les commentaires ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

inde du nord,voyage en inde du nord,voyage inde du nord,voyager en inde du nord,voyager en inde,blog inde du nord,inde nord,carte inde du nord,l\inde du nord,voyages en inde du nord
Related Posts
Showing 69 comments
  • Sebastien | Plus de Motivation

    Excellent article qui fait plaisir à lire ! A mon sens la liberté est vraiment la chose qui a le plus de valeur dans notre vie.

    Je suis et j’ applique les conseils de ta formation (que je ne regrette absolument pas) qui sont excellents et j’ai hâte de pouvoir être aussi libre que toi !

    Continue d’aider les gens et de profiter de la vie 😉

    Sébastien
    
Moins de stress Plus de motivation pour Plus de Résultats (c’est possible…)

  • Joli récit qui fait plaisir à lire. J’avais ressenti pas mal de ces choses en regardant tes quelques photos sur Facebook, et ça m’a réellement donné envie d’aller en Inde, je pense que ce sera ma prochaine destination, mais j’essaierai sans doute d’y rester plus longtemps 😉

    • Olivier Roland

      Hello Laurent,

      On peut facilement rester un mois ou deux en Inde tant il y a de choses à faire ! Même un an ne suffirait pas à en faire le tour 😉

  • angelique

    super récit Olivier ! tu vas être notre futur reporter de voyage autour du monde !
    je ne suis jamais allée en Inde mais je pratique le yoga…..et j’aimerai y aller pour cette raison ; -)
    aussi pour la découverte ; on dit que l’on ressort différent d’un voyage en Inde…
    Je suis tes articles du blog zen aussi, tu as pu trouvé des endroits tranquilles pour méditer ?

    • Olivier Roland

      Hello Angélique,

      J’ai trouvé peu de temps pour méditer, étant accompagné et ayant pas mal bourlingué, mais je dois dire que les courbes majestueuses du Gange, les buchers funéraires de Varanasi, et la beauté du Taj Mahal sont de parfaits décors pour méditer 😉

  • sylvie

    Olivier, ton récit est extraordinaire ! J’adore… Je n’ai malheureusement pas encore eu l’occasion de me rendre en Inde mais tu me donnes encore plus envie 🙂
    J’ai relevé dans ton récit plein de chose que je ressens aussi lorsque je voyage et certains éléments me rappellent ce que je peux ressentir en Tunisie notamment. Sans parler de cette liberté que peut nous apporter le fait de gérer notre web entreprise, notre blog de n’importe où dans le monde…
    Mais la circulation … C’est ce qui m’effraie le plus… Notre éducation beaucoup moins fataliste que celle des locaux, fait que j’ai quand même une tendance à ne pas apprécier du tout ces moments en voitures 🙂
    Sinon, tu l’as bien dit, en voyage, toutes nos certitudes s’effacent. J’écrivais sur un de mes articles de blog que ce qui me plait le plus lorsque je voyage c’est la perte de tous mes repères ! Cette remise en question de ce que nous sommes est tellement enrichissante ! Parce qu’effectivement lorsque l’on rentre d’un tel voyage, où le décalage avec notre propre culture est si forte, que notre vie, au retour sasn trouve boulversée… Il faut des semaines parfois pour se réadapter à la vie française… juste le temps qu’il faut pour préparer un nouveau voyage…

    • Olivier Roland

      Hello Sylvie,

      Je ne suis encore jamais allé dans un pays arabe, mais l’influence de l’islam en Inde du Nord fait qu’il y a sans doute de nombreux points communs effectivement.

  • Kevin

    Salut Olivier,

    Superbe récit de voyage! Tu nous met l’eau à la bouche. Très beau pays qu’est l’Inde. Il est vrai que l’on retrouve cette hospitalité partout dans le sud est asiatique. Voyageant au Vietnam je me suis souvent retrouvé invité pour partager un repas avec des gens 10 fois moins fortuné que moi mais qui m’ont offert 10 fois plus que j’aurais imaginé.

    Le voyage m’a toujours surpris par le décalage de culture qui te fait souvent grandir.

    Bonne continuation.

    Kevin

  • Arielle

    Bonjour Olivier,

    ça change de te voir dans cet exercice de récit de voyage. Tu écris très bien. Au départ de ton article, je me suis dit que ça me faisait rêver et que c’était vraiment mon objectif : être libre de voyager, entre autres, grâce aux (futurs) revenus de mon activité sur Internet, même si pendant nos vacances, on doit y travailler 1 ou 2 heures par jour. En continuant ma lecture,j’ai découvert ce pays grâce à tes explications,et c’est vrai que c’est toujours très enrichissant… mais j’avoue sincèrement que ce n’est pas une destination qui m’attire…
    Quand à Paris, ce n’est pas si terrible que ça ! 😉 J’y habite (très proche)et si tu as un bon véli’b, ou même à pied, Paris est la plus belle ville du monde. 😉 Surtout by night…

    bises !

    • Olivier Roland

      Hello Arielle,

      Moi aussi j’adore Paris, je dis juste qu’avant d’avoir vu Delhi je pensai que c’était la pire ville du monde au niveau de la circulation. On en est loin ! 😉

    • yvonne

      superbe reportage qui me donne encore plus envie d’y aller; heureusement, je pars le 22 janvier! j’ai juste peur qu’il fasse un peu froid…

  • martin

    Bonjour Olivier,

    J’ai beaucoup apprécié ton récit de voyage en Inde du nord. Tes photos me rappellent mes bons et heureux souvenirs.
    L’accueil dans ce pays est extraordinaire. On est traité comme de la famille et malgré leur pauvreté, rien ne diminue leur joie et leur plaisir de nous recevoir. Je me suis retrouve dans ces régions et plus particulièrement au Sri Lanka au j’ai passé plusieurs séjours. J’en ai encore un souvenir très fort. J’aimerai tant y retourner et ton article a ravivé cette flamme.
    Tu as fais passé dans ton article le souffle du voyageur ouvert aux autres. On sent bien que ton voyage n’est pas banal, au contraire, tu nous fais toucher du doigt la vraie curiosité aux autres, que nous devrions tous adopter.
    J’espère que ton retour n’a pas été trop dur.
    Pour ma part, il m’a toujours fallu plusieurs jours pour reprendre ma vie parisienne.
    Merci

  • Charles

    Les Sikhs ont un ruban sur la tête car leur religion leur interdit de se couper les cheveux apparemment.

    Mais joli petit récit qui donne envie d’y aller, j’aimerais bien y aller un jour de mon côté.

    • Olivier Roland

      Hello Charles,

      Ce n’est pas un ruban, mais un turban ! Tu es sûr qu’ils n’ont pas le droit de se couper les cheveux ? Au bout d’un moment ça leur en ferait de sacrément longs, et je n’ai pas remarqué de Sikhs avec des cheveux longs, ils sont toujours cachés dans le turban.

      EDIT : oui tu as raison, je viens de vérifier 😉

    • Christine

      Je me souviens d’une illustration au temple d’Or à Amritsar: on tond les moutons, alors que les lions et les guerriers gardent leurs crinières.

  • gandon. gerard

    super le reportage sur l’inde c’est bien que cela change pour eux, le mieux vivre…je connais un peut les indous… allez en inde oui. le monde est a tous… il faut des sous pour les billets…

    • Olivier Roland

      Hello Gérard, le billet d’avion n’est pas si élevé que cela, j’ai payé moins de 650 € l’aller/retour, ça reste raisonnable pour aller à l’autre bout de la planète ! 😉

  • marie

    Olivier, ton reportage « texte » et photos, j’ai trouvé ta description très intéressante, on a envie d’y aller pour voir ces contrastes de près! merci pour ce retour! bonne continuation pour tes voyages!

  • Elisandre (le Royaume Amoureux)

    Bonjour Olivier,
    Ton article est bon, et voyager c’est OK pour moi de temps en temps, quand mon blog me le permettra, bien qu’effectivement je préfèrerais tout simplement vivre dans une super région.
    Mais alors en Inde, jamais, tes écrits ne font que confirmer mes idées sur le sujet.
    Bon voyage et reviens nous « en bonne santé »
    Elisandre

  • Agnès

    Merci Olivier pour ce bel article. Cela fait envie de découvrir l’inde et d’y aller tout de suite. J’ai beaucoup aimé tes expliquations et on peut bien s’immaginer d’être la-bas en te lisant comme si j’y était. Merci beaucoup. Agnès

  • Valentin Van Nhut - SuperVagabond

    Hey Olivier, super article merci beaucoup !

    Je pars en Asie à partir de septembre et je vais passer 2 ou trois mois en Inde, ton article me fais déjà envie ! J’ai prévu de longer toute la côte de l’Inde, donc je te donnerais mon sentiment sur le Sud.

    C’est une super idée d’ajouter des articles sur tes voyages à Blogueur pro, ça donne de l’inspiration, vraiment 🙂

    À plus tard!
    Valentin Van Nhut

    • Olivier Roland

      Hello Valentin,

      Super, n’hésite pas à revenir pour nous donner ton feedback sur l’Inde du sud 😉

  • Aymard

    Olivier
    Tu as l’art de la description et le talent de tenir tes lecteur à aller jusqu’au bout de tes récits j’ai bcp apprécié tout en rêvant de l’Inde

  • Easy Entreprise

    Et bien tu t’es lâché sur cet article 😉
    Ca fait plaisir de lire ton avis plus que complet sur l’Inde du Nord.
    Certains prétendent que l’Inde du Nord est plus « stricte » que l’Inde du Sud, notamment pour les femmes. Pourrais tu développer cet aspect puisque tu as voyagé accompagné ?

    • Olivier Roland

      Hello,

      Je ne peux pas comparer avec l’Inde du sud étant donné que je n’y suis pas allé, mais en Inde du nord il est recommandé aux femmes de s’habiller de manière sobre (pas de décolleté, pas de jupes trop courtes). Cela étant, j’ai vu des touristes habillées comme cela sans qu’elles soient assaillies, mais cela doit choquer quelques personnes. Évidemment, il y a une différence entre se balader ainsi dans le centre d’une grande ville ou au fin fond d’un village de campagne…
      On peut également demander aux femmes de mettre un voile sur leurs cheveux dans certains lieux saints musulmans (cela arrive aussi pour les hommes d’ailleurs).

  • Jean-Charles

    Salut Olivier,

    Ton carnet de route est vraiment sympa.

    Une amie est partie seule, durant tout le mois de décembre 2010.
    Elle a traversé le pays du nord au sud.

    Pour schématiser, elle a fait New-Delhi – Pondichérry, en train et en stop.
    C’est une vraie baroudeuse 😉

    Elle partage tes impressions.
    Un dépaysement total et la découverte d’une culture aux antipodes de nos mœurs occidentaux l’ont fortement marquées aussi .

    Le film de Danny Boyle « Slumdog Millionaire » et le roman de Dominique Lapierre : « La cité de la joie » nous donne aussi un aperçu des conditions de vie en Indes de manière très réalistes.

    Évidemment, aller sur place, c’est encore mieux 🙂

    • Olivier Roland

      Merci pour les références Jean-Charles 😉

  • amine

    salut olivier ,ton récit nous fait réver,a te lire on a envie d’acheter un billiet et nous rendre en inde,profite bien a bientot pour un autre récit de voyage.

  • Aurélien Amacker

    Excellent ce récit, ça c’est l’aventure ! Je commence à songer de plus en plus à l’Inde comme destination de voyage.

  • Davy - TonWebMarketing.fr

    Voyager est une aventure fantastique. Tu nous a fais un très bon résumé de l’Inde, et de ses richesses culturelles, dans tout les sens du terme. Je rêve de visiter l’Inde, le Taj Mahal est un de mes monuments préféré (Il me fait penser à Aladin!)
    C’est intéréssant, comme chaque pays possède sa propre histoire, culture, paysages … il y a tant de choses à voir!

  • Argancel

    Hello Olivier !

    Et merci pour ce récit très complet.
    Est-ce que ta connexion internet était vraiment suffisante pour tes besoins ? Ici à l’Ile Maurice, beaucoup de gens sont d’origine indienne, et 52% sont de religion hindu. Mais l’avantage c’est qu’ils parlent français, c’est plus pratique pour se comprendre 🙂
    Au fait, tu ne nous a pas parlé des films de bollywood constamment projetés à la télé 😉 Si tu vas un jour au ciné, tu verras que l’ambiance est très festive dans les cinés.

  • xavier theoleyre

    Je ne suis jamais allé en inde mais ma petite soeur est indienne.
    Mes parents l’ont adoptée à l’age de 8 ans . Elle nécisitcar Ils étaient en relation avec soeur therésa de caculta .

  • xavier

    Je ne suis jamais allé en inde mais ma petite soeur est indienne.
    Mes parents l’ont adoptée à l’age de 8 ans . Orpheline recueilli dans un mouroir elle avait une telle volonté de vivre malgré sa maladie que Soeur Thérésa à lancé un appel .Il lui fallait rapidement une famille au sein de laquelle elle pourrait suivre à temps le traitement qui seul pouvait encore la sauver …
    Mes parents pour accélérer les démarches sont allés la chercher sur place.Le temps était compté.Je retrouve dans ma soeur sa joie de vivre, son insouciance mais aussi sa générosité nombre des aspects que tu aborde dans ton article.
    Mes parents , sont restés sur place de nombreuses semaines pour attendre et relancer ses démarches . Il m’ont rapporté nombre d’anecdotes que tu raconte si bien.

    Tu écris à un moment:
    <>
    Peut tu préciser ?
    Merci en tout cas pour ce bel article…qui donne envie de marcher sur tes pas, et en même temps, relativise nos « soucis » quotidiens…

  • xavier

    Je ne suis jamais allé en inde mais ma petite soeur est indienne.
    Mes parents l’ont adoptée à l’age de 8 ans . Orpheline recueilli dans un mouroir elle avait une telle volonté de vivre malgré sa maladie que Soeur Thérésa à lancé un appel .Il lui fallait rapidement une famille au sein de laquelle elle pourrait suivre à temps le traitement qui seul pouvait encore la sauver …
    Mes parents pour accélérer les démarches sont allés la chercher sur place.Le temps était compté.Je retrouve dans ma soeur sa joie de vivre, son insouciance mais aussi sa générosité nombre des aspects que tu aborde dans ton article.
    Mes parents , sont restés sur place de nombreuses semaines pour attendre et relancer ses démarches . Il m’ont rapporté nombre d’anecdotes que tu raconte si bien.

    Tu écris à un moment:
    <>
    Peux tu préciser ?
    Merci en tout cas pour ce bel article…qui donne envie de marcher sur tes pas, et en même temps, relativise nos « soucis » quotidiens…

  • Claudia

    Salut Olivier,
    Mon objectif est bien celui d’arriver à être totalement libre pour voyager partout dans le monde.

    Quant à la circulation, on voit que vous n’êtes jamais venus à Rome. Quoique Naples soit encore pire!!!

  • Hilaire

    J’ai bien aimé ton article…..
    Merci.

  • Céline

    bonjour olivier

    merveilleux article que vous avez écrit sur l’inde..j’avais l’impression d’y être…de magnifiques images qui m’ont fait réver…
    merci pour ce tour de l’inde…pays pauvre mais les gens se contentent de ce qu’ils ont…ici en France, nous sommes jamais
    contents et on va voir ce qu’à le voisin et ainsi convoité sa « richesse »…quand je dis richesse, je ne parle pas uniquement de la richesse de la fortune mais de la richesse en soi…(la bonté, être serviable, ou tout simplement parce qu’il aura une voiture plus belle que le notre….)
    Pourquoi lui il a tout mais moi non…voila ce que se disent la plupart des français…alors que si nous vivions en pensant à son
    prochain, je pense que nous serions plus riches que les riches…

    bref je m’étend de trop…car il y aurais trop à dire sur l’égoisme des gens et leur manque d’éducation…

    • Van

      Merci pour votre partage! c’est très intéressant!

      Je veux bien visiter l’Inde!!!

  • laure

    Olivier
    merci pour cet article. Mais pourquoi « une » assistante nécessairement…?

    laure

  • Sridar

    Salut Olivier,

    Je trouve intéressant que tu nous racontes ton voyage, et que tu nous donnes ton point de vue. D’autant que c’est assez « rare » d’avoir des descriptions de ce type sur ce pays.

    Pour ma part, je suis d’origine indienne et né en France. J’ai eu l’occasion d’y passer 5 semaines au cours de l’année dernière. Effectivement, tu fais bien de souligner le contraste saisissant qu’il peut exister, au sein d’une même ville, pour ne pas dire d’un même quartier 🙂

    Il y a beaucoup à voir, et comme tu le dis, c’est un dépaysement total.

    De mon coté, ce que j’ai remarqué (pour avoir vécu chez l’habitant), c’est que certaines personnes ont peu, mais ils n’hésitent pas à offrir le peu qu’ils ont. C’est aussi ce qui m’a marqué.

    Pour avoir grandi ici, en France, comme toi, j’aurai sans doute un peu de mal à vivre là-bas. Mais il y a sans doute du bon à prendre là-bas, comme il y a du bon à prendre ici. De mon point de vue, l’idéal, est un équilibre entre ces 2 mondes.

    Sinon, concernant mon voyage, j’ai eu une préférence pour l’Inde du Sud, et la région du Kerala. Bien qu’il y ait encore beaucoup d’endroits que j’aimerais visiter là-bas. J’aime dire que l’Inde est une concentration de pays au sein d’un même pays 🙂

    N’hésite pas si tu as des questions pour un éventuel prochain voyage 😉

    Merci Olivier pour ton article.

    Sridar

    • DOMINIQUE

      merci Sridar pour ce commentaire un peu plus équilibré,qui montre bien que nous avons énormément de choses a glaner dans ce pays magnifique,d’une richesse multiculturelle sans égale dans le monde…..
      …..et surtout en sachant dépasser ce que nous a inculquer notre culture en sommes assez étriquée par certains rapports quant a l’hygiène,a la pauvreté,la misère matérielle et morale galopante de nos jours,mais qui chez nous est cachée mais criante…ne serait-ce qu’en voyant comment sont dépassées les ONG comme les restos du coeurs,l’Abbe Pierre,pour ne citer que ceux-la ….la fréquence et l’augmentation effrayante des suicides,des maladies mentales……..

      …… en général,la qualité de l’existence n’est pas en Occident mais bien ailleurs,peut-etre en Orient,….sauf cas particuliers bien sur ………..

  • Isoumaila

    Salut à toi Oliver,

    Très belles aventures à mon avis. C’est vraiment tentant!
    Mais je vraiment envie de t’inviter à venir prochainement à
    Cotonou au Bénin.
    Tu pourras faire d’une pierre deux coups: faire du tourisme
    mais aussi faire quelques séminaires au profit des candidats
    à l’entrepreneuriat et les entrepreneurs en activité.
    Si l’aventure te tente, tu pourras prendre contact avec moi.

  • Salvatore

    Bel exemple de la réussite sociale.
    On ne peut raconter celà, si on ne l’a pas vécu. C’est toute la différence avec les gens qui font les choses et d’autres qui veulent mais qui ne s’engagent pas.

    Félicitations et bonne Continuation

  • Blog à Succès

    Hello Olivier !

    Et bien dis donc…. je ne savais pas que tu as débarqué en Inde… j’avais fait un petit voyage la bas (une conférence avec AIESEC) et je n’ai pas vraiment été  » séduit  » par le pays. Pour moi, c’est le genre de pays à visiter une seule fois dans la vie… et passer à autre chose…

    Quelle est la prochaine destination ?

  • Piotr

    Beau récit, belle aventure, article un peu long, je l’aurait découpé en plusieurs articles pour mieux le suivre 😉

  • fabrice

    J’ai passé quelques mois en Inde en 2008. Un régal!
    L’Inde, c’est vraiment le pays ou le mot Voyage prend toute son ampleur.

    Sinon, tu as plutôt bien résumé l’Inde!

  • Julien Arcin

    Merci pour ce post.

    J’ai aussi eu quelques amis qui sont allés en Inde, leurs récits sont toujours impressionnants.
    En tout cas, moi je finis mes études, je prends mon sac à dos et je décolle 🙂

  • MICHEL

    Je constate que c’est criant de vérité car j’ai fais un séjour de quelques semaines dans ce pays fabuleux il y a 3 ans et c’est un très beau souvenir .
    Je souhaite à tous cette découverte

  • Arnaud

    Quelque article !! les voyages, la liberté d’aller ou l’on veut, pour moi c’est ça la vie ! J’aie pour objectif de m’installer au Vietnam pour quelques temps (pays ou la vie n’est pas cher) et pour cela je compte sur mon blog pour y arriver.
    Je souhaite gagner un minimum de 300€ par mois régulier pour pouvoir aller au Vietnam.
    Merci à toi Olivier de nous permettre à tous de réaliser nos rêves (même si cela peu être long)

  • saf

    olivier, ton blog est génial !!! je pars bientôt en inde, j’ai encore plus hâte , merci pour tous ces tips !!!
    si tu as envie d’aller ailleurs virtuellement, visite mon blog de voyage 🙂

  • Sylvain

    Bonjour Olivier,
    Merci pour ce partage « haut en couleurs ».
    J’ai une petite question. Au point de vue sécurité, tu racontes qu’il y a bcp de Kalachnikov dans les rues (avec les militaires qui les trimbalent), mais qu’en est-il de l’insécurité? Le risque de vol est-il élevé?. Peut-on sortir un appareil photo sans craindre de le voir rapidement disparaitre?
    Merci d’avance et encore bravo.
    Sylvain

    • praveen

      Voyage au rajasthan inde du nord

  • cathy

    bonjour, j’y étais en janvier de cette année et c’est exactement tout ce que vous avez décrit, tout simplement magnifique le mélange de modernité et d’ancien ! Mis à part le côté bruyant, l’odeur indescriptible, la pauvreté on en fait abstraction et c’est génial !

  • DOMINIQUE

    ok pour l’ensemble du récit,mais je dois dire que ce n’est qu’un avis partial,
    ……car pour ceux qui comme moi passons plus de temps en Inde qu’en France, une vision différente de l’Inde s’impose……..

    …et je peux vous assurer que……

    * La Vie En Inde Est Un Bonheur Total pour un Européen qui sait s’intégrer a la vie de tous les jours……*

    …au point de pouvoir mettre en arrière plan la pauvreté, la saleté,la nuisance sonore,le trafic assourdissant,car je l’assure,ce ne sont que des cotés évidents et faciles que pour des occidentaux,qui ne se sont pas encore immergés…….
    dans cette vie foisonnante,intense et d’une richesse infinie qui fait ce que l’Inde est,a été, et sera toujours.

    Nous devrions en prendre de la graine chez nous en France,en Europe qui vivons dans une perpétuelle morosité ambiante…..sic….

    • marie

      je viens de passer 16 JOURS en Inde du Nord dont 6 nuits en
      train ; la chaleur, le bruit, la misère, la richesse, le trafic en rikchaw
      (plus de 30 FOIS) on a l’impression d’y laisser sa vie à chaque
      tournant ; tous les conducteurs crachent, essaient de vous arnaquer
      (c’est la règle) … un vrai cauchemar ; je ne m’en suis pas encore remise!!
      mais ma fille trouve que c’est le paradis!!! je suis à Paris et c’est
      calme calme ; le bonheur est en France même avec de très très
      petits moyens

  • Anonyme

    Très bel article sur l’Inde on en redemande !

  • catherine

    J’ai adoré ton récit. j’y ai retrouvé toutes les sensations, remarques et réflexions que j’ai eues lors de mon voyage au Rajasthan.On aurait presque dit que j’en étais l’auteur excepté le fait que j’ai beaucoup moins de verve que toi. Par contre, je n’ai pas du tout ressenti la présence militaire . J’ajouterai aussi que là-bas , il faut absolument aller au cinéma? C’est juste ENORME!! un grand moment!!! Les gens ne regardent pas le film mais le vivent, à coup de cris et commentaires hauts et forts dans un brouhaha digne de la circulation, ils sont accompagnés de toute la famille y compris les plus petits.
    Comme toi, je suis loin de vouloir m’installer là-bas mais je pense aussi que j’y retournerai. C’est un pays magique aux mille couleurs et odeurs.
    Je pensais aussi revenir changée. Quelque chose en moi a effectivement changé, je le sens mais je ne sais pas dire quoi.
    En tout cas, tout ici me paraît très propret, très organisé, très sécurisé, très « transparent ».
    Finalement, c’est too much ici comme là-bas. Le pays idéal doit se trouver entre ces deux extrêmes car si voir une famille à 4 sur une mobylette avec un nourrisson sans chapeau sous un 42 degrés me sidère, les normes de sécurité d’un siège auto européen me sidèrent tout autant.

  • onzebouge

    Bel article qui me rappelle de superbes souvenirs de mon propre voyage en Inde en début d’année, et tout particulièrement la photo du Joney’s Place à Agra, tout près du Taj Mahal : heureusement que le Guide du Routard est là pour donner confiance d’entrer manger dans ce restaurant ! 🙂

  • Anonyme

    C’est une ville des motos comme au Vietnam. C’est amusant, mais c’est dangereux….

  • Elisa

    magnifique ! très beau récit, on voyage déjà. c’est fou toute la mythologie et les croyances qui tournent autour du Gange. à faire au moins une fois dans sa vie

  • Claire

    Merci pour ce témoignage très complet et humoristique sur l’Inde! En effet, la vue sur le Taj Mahal depuis l’hôtel vaut le détour)))
    J’ai recueilli des impressions similaires sur mon blog, suite à plusieurs voyages en Inde. Et je viens d’en publier un roman! Avis aux amateurs…

  • Mohammed

    salam aleykoum à tous les lecteurs,

    Merci pour ce temoignage !!
    nous comptons aller en inde en décembre prochain inchaallah !!!

    longue vie au blog

  • Jean-français imbert

    Je tombe par hasard sur votre blog.
    Je suis confondu par la niaiserie de vos commentaires et l’erudition de bazars que vous nous assénez.
    Comment gagnez sa vie sans rien foutre!
    Super!! Et pensez-vous convaincre? Des plus cons que vous alors !!

  • Rose

    Récit intéressant mais je rejoindrai le commentaire de Dominique.
    Un séjour de 15 jours en Inde est court pour affirmer que  » la saleté, la pauvreté, la chaleur étouffante, le manque d’hygiène et le risque de maladies  » sont des raisons de ne pas pouvoir vivre en Inde.

    Pour y avoir vécu 6 mois ces élements se font vite oublier lorsqu’on parle d’immersion au coeur de la population et de sa culture.

pingbacks / trackbacks
  • […] niveau des voyages, j’ai passé 5 des 12 derniers mois à l’étranger, donc 15 jours en Inde, et un voyage de 3 mois aux Etats-Unis, avec une pause de 15 jours au Québec, voyages que j’ai […]

  • […] en Inde début 2012, que je n’ai pas mentionné sur ce blog (ayant déjà abondamment parlé de mon voyage 2011 en Inde et de mon séjour de 3 mois aux Etats-Unis), j’ai décidé d’explorer un peu l’Europe en […]

  • […] klaxonne, ça discute, ça râle dans un joyeux et animé bordel. Sur le coup ça me fait penser aux rues d’Old Delhi en Inde […]

  • […] tout cas, je suis allé en Inde, à la Réunion, aux Etats-Unis et bien d’autres pays. J’ai toujours emmené un guide […]

  • […] Découvrir l’Inde et savourer le premier vrai choc culturel de ma vie […]

Leave a Comment

114-vis-ma-vie-de-millionnairescoop-combien-gagnent-les-blogueurs-francais-de-la-nouvelle-vague