Interview : Comment Alex a transformé ses compétences en revenus automatisés

par Olivier Roland

Vous pouvez écouter ce podcast en live en cliquant sur le bouton Play en haut à gauche, ou télécharger le MP3 en cliquant sur Download. Vous pouvez aussi le télécharger dans iTunes.

Alexandre Roth de Lifestyleconseil

Transcription texte de l’interview :

Olivier : Bonjour à tous. Bienvenue sur cette nouvelle interview de blogueur-pro.com. Je suis actuellement avec Alex de LifeStyle Conseil. Bonjour Alex !

Alex : Bonjour Olivier. Merci de m’avoir convié pour cette interview.

Olivier : J’ai souhaité t’interviewer parce qu’on a discuté un petit peu et que tu m’as dit que tu as sorti récemment un livre numérique sur le look qui cartonne !

Alex : On peut dire ça comme ça…

Olivier : Comme je m’intéresse beaucoup à ceux qui vendent des produits numériques sur leur blog et qui réussissent, j’ai souhaité t’interviewer à ce sujet-là. Est-ce que tu peux te présenter rapidement pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Alex : Je suis Alexandre Roth. J’ai 23 ans. J’ai créé ma société de coaching en séduction et de relooking pour hommes en 2008. Je suis diplômé d’une école en communication. J’ai commencé par proposer des services de coaching et de relooking. Petit à petit, j’ai commencé à proposer d’autres formats de produits en commençant par l’e-book look, qui est le sujet de notre interview aujourd’hui.

Olivier : D’accord, tu as eu une approche entrepreneuriale à la base. Tu étais salarié quand tu as créé ton entreprise ?

Alex : Non ! En fait, j’ai une histoire un peu atypique. Comme j’ai fait une école de communication et management, on a eu beaucoup de stages et… je me suis fait virer de TOUS mes stages ! On ne m’a jamais gardé parce que j’étais trop exigeant, que je n’arrivais pas à me faire au format du stagiaire et que même par la suite je ne souhaitais pas être salarié. Pour moi, je ne pourrais pas concevoir le fait de sacrifier mon temps pour nourrir le rêve d’un autre. Donc pour moi – et même l’état d’esprit d’entrepreneur est un héritage familial – il était évident que je devais créer ma société. Comme j’étais passionné par certains sujets, j’ai décidé de le faire dans le domaine du développement personnel, de la séduction et du look.

Olivier : Tu as créé la société en 2008. Tu proposais et tu proposes toujours du coaching, donc des services physiques où tu es en personne avec tes clients. Comment as-tu eu l’idée de proposer en plus de cela des produits numériques, de dématérialiser tes compétences et de te lancer sur le Web ?

Alex : À l’origine, j’avais lancé mon blog pour écrire des choses que j’avais envie d’écrire, pour me faire une vitrine et développer mon image. Suite à cela, j’ai cumulé des apparitions à la télé, etc. En fait, quand on fait le calcul, on en vient rapidement là. On se dit : « Ce que je fais c’est génial ! J’adore faire des ateliers. J’adore faire du coaching. Le service, c’est très intéressant ! » Mais il faut en faire d’une part beaucoup pour commencer à gagner et de l’autre ce n’est pas forcément assuré. C’est assez éreintant. C’est fatigant mine de rien. Ça demande un gros boulot, un gros investissement en temps et parfois même en argent… Même émotionnellement c’est un boulot qui est prenant ! Et donc, je me suis dit que j’aimerais développer d’autres sphères et créer d’autres choses. Je suis aussi un créateur. J’aime bien créer de nouvelles choses. J’en suis venu à là et à me dire aussi que pouvoir publier un e-book comme l’e-book look, c’est pouvoir m’assurer des revenus automatisés ! Dans ce cadre précis, c’est de l’auto-publication sur Internet donc il n’y a aucun frais. Il y a juste des frais de design, de marketing et de développement pour le lancement. Sinon, il n’y a pas d’autres investissements. On a des revenus en complément quasi assurés si on a bien fait les choses et, c’est extrêmement intéressant, ça a même tendance à s’inverser. Je dirais même que ce sont mes services qui sont des compléments à la vente de mes livres… C’est assez drôle ! Donc c’est intéressant.

Olivier : Tu viens de dire des choses très intéressantes. Je rebondis sur ce que tu as dit là, juste à la fin… Tu veux dire qu’en fait c’est aussi une source de clientèle pour toi maintenant en plus pour le coaching. Le fait de vendre des livres te permet de te faire connaître et de faire connaître des compétences, c’est ça ?

Alex : Ça a un impact assez énorme en fait. Je ne m’y attendais pas du tout. Pas autant. J’ai écrit ce livre parce que j’avais envie d’écrire. J’avais envie de proposer un produit que j’apprécie, que j’aime beaucoup. Et ça a vraiment pris ! Effectivement, ça a eu un impact. Il y a des gens qui l’ont lu et qui se sont dit : « Je veux en savoir plus. Je veux faire un atelier. » Ça a augmenté le nombre de commandes de relooking. Aussi, c’est même ce qui génère le plus de chiffre d’affaires sur la durée, plus que les ateliers. Par exemple, les relookings sont assez cycliques. Pendant les soldes, on a un pic et entre deux saisons, il y a moins de demande. Par contre, on vend toujours autant de livres.

Olivier : D’accord. Ensuite, j’adore ta démarche de te dire : « Voilà, j’ai des compétences. Aujourd’hui je fais des services mais comment faire pour avoir des revenus automatisés avec ça ? » Il y a beaucoup de personnes qui me disent qu’elles aimeraient bien avoir des revenus automatisés mais le problème c’est que leurs compétences, c’est du service. Or une des voies royales pour transformer des compétences en un produit qui permet d’avoir des revenus automatisés, c’est ça ! C’est de synthétiser ses compétences sous forme de savoir pour le débutant dans un livre numérique. Comme tu l’as très bien dit, il y a zéro euro en coût de production, de distribution et de stockage. C’est vraiment la voie royale et tu as eu la bonne démarche !

Alex : Je voulais juste apporter une autre précision. Pour parler clairement, par rapport à la publication de l’e-book, j’ai été contacté par une maison d’édition qui m’a proposé de me commander un livre, que je leur écrire un livre sur la séduction. Ils ont apprécié le livre sur le style. Ils voulaient une approche sur la séduction. J’ai quand même pris un mois – même un peu plus – pour réfléchir, pour savoir ce que je voulais faire parce qu’ils m’ont dit : « Tu écris, on te publie, on signe un contrat et tu gagnes entre 2 et 3 euros par livre qui serait vendu à peu près la même chose, 19 euros. Chez nous, un best-seller c’est 10 000 exemplaires. » Ça veut dire que pour être un best-seller, il faut déjà y aller, et que ce n’est pas beaucoup pour 10 000 exemplaires ! Donc je me suis dit : « O.K. ! Est-ce que je fais un choix de communication, un choix emblématique ? » C’est-à-dire que je suis l’auteur d’un livre qui a été publié et qu’on peut retrouver par exemple à la FNAC. Je jouirais aussi de la force un département marketing pour faire des signatures ou répondre à des interviews. Tout cela, c’est génial en fait. Ou de l’autre, je fais ce que j’avais déjà fait avant, c’est-à-dire l’auto publier électroniquement sur mon site et avoir des revenus assurés et très intéressants. Donc, j’ai quand même pris du temps pour répondre et réfléchir. À vrai dire, mon cœur balance toujours autant parce que là, très vraisemblablement, ça va être une auto publication. Je le fais quasiment presque à contrecœur parce que c’est toujours bien d’avoir un livre à publier. Mais il y a une limite avec la décence : toucher deux euros pour un bouquin pour lequel on a donné beaucoup dans tous les sens du terme, c’est un peu décevant. On n’a pas l’impression d’être rétribué à la hauteur.

Olivier : Tu viens de résumer le dilemme entre publier un livre numérique et publier un livre papier. C’est clair qu’aujourd’hui la valeur perçue du livre papier est supérieure et que cela développe ton autorité en tant qu’expert. Ça dépend de ta stratégie. Par contre, c’est évident que lorsqu’on a été habitué aux marges absolument énormes que l’on a sur le livre numérique – c’est du 99% – et que l’on passe à 5-6 % ce qui est la norme dans le milieu de l’édition, ça fait mal !

Alex : Ça fait mal ! Ça fait très, très mal ! En plus, comme je bénéficie de pas mal de passage média, que ce soit à la radio ou à la télé, je me suis dit que je pouvais faire le choix de l’auto-publication. Finalement, ça sera tout aussi intéressant pour moi.

Olivier : Quand tu dis auto-publier, tu vas l’auto publier en numérique ou en papier ?

Alex : En numérique…

Olivier : D’accord. Parce que tu peux aussi l’auto-publier en papier !

Alex : Oui. Je me suis pas mal renseigné. À vrai dire, j’avais même beaucoup consulté ce que toi, tu avais fait au niveau des interviews de personnes qui l’avaient déjà fait, etc. Pour l’instant, ce n’est pas assez intéressant pour moi. Ce n’est pas la manière dont je souhaite fonctionner non plus. Pour le moment, je reste sur le numérique parce que je vais pas mal développer ce qu’il y a autour du support numérique. C’est-à-dire avoir des vidéos en plus, des podcasts, etc. Ce sont des choses que l’on n’imprime pas. Ce ne sont pas des choses « tangibles » que l’on peut palper. Autant rester dans cette façon de faire.

Olivier : Sinon, il y a une manière de joindre le meilleur des deux mondes. C’est de négocier avec ta maison d’édition en leur disant : « O.K. pour le livre papier mais vous me donnez le droit de vendre le livre numérique sur mon blog ! » Certains auteurs le font et du coup, ils ont vraiment le beurre et l’argent du beurre.

Alex : C’est la première chose que je leur ai proposée…

Olivier : Et ils ont refusé ?

Alex : Et ils ont refusé !

Olivier : C’est vrai que pour eux, ce n’est pas forcément intéressant surtout que tu es quelqu’un de connu dans ton milieu. Donc les gens vont sans doute aller voir ton blog et tout ça…

Alex : C’est exactement ce qu’ils m’ont dit : « Ecoute, tu es quelqu’un de connu dans ton milieu. Tu vas jouir d’une très grosse visibilité que nous n’aurons pas forcément. Du coup, c’est moins intéressant pour nous. »

Olivier : C’est vraiment de la stratégie. Sébastien Night a eu le même dilemme pour son livre de séduction. Il a choisi de le faire au format papier parce qu’il voulait développer son expertise et son autorité. D’ailleurs, il est quand même arrivé en deuxième position des ventes sur Amazon France pendant quelques jours. Cela lui a sans doute donné une visibilité qu’il n’aurait pas eue sinon sur pas mal de personnes, mais il est clair qu’il ne faut pas sortir un livre papier pour des revenus.

Alex : Non ! Justement, j’avais vraiment apprécié cette démarche et j’ai écouté votre interview à tous les deux. Le discours que vous aviez eu tous les deux, c’était vraiment motivant, vraiment intéressant. Moi, j’ai une approche qui est un peu différente, qui est un peu plus dans la sécurité. Il s’est vraiment lancé avec passion dans son livre. J’ai vraiment trouvé la manière dont il s’est lancé particulièrement intéressante. J’ai bien aimé l’aventure tout autour. Effectivement, ça m’a conforté aussi dans les choix que je peux faire au niveau de la sécurité dans un premier temps, surtout que je suis encore jeune entrepreneur. J’ai 23 ans. Il faut aussi assurer les arrières. Se lancer dans la vie active n’est pas forcément simple. Il faut aussi savoir parfois jouer la carte de la sécurité pour développer plus de choses à risque. Je prends à titre d’exemple les types de coaching que je peux faire dans une villa ou dans un loft, demandent beaucoup, beaucoup de frais. Ce sont plus des prises de risques à ce niveau-là mais de l’autre côté, ça me rapporte aussi en image parce qu’à chaque fois il y a la télé qui vient voir ce qui se passe. Je préfère d’un côté, tout en restant dans le cadre de la passion et de la bonne qualité, assurer une certaine sécurité de revenus, et de l’autre tenter des choses. Pour le moment, ça marche plutôt bien.

Olivier : Tu as la stratégie d’asseoir ton autorité, de te faire connaître par les médias et de faire du coaching haut de gamme, on peut dire, mais qui engendre certains frais… C’est clair que louer des villas, enfin des villas haut de gamme…

Alex : Oui, voilà, des villas, des jacuzzis pendant deux semaines, effectivement, ça chiffre plutôt vite ! Il faut en vendre des e-books si jamais ça ne marche pas ! Mais pour le moment, je n’ai pas eu à me plaindre. Ça va, je suis assez content. C’est équilibré.

Olivier : Pour revenir à ton e-book, combien de vente as-tu fait aujourd’hui ?

Alex : J’ai dépassé le stade des 1000 exemplaires vendus. J’ai moi-même du mal à y croire encore car quand on l’a lancé il y a environ quatre mois, on s’est dit : « O.K., ça va être un truc sympa. Ça va se vendre un peu. On va vendre, allez, quelques centaines maximum au bout d’un an. » On se dit ça mais en fait pas du tout ! Ça a beaucoup décollé. Il faut dire aussi qu’une bonne partie est due à mes partenaires, que je remercie d’ailleurs pour m’avoir donné leur confiance et risquer de proposer un produit à leurs lecteurs qui n’étaient pas forcément au courant. Surtout dans le milieu du look, c’est peut-être une prise de risque pour ceux qui ne me connaissent pas. Non, j’étais vraiment très content d’avoir été entouré pour ce lancement et ça reste une excellente expérience. Si tous mes lancements pouvaient se faire de cette manière-là, j’en serais ravi !

Olivier : Donc, le livre est vendu à 19 €, c’est ça ?Ebook Look

Alex : Oui, 19 €.

Olivier : D’accord. Donc c’est vraiment pas mal, surtout en quatre mois ! On va voir ce que ça donne en un an. On va voir si les ventes continuent à se développer ou si elles vont rester au même niveau ou si elles vont descendre un petit peu…

Alex : Pour l’instant, ça reste assez stable. Évidemment pour le lancement, c’est toujours très, très fort. Le premier ou le deuxième mois, on a vraiment eu des ventes très élevées surtout du côté des partenaires, mais là ça reste assez stable. Justement, je viens d’ouvrir ma mail box et je viens de voir qu’aujourd’hui, j’ai fait trois ventes. C’est plutôt intéressant. Si on pouvait faire ça tous les jours, et même plus en comptant les partenaires, c’est quand même sympa. C’est une source de revenus très intéressante. Je ne cache pas que j’ai eu beaucoup d’influences dont tu fais partie. Ça m’a beaucoup aidé de voir le business autrement dans mes prises de décision, sur des livres pour changer de vie et tout ce que tu fais à côté maintenant avec ce nouveau blog que j’apprécie beaucoup. Ça m’a beaucoup servi. Grâce à ça, j’en tire vraiment les fruits. C’est très appréciable.

Olivier : Je suis très heureux que ce que j’ai pu faire ait pu apporter quelque chose ! Quelle stratégie as-tu utilisé pour promouvoir ton livre au départ ? Est-ce que tu l’as mis juste sur ton blog ? Est-ce que tu as contacté des partenaires pour le promouvoir ? Comment cela s’est passé à ce niveau-là ?

Alex : Les mois qui ont précédé la sortie de l’e-book, j’ai beaucoup discuté, j’ai beaucoup parlé sur mon site, sur mon forum, sur mon compte Facebook parce que j’étais vraiment passionné par rapport à l’avancement de ce livre. J’ai pas mal teasé, pas mal mis en haleine des membres qui ont été très intéressés. Le lancement s’est fait assez simplement sur mon site. J’ai vu qu’il y avait une vraie demande et un vrai retour. Les membres ont beaucoup apprécié cela. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire plus loin, que ça pouvait intéresser d’autres personnes parce que je n’ai pas une visibilité énorme dans mon secteur. J’ai une visibilité correcte mais j’ai surtout beaucoup de gens très qualifiés qui me visitent donc je n’ai pas de tout. Je me suis dit que j’allais voir des sites comme FTS par exemple. Je l’ai proposé à FrenchKiss, qui est le gérant du site, celui qui s’en occupe, et il m’a proposé de travailler avec lui. C’est environ 50/ 50 au niveau de la commission sur les ventes. On a fait ce lancement et ça a très, très bien marché chez lui. Si je dois un peu donner une échelle des revenus, je dirais que 50 % de mes revenus sur les e-books viennent des affiliés et que les autres 50% viennent de mon site. Ça a même tendance maintenant à balancer du côté des affiliés. Donc c’est super intéressant.

Olivier : Ici, on voit l’intérêt des affiliations, de nouer des partenariats avec des personnes qui sont dans le même domaine et qui ont accès à un lectorat qualifié qui serait intéressé à ton produit. Au-delà, en plus de la publicité directe qu’ils te font, il y a quelque chose d’important qui se met en place : la preuve sociale. Si tu sors un e-book tout seul dans ton coin, ça n’aura jamais autant d’impact qu’avec 5, 6, 10 personnes qui en parlent en même temps. Il y a un effet de buzz qui se met en place. C’est exactement la même chose quand il y a un film qui sort par exemple et que tout le monde se met en parler d’un seul coup. En ce moment, on a ça avec Inception. Des personnes qui seraient passées à côté des e-mails ou à côté de l’offre, vont voir ça 4 à 5 fois sur 5 sites différents et ils vont se dire : « Ah ouais ! Il y a vraiment quelque chose qui se passe. C’est vraiment intéressant, il faut que j’aille voir.

Alex : D’ailleurs, ça fait trois jours que j’essaie de voir Inception et je ne suis toujours pas arrivé à le voir, tellement que c’est complet ! Je ne désespère pas mais je vais peut-être réussir cette semaine !

Olivier : Voilà ! C’est vraiment un conseil qui est important : si vous pouvez avoir beaucoup de personnes ou même quelques partenaires clés qui promeuvent vos produits, au-delà des ventes directes qui vont vous donner, vous allez avoir un effet de Buzz qui peut s’enclencher et ça peut tout changer en termes de vente, de rentabilité de performance.

Alex : Ce que tu dis est tout à fait vrai. En plus, je voudrais ajouter qu’il y a d’autres facteurs qui entrent en compte. Quand on m’appelle pour participer à une émission de radio ou quand je fais l’objet d’un documentaire, tout cela se croise et ça développe encore plus les ventes. Les gens nous voient à la télé. Ils font des recherches. Ils tombent sur ce qu’on fait, donc ils commandent… Il y a beaucoup de choses qui peuvent multiplier très rapidement toutes les ventes, etc. Je crois que c’est peut être toi qui disait ça, mais je trouve qu’internet a un petit côté magique. Il y a plein de facteurs qui vont faire exploser les choses lorsqu’ils vont se croiser à un moment donné. Tu ne seras pas forcément plus investi ou moins investi mais cumuler des facteurs ultra positifs fait que tu peux complètement exploser et passer vraiment d’un style de vie à un autre parce que tu as cru en tes idées, que tu les as développés. D’un coup, de tous les côtés et toutes les sphères, « Paf !» et ça décolle vraiment ! C’est ultra appréciable !

Olivier : Exactement ! C’est l’utilisation des synergies que permet Internet qui permet ça ! Souvent, quand on se lance dedans, on dépense énormément d’énergie, de temps et peut-être même d’argent pour pas grand-chose. Ça en décourage la majorité. Mais si on est capable de s’accrocher et de dépasser un certain seuil, à partir de là tout s’enclenche et ça va de plus en plus vite. C’est ça qui est formidable ! Il y a vraiment un seuil à dépasser. Une fois qu’on l’a dépassé, ça fait effet boule de neige. Plus on est connu, plus on est connu ! Plus on réussit, plus on réussit ! Sur Internet, c’est ça qui est formidable. L’approche que tu dis est celle que je préconise sur blogueur-pro.com. Ma proposition, c’est de vivre la vie de ses rêves grâce à son blog. C’est de mêler entreprenariat, blogging, internet et produits numériques pour avoir la vie de ses rêves. Aujourd’hui dans ton entreprise, est-ce que les produits numériques représentent la majorité de ton chiffre d’affaire ou c’est encore le service qui te rapporte le plus ?

Alex : Justement, ça a tendance à s’équilibrer. C’est 50/ 50 maintenant pour le moment. Mais je pense que ça va évoluer du côté des produits numériques d’ici un an parce que je vais favoriser ce genre de produits. Je travaille sur pas mal de programmes en ce moment : des formations en ligne orientées sur le développement personnel, la séduction et le look. Comme j’écris aussi la suite de l’e-book et que j’écrirai aussi un autre e-book sur la séduction – je ne m’arrête plus maintenant – ça va très certainement pencher de l’autre côté, du côté des produits numériques.

Olivier : D’accord ! Est-ce que tu aurais un conseil à donner à quelqu’un qui a envie de sortir son premier produit numérique, son premier livre, son premier e-book et qui n’arrive pas à se lancer ou qui a besoin de conseils pour bien faire ça ?

Alex : Le premier conseil que je peux donner c’est au niveau de l’état d’esprit. Même si ça va faire un peu cliché ou discours que l’on a entendu 10 000 fois, je pense qu’on peut difficilement publier quelque chose si on n’est pas passionné par un sujet précis, si on n’a pas envie de l’écrire par amour. Si on envie d’écrire pour l’argent, c’est en général beaucoup moins bon. Mais vraiment, soyez pris de passion pour quelque chose. Cela se ressent dans l’écrit et dans toute la promotion faite autour. Après, pour vraiment parler business, il faut bien savoir s’entourer dans toutes les sphères, c’est-à-dire autant pour distribuer son produit (donc avoir des affiliés) que pour les gens qui peuvent nous donner des conseils, comme toi. Tu peux m’en donner parfois sur les choses plus techniques, sur les pages de vente, les taux de conversion, ce genre de choses-là. Donc, il faut savoir bien s’entourer. Il ne faut pas hésiter à se former aussi sur ce que tu peux proposer : les formations autour du blogging – je suis le premier à souscrire à ce genre de choses et je trouve ça particulièrement intéressant. N’hésitez pas à aller voir ce qui se passe ailleurs, ce que font les autres. Il ne faut pas jalouser. Justement l’approche, c’est de ne pas jalouser. Quand quelque chose se passe bien pour quelqu’un, il faut se dire : « C’est intéressant ! Comment il a fait ? Qu’est-ce qu’il a fait ? Qu’est-ce que je peux prendre chez lui ? » Mon dernier petit conseil  serait celui de la constance. Être constant est ce qui m’a toujours mené à réussir à mes petites choses. C’est-à-dire : garder la motivation, garder la pêche, toujours travailler. Quand on a une petite baisse de motivation, on va prendre l’air, on va voir des amis puis on va recommencer. Il faut continuer à être constant. Toujours. S’accrocher à ses rêves pour enfin les vivre. C’est vraiment le conseil que je peux donner et que j’applique moi personnellement.

Olivier : C’est un excellent conseil. Ça plus le fait de juste démarrer, je pense que ce sont les deux clés du succès : démarrer et s’accrocher. Finalement, la plupart des personnes échouent parce qu’elles abandonnent trop tôt. Dans tout projet ambitieux, il y a une période plateau, une période palier un peu sèche où l’on dépense énormément d’énergie pour pas grand-chose. Malheureusement, c’est là où la plupart des personnes se démotivent, peut-être parce que dans notre société on est un peu accroc à la gratification immédiate et qu’on a un peu de mal à faire des efforts maintenant qui seront payés dans quelques mois ou dans quelques années. Très bien, Alex ! Merci beaucoup pour tout ce retour et tous tes conseils.

Alex : Merci à toi, Olivier, encore une fois.

Olivier : Pour ceux qui seraient intéressés, vous pouvez aller voir le site d’Alex LifeStyle Conseil.com ou son livre numérique. Je vous ai mis un lien vers la page de description. Donc, merci Alex et à très bientôt pour de nouvelles aventures !

Alex : Merci. À bientôt.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

alexandre roth,alex roth,alexander roth,Alexandre Roth escro
Related Posts
Showing 36 comments
  • Sébastien Coste

    Excellent, encore une interview très intéressante !!!

    Encore une fois merci pour ton travail Olivier. Je découvre depuis peut le monde des blogs et je dois dire que ce sont les tiens qui m’en apprennent le plus ! Tu es sans aucun doute une référence à suivre et tu me sert d’exemple, coach, mentor…appelle ça comme tu veux ! 😉

    Sébastien

  • Bonjour,

    Super l’interview, comme d’habitude ! 😉

    C’est motivant de voir des personnes qu’ont réussi
    sur internet juste avec leurs passions ! Je les
    envie, j’espère arriver un jour à leur niveau !

    Continue à nous faire partager tes interviews Olivier !

    Merci,

    Daouda

  • Eric Cavelier

    Bravo Olivier !

    Tes interview sont toujours de qualités.
    Après Sébastien Night, Kamal, voici Alex.
    3 blogueurs experts en séduction.
    Ce thème est-il ton autre passion ?
    Si tu continues, tu vas aussi devenir expert en séduction
    mais en tant qu’interviewer !

    Bonne nuit

    Eric

  • e.varlin

    Excellent, bon c’est sûr il faut déjà acquérir une certaine notoriété pour arriver à un tel succès, pour ma part, je n’en suis pas encore à vendre des e-books sur mon blog ( qu’est-ce que je pourrai bien y raconter d’intéressant?) moi je suis un « bleu », on va dire ça comme ça…

    Toutefois, je m’essaie aux liens d’affiliation, pour voir ce que ça donne, j’en ai mis quelques uns, notamment dans ma sidebar, sur le theme de mon blog évidement, mais sans résultat pour l’instant, car mon trafic est lilliputien ( si j’ai une dizaine de visiteurs uniques par jour, c’est le maximum ! )

    Enfin, je ne désespère pas qu’il décolle un jour…je m’applique consciencieusement en tout cas à signaler chacun de mes billets aux moteurs de recherche et à les taguer. On verra bien !

  • Laurent (Apprendre la Photo)

    Excellente interview une fois encore, et un très bon exemple d’application des principes que tu enseignes (de l’audio pour la relation et la confiance, une interview pour l’autorité, bref du tout en un :D).

    La principale chose que j’en retiens c’est de s’accrocher encore et toujours. J’en suis déjà bien conscient, mais je pense qu’il faut le rappeler constamment, car il est véritablement très facile de se décourager ou même de perdre son rythme de publication au moindre imprévu ou tout simplement par lassitude.

  • MIREILLE

    BONJOUR OLIVIER,

    la qualité et encore de la qualité, j’en apprends toujours et davantage, surtout j’avance dans mon diagnostic beaucoup plus vite.
    A bientôt

  • Gérard Perchec

    Bonjour Olivier,

    Préparer cet interview et le réaliser t’a pris du temps.Alors,je prends celui de te remercier pour çà.J’attends le prochain interview avec impatience.Vraiment stimulant pour continuer son propre .Encore merci.

  • Merci Olivier pour cet interview et à Alex pour le partage de son expérience ! Je trouve que le blog d’Alex est très bien conçu et un bel exemple pour se lancer dans la création d’un blog autour de sa passion. Alex a certainement su trouver une idée pour se démarquer un peu plus sur le marché de la séduction en proposant son propre produit à moindre coût. En outre le fait de montrer quelques extraits du livre et son sommaire est judicieux et bien plus efficace qu’un simple résumé. Enfin j’ajouterai que je suis d’accord avec Olivier et Alex sur le fait qu’une des conditions de réussite à long terme dans l’entrepreneuriat est la constance et la persévérance dans le travail, qualités rares en effet mais « les plus grands perdants ne sont-ils pas ceux qui abandonnent ? » Bravo pour cet excellent travail et votre professionnalisme à tous les 2 ! A très bientôt ! Christine http://www.coaching-a-domicile.com

  • Marie-Astrid Oval

    Bravo pour votre perséverence et votre enthousiasme !
    En tant que conseillère en image, depuis peu autoentrepreneure, on a parfois des moments difficiles, de doutes, et de fatigue… Votre histoire me donne envie de rester fidèle à mes idées et à ce que je souhaite apporter aux autres. Merci de me donner ce petit plus pour continuer à diffuser un service de qualité aux personnes qui ont besoin de conseils personnalisés pour « coacher » leur image…
    Bravo encore et longue vie à toutes vos créations !
    Oséame.

  • Olivier

    Merci pour vos commentaires 🙂

    Eric Cavelier, effectivement je m’intéresse au milieu de la séduction, d’abord parce que j’en ai fait partie pendant plusieurs années, ensuite parce que c’est l’un des rares domaines où l’entreprenariat, le marketing, la création de produits sur Internet, etc, a atteint un niveau de développement correct en France.

    Laurent,

    La principale chose que j’en retiens c’est de s’accrocher encore et toujours. J’en suis déjà bien conscient, mais je pense qu’il faut le rappeler constamment, car il est véritablement très facile de se décourager ou même de perdre son rythme de publication au moindre imprévu ou tout simplement par lassitude.

    C’est bien pour cela que le simple fait de s’accrocher te distingue immédiatement de 90% des autres qui veulent faire comme toi 😉

  • Arielle

    Excellente interview qui donne la pêche! Merci à Olivier de nous fournir de tels témoignages (comme celui de kamal aussi).
    Alex nous dit de ne pas être jaloux, mais j’avoue avoir ressenti, en plus d’une grande admiration, une pointe de jalousie (mais c’est passé, ce n’est pas méchant, au contraire ça me fait réagir). Ce qui me fait dire ça, c’est qu’Alex est exactement dans mon domaine et qu’à 23 ans seulement, il réussit…Waouh ! bravo ! Moi, je suis coach-conseil en image diplômée de l’institut international de relooking et spécialiste en développement personnel et psychologie cognitive et comportementale, écrivain (j’écris « pour moi » depuis + de 10 ans), musicienne… et je n’ai rien exploité à ce jour. Depuis le 1er janvier 2010, j’ai créé un blog, et ce fut la révélation. Ayant de très bonnes compétences en informatique (j’ai travaillé à TF1 au service Marketing pendant 7 ans)j’ai découvert un monde que je ne connaissais pas, internet, et toutes les possibilités qui s’offraient à moi avec ce blog.
    Je pouvais enfin transmettre, écrire pour être lue, donner aux autres mon savoir…Puis, j’ai découvert toutes les possibilités de monétisation, trafic, etc…Je me forme, donc, depuis le mois de janvier et me suis déjà inscrite sur plusieurs plateformes d’affiliation. C’est ça que je veux faire. Blogguer, gagner ma vie avec mon blog en créant des produits, écrire, partager, aider les autres et automatiser mes revenus pour pouvoir vivre enfin mes rêves. Cette année va donc être dédiée à cela, même si je vais devoir assurer mon quotidien, dans un premier temps, en trouvant un boulot « fixe » de jour. Avec tout ce que je lis de ce qu’olivier m’envoie, je peux déjà commencer…Mais je ne sais pas pourquoi, je me trouve laborieuse, j’ai besoin de m’approprier tout ce que je fais, être sûre d’être à 100% au point, avant de me lancer…mais le temps passe vite et j’ai souvent vu mes idées originales réalisées par d’autres car je n’avais pas mis à exécution ce que je savais…

    J’encourage donc Alex, Kamal, et toi, Olivier, dans tout ce que vous faites et je vous prends comme modèles (j’ai 35 ans!).
    Merci !

    Arielle

  • mira

    Bonjour
    Je suis archi qui cherche a décoincer un peu mon métier. Je cherche des nouvelles façons d’exister et d’exercer a l’âge d’internet… Mais ce n’est pas évident car c’est un métier réglementé et surtout pour lequel les gens ont des idées reçues..
    En tout cas l’expérience d’Alex est très enrichissante pour moi, merci de l’avoir partagée.

  • Jon

    Je suis fan du premier ebook look, que j’aime beaucoup (surtout Benoît de bonnegueule.fr), mais j’ai entendu dire que ce premier ebook sur les fringues pour hommes n’était pas du tout écrit par lui… Est-ce vrai ?

    • Le 1er ebook look a été effectivement été écrit par Benoît de BonneGueule. D’ailleurs, il vient de sortir le BonneGueule Book, qui est tout bonnement excellent de ce que j’ai pu en lire (je n’ai pas encore eu le temps de le finir) ! Je te le conseille vraiment 😉

    • Alexandre Roth

      Bonjour à vous deux,

      @Jon : C’est une rumeur qui est fausse et largement répandue depuis la sortie d’un produit concurrent. C’est certainement la stratégie que certains ont trouvé pour se faire une place sur le marché.

      @Laurent Breillat : Cette affirmation est mensongère et trompeuse. Je suis le créateur et l’initiateur de l’Ebook Look 1. J’ai proposé à Benoit de participer au projet sous mes instructions. Il n’est en aucun cas l’auteur exclusif et indépendant. Il n’a absolument pas écrit l’Ebook Look 1 de A à Z. Il a collaboré dans cette œuvre au même titre que d’autres pour la société Lifestyle Conseil par qui il a été rémunéré.

      La suite de l’Ebook Look 2 vient d’ailleurs de sortir et vous pouvez consulter un extrait gratuit de 50 pages à cette adresse : http://www.ebooklook.fr/

      Cordialement,

      Alexandre Roth

  • Lucas

    Je ne comprends rien à vos trucs… J’ai acheté les deux bouquins mentionnés car j’avais des problèmes de looks, et je me suis rendu compte que le bonnegueule book était bien meilleur car bien plus personnel et pratique (l’écriture de Benoît est assez unique).

    En tout cas, je ne vois pas pourquoi ça pourrait t’inquiéter Alex, si Benoît ne l’a pas écrit, mais pourquoi te justifies tu autant ? (Qu’est-ce qu’on a à faire de savoir qu’il était ton salarié par ex, tu l’as déclaré ?)

  • Benoit

    Bonjour,

    Je suis Benoit de BonneGueule, et je comprends que la situation prête à confusion.

    Je confirme, j’ai bien écrit l’ebook look 1, de l’introduction à la conclusion, et je peux d’ailleurs très facilement le prouver (ou alors on ne parle pas du même produit, ce dont je doute très fortement). Il n’y a rien de diffamatoire ou de mensonger dans cette affirmation, car cette expérience chez Lifestyle Conseil fut très formatrice pour moi, et elle m’a permis d’écrire le BonneGueule Book avec beaucoup plus de facilité.
    Si c’est bien moi qui ai envoyé le fichier word final, je confirme également que je ne me suis pas occupé de la mise en page, du graphisme, et de la promotion. Ce fut du ressort d’Alexandre et des autres intervenants et cela explique d’ailleurs le succès de ce premier ouvrage.

    Je suis à présent très vigilant en ce qui concerne la paternité de mon travail, et je surveille de près toute personne qui dénigre, méprise, ou ignore mon travail actuel et passé, en ayant éventuellement un recours légal s’il le faut.

    @Lucas : merci beaucoup pour ton retour, je transmets à l’équipe 🙂

    • Olivier Roland

      Benoit, Alexandre, je vous remercie de régler vos différents ailleurs que sur ce blog. Ce n’est pas le lieu.

  • Olivier Roland

    Remarque importante : Jon et Lucas, les auteurs des deux commentaires négatifs à propos d’Alex, utilisent tous les deux une adresse email bidon et postent à partir d’une IP de Tahiti.
    L’IP n’est pas la même, mais étant donné le faible pourcentage de lecteurs de ce blog venant de Tahiti, la coïncidence est troublante.
    De plus Lucas a tenté de publier quelques commentaires trollesques, que je n’ai pas validé, ce qui laisse suspecter de son impartialité.

    J’ai déjà été victime de diffamation et d’usurpation d’identité, et je sais à quel point il est facile de se faire passer pour un autre (ou pour quelqu’un qui n’existe pas) sur Internet.

    Jon, Lucas, pourquoi utilisez-vous des emails bidons ? Comment se fait-il que vous postiez tous les deux de Tahiti, vous vous connaissez ?

    Alex me signale qu’un membre de l’équipe Bonne Gueule vit à Tahiti, tu confirmes Benoit ?

    Enfin, Alex avait signalé dans l’interview qu’il avait donné sur Des Livres Pour Changer de Vie que Benoit de Bonne Gueule est le co-auteur du livre.
    L’interview a été publiée le 1er août 2010.

    • Laurent Breillat

      Tu veux piquer la place de Columbo Olivier ? 😛

      Plus sérieusement, je pense que le fait que les IP soient de Tahiti ou que les mails soient anonymes ne change rien. Dans tous les cas, n’importe qui aurait pu poster la même chose depuis Paris, et avec une vraie adresse mail (tout le monde en a de vieilles qu’il n’utilise plus 😉 ). On peut même changer d’IP facilement : il suffit de poster un commentaire depuis sont téléphone.
      Bref, honnêtement, c’est peut-être aussi juste des gens qui ne veulent pas filer leur vraie adresse mail hein ^^

      Et de toute manière, les avis sur la qualité de l’Ebook Look 1 ou 2, ou du Bonne Gueule Book sont par essence subjectifs. En quoi un avis devrait être impartial ? ^^ Je pense que nous sommes tous assez grands pour comprendre que si Lucas trouve le Bonne Gueule Book meilleur, c’est son avis, et il vaut ce qu’il vaut. Et qu’il n’a pas forcément raison ou tort, c’est juste qu’il est peut-être plus sensible à un style qu’à un autre.

      Concernant la paternité, c’est un peu différent : c’est en problème entre Alexandre et Benoît finalement, qu’ils régleront eux-même (ou pas). Puisque de toute façon c’est un peu compliqué de prouver d’un côté comme de l’autre que telle ou telle personne est l’auteur d’un ebook. Je veux dire, si demain j’écris un ebook, et que je le file à quelqu’un pour qu’il corrige les fautes et le mette en page, il peut tout aussi bien dire qu’il l’a écrit, il a aussi le fichier original (et je ne vous raconte même pas si on passe par des trucs collaboratifs genre Dropbox, Google Docs et compagnie…). Bref dans tous les cas, ce n’est pas ici qu’un quelconque différent à ce sujet va se régler.

    • Olivier Roland

      Il est clair que ce n’est pas ici que cela va se régler !
      Mais quand même, ces IP tahitiennes sont bizarres 😉 . Je viens de vérifier et la Polynésie représente 0,45% du trafic sur ce blog. C’est une coïncidence étrange, tu ne trouves pas ? Tout le monde ne sait pas comment changer son IP.

    • Laurent Breillat

      La coïncidence est peut être étrange, mais quand bien même ce serait la même personne, qu’est-ce que ça change en réalité ? 😉 Dans le pire des cas, zu lieu d’avoir 2 personnes subjectives, on en a une !

    • Olivier Roland

      Tu rigoles ? S’il s’agit d’une personne, on voit bien qu’il s’agit d’une tentative de manipulation. Ce n’est pas acceptable. Le principe de l’authentification des commentaires passe par la bonne volonté de chacun, car aucun contrôle n’est fait au niveau des identités. Le problème, c’est si quelqu’un abuse de la confiance du système pour poster sous un autre nom, voir poster sous plusieurs noms différents en simulant des conversations ou des effets de foule. Comment tu réagirais, toi, si on faisait cela sur ton blog, ou si on utilisait ces techniques pour te discréditer sur d’autres blogs sur la photo ?

  • Gill

    Je suis Gill et tahitien, de la team BG, je suis actuellement en Chine (mon IP fait foi) depuis plusieurs mois, je suis vraiment désolé de tout et je vais tout faire pour repérer celui qui a posté ça.

  • Gill

    Bonjour, je suis Gill, le tahitien, de la team BG. Pour des raisons professionnelles, j’habite depuis plusieurs mois en Chine. Je suis conscient des désagréments que tout cet imbroglio crée à ton blog Olivier, mais je me permets tout de même de répondre, car je n’aime pas vraiment être accusé à tord (et par la même occasion tu pourras vérifier par toi même, via mon adresse ip, que je suis bel et bien en Chine).

    J’ai de nombreuses connaissance à Tahïti et leur présence sur ce blog doit certainement être dû au fait que j’ai, tout naturellement, fait la promo du BGbook, et de la blogosphère développement personnel en général, à mes proches.

    La seule chose que je voudrais dire, c’est que si, lecteurs de ce blog, vous souhaitez défendre BG, faites-le objectivement savoir aux auteurs en apportant votre soutien, et non en choisissant de mettre à mal la réputations des gens en trollant comme des gamins. Descendre la concurrence via de lâches commentaires sur un blog, couvert par l’anonymat de vos ordi, c’est plutôt moyen et ça ne nous plait pas vraiment. Internet est une petite toile où les rumeurs et les réputations se font et se défont à vitesse grand V. Donc merci de ne pas nous causer de tord en agissant de la sorte.

    A bientôt,

    Gill

    • Olivier Roland

      Ok, au temps pour moi, merci pour ton appel à la transparence et à l’argumentation.

      A partir de maintenant, je n’accepterai plus aucun commentaire sur cette affaire. Blogueur Pro n’est définitivement pas le lieu où l’on règle des problèmes de « paternité ». Pour cela, il y a les banques de sperme et les analyses ADN les tribunaux, ou une bonne discussion virile entre mecs intelligents (ce qui est quand même préférable). Les débats de ce genre sur les blogs et forums ne peuvent qu’entacher la réputation de chacun tout en augmentant les dissensions, IMHO.

      Je ne validerai donc plus de commentaires sur le sujet (et m’abstiendrai par la même occasion de jouer les Columbo 😉 )

  • Le Bon Sens des Etoiles

    Merci beaucoup pour cette interview très intéressante ! j’ai passé ma matinée sur votre blog Olivier, très riche en conseils pratiques, merci !

  • Paramelle France

    oui, persévérer, quand on a su choisir sa passion c’est du pur plaisir. France

  • Sylvia Assani

    merci bcp, Olivier et Alex pour le bel interview très interessant aussi! il y a vraiment plusieurs chemins qui mènent à Rome! Bonne chance et du succès!
    sylvia Christiane

  • richard

    J’ai vraiment l’impression de m’entendre ^^ Alex tu as du lire la semaine de 4h ! 🙂

    • Alexandre Roth

      Je l’ai effectivement lu…plus d’un an après l’interview 😉

  • JESSE

    Bonsoir,

    Cette interview est instructive pour moi car elle reflète l’anti-chambre de la réussite. Étant dans un moment ou le travail et les investissements sont plus importants que les retours en feed-back et recette.

    Je suis sur un questionnement de comment à atteindre de la vie de mes rêve.

    Beaucoup de réflexion et un bon moment pour mieux reprendre mon activité demain.

    merci
    jesse

  • Anonyme

    Incroyable, je suis tombé sur cette page complètement par hasard (Hasard ? Finalement, peut être pas !)

    Je viens de finir mon ebook qui s’intitule « Mentalisme & Séduction » qui sera publié très bientôt sur mentalactif.com

    Je me suis parfaitement retrouvé dans cette interview, forcément, pour le moment, je ne sais pas ce que les ventes vont donner, mais j’espère de tout cœur que ça fonctionne, c’est un vrai investissement de temps, mais je ne regrette en aucun cas ces heures passées devant mon PC.

    Je cherche également de la visibilité, n’hésite-pas à me contacter si l’idée t’intéresse Olivier. A bientôt !

pingbacks / trackbacks
  • […] vous avez écouté ou lu les interviews de Florent Fouque, Sébastien Night ou Alexandre Roth, vous avez vu que l’auto-édition est une voie de plus en plus empruntée avec succès par des […]

  • […] : cet article invité a été écrit par Alexandre Roth. Déjà interviewé sur ce blog pour son livre sur le look, Alexandre fait partie de ces blogueurs de la nouvelle vague qui vivent […]

  • […] : cet article invité a été écrit par Alexandre Roth. Déjà interviewé sur ce blog pour son livre sur le look, Alexandre fait partie de ces blogueurs de la nouvelle vague qui vivent […]

Leave a Comment

kamal126-comment-un-blog-peut-booster-votre-entreprise