Voyages : Los Angeles (et un livre secret inconnu en France)

par Olivier Roland

Los-Angeles

Los Angeles représente la première étape de mon rêve. En juillet 2009, je me suis donné deux ans pour vivre la semaine de 4 heures. A cette époque, je dirigeai encore ma première entreprise, travaillait comme un fou dedans, Des Livres Pour Changer de Vie n’avait que quelques mois et je gagnais à tout casser 200 € par mois sur Internet. La nature des services que mon entreprise proposait (prestations informatiques) et son organisation faisait qu’il m’était difficile de partir longtemps. Je ne prenais en moyenne qu’une semaine de vacances à la fois, 2 à 3 semaines par an en moyenne. J’avais le style de vie classique de l’entrepreneur surmené, même si j’avais déjà commencé à réorganiser mon entreprise pour y passer moins de temps, grâce à ce que j’apprenais dans les livres du Personal MBA.

Le challenge était difficile, mais j’étais résolu à l’accomplir, et tous mes efforts, toutes mes tentatives étaient dirigées dans un seul but : réussir à vivre la semaine de 4 heures (ce qui ne signifie pas pour moi travailler 4 heures par semaine, mais automatiser ou outsourcer ce que je n’aime pas, travailler un nombre raisonnable d’heures sur ce que j’aime, et avoir la liberté de voyager partout dans le monde). J’avais déterminé les grandes étapes qui m’y amèneraient, et me focalisait sur le fait de les atteindre, puis les dépasser une par une.

Moins de deux ans plus tard, en juin 2011, ma première entreprise est vendue, je gagne sur Internet un revenu que je n’aurai jamais imaginé, et, comble du bonheur, ma seconde entreprise est entièrement gérable sur Internet, ce qui me permet de voyager partout dans le monde. J’en avais déjà profité un peu, en partant un mois à Wallis et Futuna et à Fidji en septembre 2010, une période bien plus longue que tout ce que je m’étais octroyé jusqu’à ce moment, et en partant 15 jours en Inde en avril. Mais mon rêve était de commencer ma nouvelle vie par un voyage au long cours dans un pays que je considérai naguère avec le dédain un peu méprisant qui caractérise bon nombre de Français, et que j’ai appris à respecter, puis à admirer en découvrant l’immense culture, les incroyables innovations, l’esprit entreprenarial qui le caractérise : les Etats-Unis.

La culture américaine que nous pouvons “consommer” sans effort chez nous est en grande partie la plus mauvaise part. C’est la culture américaine “entrée de gamme”, que l’on retrouve dans les films et les séries (bien que certains films soient évidemment des chefs-d’oeuvre !). En lisant un à un tous ces livres du Personal MBA qui n’ont jamais été traduits en Français, j’ai pris conscience de l’immense richesse, de la grande intelligence, des pépites de savoir et d’expérience que recèle la littérature américaine, et j’ai réalisé avec un choc que la plus grande partie de celle-ci n’a PAS été traduite en Français, et que le fait de lire en anglais m’ouvrait les portes d’une nouvelle culture immense dont je n’avais pas soupçonné l’existence.

Parmi tous ces livres non traduits figurent même des best-sellers, dont certains ont façonné et façonnent encore la manière qu’ont les Américains de voir le monde et d’agir. Prenez par exemple le livre “Atlas Shrugged” (La révolte d’Atlas en Français) d’Ayn Rand. Selon divers sondages, ce livre a été lu par 8% des américains (!), ce qui représente 28 millions de personnes. Un sondage réalisé par la bibliothèque du Congrès a montré que ce livre est le 2ème le plus populaire là-bas, après la Bible (!). Regardez le nombre de commentaires sur Amazon.com.

A t-il été traduit en Français ? Oui et non. L’histoire en est rocambolesque, et montre bien à quel point nous sommes coupés d’un savoir qui parait couler de source là-bas. Ce livre a été publié en 1957, et deux ans plus tard, une maison d’édition Suisse a commencé à en publier la traduction. Elle a sorti deux livres sur les trois prévus, mais avec une qualité de traduction tellement mauvaise qu’Ayn Rand a refusé de lui donner son aval. L’éditeur a ensuite fait faillite, empêchant la traduction complète du livre.la-revolte-datlas

En 50 ans, pas une autre maison d’édition n’en a assuré la traduction. Finalement en 2009, une traductrice, Monique di Pieirro, excédée par cette “lacune incompréhensible”, a entrepris de réaliser une traduction pirate, occupant tout son temps libre pendant un an à la réalisation de cette tâche gigantesque (le roman en Français fait 1800 pages !). N’ayant pas le droit de réaliser cette traduction, elle a ensuite diffusée gratuitement une version PDF intitulée “La révolte d’Atlas”. David Jay m’a fait découvrir ce livre en me donnant ce PDF.
C’est la seule fois où je suis fier d’avoir accès à une oeuvre piratée : quand ce piratage est le seul moyen d’en assurer la diffusion. Je n’en suis qu’à la page 446, donc à un peu plus d’un quart du roman, mais je dois dire que je suis ébloui par l’intelligence et le mordant de ce livre.

(Note : quelques mois après la publication de cet article, ce livre a enfin eu droit à une traduction officielle, sous le titre « La Grève« . Cliquez ici pour le voir sur Amazon.)

D’origine russe, ayant fui ce pays pour émigrer aux Etats-Unis, Ayn Rand fait une critique féroce et extrême du collectivisme (en gros les systèmes politiques  anti-capitalistes, et particulièrement le communisme) et encense les entrepreneurs, “ceux qui font en sorte que les choses se produisent dans ce monde”. Elle pousse ses idées à des extrêmes que je ne partage absolument pas, mais met en avant de solides arguments et a une manière de voir les choses que je trouve particulièrement intéressante, si l’on fait abstraction de ses extrêmes. C’est un livre que tout entrepreneur devrait lire. C’est d’ailleurs  une véritable clé pour comprendre les américains, leur culture et leur politique. Un de ceux qui a été très proche d’elle dresse un portrait très intéressant des avantages et des problèmes de sa philosophie, l’Objectivisme, dans l’article “The Benefits and Hazards of the Philosophy of Ayn Rand“.

Par ailleurs, de tous les livres qu’elle a écrits – et qui sont tous des best-sellers aux Etats-Unis – seul deux ont été traduits en France, La vertu de l’égoïsme et La source vive (et il semble qu’ils aient été traduits très récemment). C’est incompréhensible, à tel point que je me demande s’il n’y a pas une forme de censure qui s’est établie.

Bref, La révolte d’Atlas et les autres livres d’Ayn Rand ne sont qu’un exemple parmi des milliers d’autres livres géniaux qui n’ont pas été traduits en Français. Et ceux qui le sont mettent parfois des années à être traduits, comme GTD, qui a mis 8 ans (!). Merci aux Editions Leduc pour l’avoir fait !

Essayez de lire des livres en anglais, vous verrez à quel point vous aurez accès à une vaste culture que vous ne soupçonniez pas. Si lire en anglais vous fait peur, lisez mon article “Comment parler English fluently et lire des livres compliqués en Anglais (pour les Nuls)“.

J’admire donc à présent les Etats-Unis, et je voulais absolument commencer ma nouvelle vie en vivant dans l’état qui symbolise le plus l’entreprenariat et l’innovation, qui est le vivier de tant d’inventions géniales et où il fait bon vivre : la Californie. Et puisqu’il faut bien choisir un endroit dans cet état presque aussi grand et aussi peuplé que la France, Los Angeles, sa plus grande métropole, me paraissait comme le lieu le plus indiqué (les américains l’appellent presque toujours “LA”, prononcez “èl éy”).

Je vais vous faire donc un résumé de ce que j’ai pu y voir, et en comprendre, pendant mes 3 semaines là-bas, entre Durango et Montréal, toujours dans le but de vous faire voyager avec moi et vous faire découvrir de nouveaux lieux 😉

Rencontres et Couchsurfing

J’ai utilisé énormément le Couchsurfing pendant ces 3 semaines, plus que jamais auparavant, et cela m’a conforté dans l’idée qu’avec ce site extraordinaire, l’avion et une entreprise sur Internet, le monde est juste un village global. Vous pouvez aller partout dans le monde et vous faire des amis très facilement. J’ai rencontré des dizaines de personnes, américains et étrangers, locaux ou voyageurs, de tout bord, de tous horizons, venant de nombreux pays, parlant de nombreuses langues – dont heureusement l’anglais 😉 .

Dès le lendemain de mon arrivée, une américaine vivant à Los Angeles a commencé à me faire découvrir la ville, en compagnie d’un Colombien vivant à Montréal (!).

couchsurfing

Il est très facile de faire des rencontres et d’avoir des amis partout dans le monde avec le Couchsurfing

Ce n’était que le début d’un grand nombre de rencontres dans des contextes très différents : fêtes sur la plage, restaurants, soirées Couchsurfing, soirées chez des amis, évènements divers et variés. J’ai eu une vie sociale très riche à Los Angeles, me faisant par la même occasion des amis que j’ai eu un peu de tristesse à quitter, mais que je me ferai une joie de revoir en revenant à Los Angeles, ou ailleurs !

DSC01993

Feu de camp, plage, musique et discussions : voilà une ambiance comme je les aime, propice à de nombreuses rencontres !

Je ne me suis d’ailleurs pas servi du tout du Couchsurfing pour être hébergé, uniquement pour faire des rencontres. Car c’est cela qui est génial : vous pouvez à la fois vous en servir pour être logé presque gratuitement chez l’habitant (et pour héberger des gens venant du monde entier, ce qui est une manière de voyager sans voyager), mais aussi pour rencontrer tout un tas de personnes !

C’est le meilleur moyen que je connaisse pour rencontrer immédiatement et facilement des locaux ouverts d’esprits qui vous feront vous plonger immédiatement dans la culture et la vie quotidienne du pays que vous visitez : votre expérience sera alors bien différente de celui du touriste “lambda” qui se contenterait de visites guidées balisées par son agence de voyages. Vous serez en contact avec le pouls de la différence, le coeur de ce qui fait qu’un pays est un pays, et ses habitants, même si évidemment ce sera comme de savourer un petit glaçon tiré d’un iceberg. Mais cela sera rafraichissant 🙂 .

rencontres-couchsurfing

Avec des américains d’origine malaysienne et indienne dans un restaurant coréen. Vive le choc des cultures !

De plus comme d’habitude, le fait d’être dans un pays étranger rapproche les français, et j’ai passé de très bons moments avec des expatriés rencontrés sur place. J’ai notamment rencontré une blogueuse, Laetitia de Ma vie à Los Angeles, qui m’a dit avoir 200 visiteurs par jour (ce qui est pas mal) et se plaignait du nombre de commentaires négatifs qu’elle recevait. Je lui ai dit que c’est normal et qu’il ne faut pas qu’elle hésite à virer les lecteurs indésirables 🙂 .

Appartement ou hôtel ?

Comme je restai 3 semaines à Los Angeles, je ne voulais pas aller à l’hôtel. Tout d’abord parce que c’est agréable d’avoir un appartement à soi, et ensuite parce que, comme Yaro Starak le dit dans l’interview que j’ai réalisé, “si vous passez votre temps à voyager et que vous ne mangez qu’au restaurant, cela va vous tuer”. J’ai donc utilisé le site dont il parle dans l’interview, VRBO et ait pu louer un appartement incroyable, avec une vue extraordinaire (la 1ère photo de cet article est la vue de Los Angeles depuis mon balcon) et une piscine privée, partagée uniquement avec la famille.

L’appartement, grand et confortable, m’a coûté environ 2000 € pour 3 semaines. Ce n’est pas très cher si l’on considère qu’un même niveau de confort et une vue aussi belle dans un hôtel m’aurait coûté au moins deux fois plus, et que j’avais le plaisir d’avoir mon propre chez-moi, avec ma propre cuisine.

bureau-los-angeles

Voici mon bureau (je venais de commencer à rédiger l’article sur Durango). Il  y a pire non ? 😉
En tout cas c’est mieux qu’un bureau de 10 m² éclairé au néon à la Défense !

Je vous recommande donc, si vous comptez vous poser un certain temps à un endroit, de considérer l’option appartement. VRBO en propose partout dans le monde ou presque. Tout comme le Couchsurfing, cela vous aidera à voir les voyages autrement que comme un touriste, en vous immergeant encore plus dans la vie locale.

Cela permet aussi de faire (parfois) des rencontres intéressantes. Le propriétaire qui louait l’appartement est un compositeur de musique de films, primé, avec ses récompenses et ses disques d’or accrochés au mur, et sa femme est une Française, profileuse pour une série de télé-réalité américaine. Des profils atypiques que l’on ne rencontre pas souvent !

Cinéma, télévision et théâtre

Car évidemment, Los Angeles est la capitale du cinéma, et aussi un lieu où se produisent de nombreuses émissions de télévision, et qui est constellé de théâtres en tout genre ! Je ne compte pas le nombre de comédiens ou aspirants comédiens – et surtout aspirants acteurs ! – que j’ai rencontrés, et toutes les personnes qui travaillent de près ou de loin dans cette industrie : scénaristes, musiciens, spécialistes des effets spéciaux, cadreurs et j’en passe et des meilleurs. Une énorme partie de la population travaille dans ce secteur, ou rêve d’y travailler, et cela se sent.

theatre-losangeles

Dans un des nombreux théâtres de la ville, pour une pièce jouée pour la 1ère fois depuis 300 ans.
Comme au XVIème siècle, il y a des sièges sur la scène… ce dont je n’ai pas manqué de profiter ! 😉

De nombreux aspirants comédiens font le déplacement, parfois de très loin – j’ai rencontré par exemple un Espagnol vivant à Paris – dans l’espoir de percer dans cet Eldorado. Beaucoup disent qu’ils se satisferaient déjà de pouvoir vivre régulièrement de leur travail – en décrochant des rôles dans des troupes de théâtre, et surtout des petits rôles dans des films ou des séries – mais évidemment le rêve de presque chacun d’entre eux est un jour de devenir une de ces têtes d’affiche qui font la gloire du cinéma Hollywoodien. La concurrence est donc très très forte.

Le cinéma se traduit aussi par toutes ses attractions touristiques, comme le Chinese Theater, avec sa cour emplie d’empreintes de stars gravées dans le ciment, ou ses studios qui se visitent et qui sont parfois de véritables parcs d’attractions, comme Universal Studio (ce dernier est d’ailleurs très sympa, je vous le recommande !)

r2d2-c3po-chinese-theater

Les empreintes de R2-D2 et C3PO. Les américains ne manquent pas d’humour 😉

Une ville étalée

New-York est une ville où les habitants sont empilés, tandis qu’à Los Angeles tout le monde est étalé ! Les grattes-ciels sont rares, et du coup la ville ressemble beaucoup à une gigantesque banlieue qui s’étend sur… plus de 100 kilomètres ! La ville en elle-même, sans son agglomération, s’étend sur 1290 km². A comparer aux 105 km² de Paris. Du coup, la densité est de 3154 habitants au km², contre plus de 20 000 pour Paris.

Cela se traduit très concrètement par le fait que tout est éloigné de tout à LA. Les points intéressants sont séparés par des kilomètres et des kilomètres de pavillons résidentiels à l’intérêt architectural quasiment nul. La ville est cependant très verte, avec des arbres un peu partout, et notamment des avenues bordées  de palmier que l’on voit dans les films qui s’y déroulent.

Il n’y a pas de véritable centre. Il y a l’inévitable Downtown des villes américaines, constellé de gratte-ciels, mais Los Angeles, c’est avant tout une collection de quartiers qui ont tous leur âme propre  et qui sont souvent d’anciennes villes qui ont été absorbées par elle.

downtown-losangeles

Entre les gratte-ciels du Downtown (ici de la terrasse d’un bar génial, le Rooftop)…

Venice-Los-Angeles

Les canaux de Venice (créés par un milliardaire excentrique qui voulait créer une nouvelle Venise),

sanpedro-baie

Ou la baie de San Pedro (ici prise du Queen Mary, un vieux paquebot transatlantique reconverti en hôtel)

vuedeLA

La diversité des quartiers majeurs est très importante. Sur cette photo, vous pouvez voir que les grattes-ciels sont comme perdus au milieu d’une mer de quartiers résidentiels

Trafic

Cette particularité de LA est la source d’une de ces plus grandes frustrations : le trafic. En effet, la taille de la ville et le fait que tout soit éloigné de tout rendent obligatoire l’utilisation de la voiture, d’autant plus que le réseau de bus et le métro sont très peu développés. Comme tous les habitants ou presque sont obligés de se déplacer en voiture sur de longues distances, cela créé des embouteillages monstrueux, dont l’on ne s’extirpe que pour devoir chercher une place de parking, qui va vous demander soit beaucoup de temps pour la trouver, soit beaucoup d’argent, et parfois les deux !

De là où j’habitai à West Hollywood, la plupart des déplacements vers de lieux intéressants prenaient entre 30 et 40 minutes en moyenne – et autant au retour – et ce nombre peut être facilement doublé si vous entrez dans des embouteillages que les GPS semblent prendre un malin plaisir à dénicher… Les habitants de la ville savent quelles voies éviter pour ne pas être au coeur de la congestion, mais les GPS ont encore du boulot pour faire la même chose !

Pourtant les américains ont de la place, les avenues sont souvent de deux fois trois voies, et parfois même deux fois quatre ou cinq voies, il y a systématiquement des couloirs spécifiques pour tourner à droite et à gauche aux carrefours,  et il est possible de tourner à droite même quand le feu est rouge, mais cela ne suffit pas.

Ce n’est pas comme dans la plupart des grandes villes, où nous pouvons prendre les transports en commun pour contourner ces problèmes, ici il est très difficile de se rendre vraiment où nous voulons avec eux.

Au final, je m’y suis habitué, comme tout le monde, en utilisant le temps de déplacement pour écouter des podcasts. Bref, soyez prévenu, si vous prévoyez de venir à Los Angeles et de ne pas louer de voiture, attendez-vous à des déconvenues ! Si vous louez une voiture, vous expérimenterez certes les joies des embouteillages et des places de parking à trouver, mais au moins vous pourrez réellement profiter de la ville. Pendant vos déplacements, pourquoi d’ailleurs ne pas écouter les podcasts de Des Livres Pour Changer de Vie, notamment 10 raisons pour lesquelles vous ne devriez pas être salarié, qui est le podcast le plus populaire du blog ? 😉

distance-de-securite

Malgré les embouteillages, les américains sont en général plus respectueux des distances de sécurité qu’en France… même à l’arrêt, comme ici !

Communautés et langues

Los Angeles, c’est également une collection incroyable de communautés qui ont gardé leur culture et qui parfois poussent ce communautarisme jusqu’à habiter ensemble dans des quartiers où presque tout est affiché dans leur langue !

Un des quartiers les plus représentatifs de cet état de fait est le quartier Coréen, appelé “Korean Town”, littéralement “la ville Coréenne”. En s’y baladant on remarque que la très grande majorité des panneaux sont en Coréen, et les habitants ont presque tous le profil asiatique, et parlent Coréen entre eux !

KoreanTown

Dans un centre commercial de Korean Town. Presque tous les affichages sont en Coréen !

ticket-coreen-la

Jusqu’aux tickets dans les restaux qui sont en Coréen aussi !

Et Koreantown n’est pas le seul quartier de ce type, il y a évidemment Chinatown, et Little Tokyo, le quartier japonais, et bien d’autres !

Little-Tokyo-LA

Little Tokyo, le minuscule quartier japonais de la ville

Ce regroupement de personnes issues d’une même culture entre eux, jusqu’au fait de garder leur langue d’origine et de l’afficher partout a été très étrange pour moi. C’est la première fois que je vois un communautarisme aussi fort dans une ville. Los Angeles est ainsi la 2ème ville au monde après Séoul en terme de population d’origine Coréenne !

Je ne saurai dire si ce communautarisme est une bonne ou une mauvaise chose, mais j’ai apprécié personnellement de pouvoir passer d’une culture à une autre en prenant juste ma voiture.

Los Angeles est ainsi une ville très cosmopolite, où l’on peut entendre de très nombreuses langues différentes. L’espagnol est ici parlé par une grande partie de la population, dont une portion d’ailleurs ne parle pas du tout anglais, et bien que l’anglais reste la seule langue officielle, les affiches et panneaux dans les deux langues sont monnaie courante.

Ce bilinguisme s’ajoute donc aux langues des diverses communautés, créant un joyeux patchwork que j’ai trouvé intéressant et dynamique. Heureusement, l’anglais reste la langue commune de presque tout le monde, évitant à la ville de se transformer en tour de Babel 😉

Autre avantage lié à ce mélange des genres, il y a un nombre incroyable de restaurants dans cette ville. Tous les pays du monde ou presque sont représentés. L’occasion idéale de tester de nouvelles saveurs !

Pauvreté et insécurité

Bien qu’évidemment sans commune mesure avec ce que j’ai pu voir en Inde, la pauvreté dans certains quartiers est très visible. Dès la tombée du jour, de nombreux SDF parcourent le Downtown, et l’insécurité dans certains quartiers est forte. Le guide du routard indique même que le simple fait de se promener dans certaines zones le soir peut être ressenti comme une provocation par ses habitants !

Il faudra donc faire attention si vous allez à LA, de ne pas vous balader n’importe tout une fois le soleil couché. Le guide du routard liste les quartiers “chauds”, et en suivant ces simples recommandations, vous ne devriez pas avoir de problèmes. En gros il faut éviter les quartiers du sud à l’est, y compris le Downtown (en journée il n’y a pas de problèmes) . Je n’ai personnellement eu aucun souci durant tous mon séjour.

Tourisme et divertissements

panneau-hollywood

Le cliché habituel est tellement “cliché” que j’ai essayé de trouver un autre angle 😉

Si vous aimez les vieux monuments, il n’y a pas grand-chose à voir à Los Angeles. C’est une ville très récente, qui n’avait encore que 11 000 habitants en 1887.

La ville regorge par contre de musées et de plages, donc si vous aimez les deux, vous serez ravi ! Les plages sont tout simplement gigantesques, et même en plein mois de juillet, il y a beaucoup de place, on est loin des plages bondées que l’on peut retrouver sur la Côte d’Azur l’été !

plage-los-angeles

Les plages de Los Angeles sont immenses et s’étendent sur des kilomètres. Notez les surfeurs, il y en a beaucoup à LA ! 😉

Le climat est de plus très agréable – même en hiver, à ce qu’on m’a dit – je n’ai quasiment pas eu de pluie pendant tout mon séjour.

Les musées sont nombreux et variés : arts, science, de toutes sortes et de tous poils, il y en a pour tous les gouts. Un des plus célèbres musées est la villa Getty, une reconstitution d’une villa d’Herculanum, une ville romaine détruite par l’éruption du Vésuve en 79, en même temps que Pompéi, qui regorge d’oeuvres d’art de l’antiquité.  Ajoutés aux nombreux théâtres et music-halls, cela fait de Los Angeles une ville à la vie culturelle très riche.

Griffith-Observatory

Vue de Los Angeles depuis l’observatoire de Griffith. Il abrite un très intéressant musée sur les sciences et l’astronomie, et met à la disposition du public son télescope solaire (pour la journée) et classique dès la nuit tombée

Si vous êtes fan de parcs d’attraction, vous serez également comblé, puisque Disneyland est tout proche, et que Universal Studio, aux attractions évidemment centrées autour des films à succès de la firme, vaut le détour et se visite en une journée.

Santa-Monica-route66

La fin de la route 66, à Santa Monica. Elle commence à Chicago !

La vie nocturne de LA est également très riche, et si vous aimez les bars et les sorties en boite, vous serez comblé par le nombre invraisemblable de lieux pour vous amuser le soir. Toutes les ambiances, toutes les cultures y sont représentées, de la boite huppée fréquentée par les stars Hollywoodienne aux karaokés asiatiques avec leurs salles privées pour chanter entre amis.

Travail

Comme je l’indiquai dans un précédent article, l’un de mes objectifs lors de voyage est… d’en profiter, et je tenais donc à limiter mon temps de travail pour pleinement vivre ma semaine de 4 heures. Pari tenu, puisque j’ai travaillé en moyenne 20 à 25 heures par semaine. Je travaillais en général le matin, profitant de mon “bureau”, et visitait, faisait des rencontres et profitait l’après-midi.

Comme je le disais dans Scoop : Combien gagnent les blogueurs Français de la nouvelle vague (et combien d’heures ils travaillent réellement), Des Livres Pour Changer de Vie me demande très peu de temps (une heure par mois) et Blogueur Pro 5 heures par semaine, le gros de mon travail était donc consacré à la création des cours pour la formation Blogueur Pro, le support à mes élèves et les emails.

Mon entreprise a gagné bien plus d’argent pendant mon séjour à LA que tout ce que j’ai pu y dépenser, et je suis bien parti, comme pour mes précédents voyages, pour retourner en France non seulement plus riche intellectuellement et spirituellement, mais aussi plus riche financièrement 🙂 . Cela correspond parfaitement à ma philosophie et à mes objectifs, et j’ai pleinement conscience de la “chance” incroyable que j’ai de pouvoir vivre une situation partagée par une minorité de personnes sur la planète (évidemment, la chance en tant que hasard n’a pas grand chose à voir avec ce succès. La chance en tant que compétence, oui par contre 😉 ).

Conclusion

LA est une ville énorme, gigantesque, qui s’étale sur une distance supérieure à certains petits pays. Tenter de la vivre pleinement sans voiture est frustrant, tenter de la vivre pleinement avec une voiture est frustrant également, mais une fois cette frustration passée, elle a beaucoup à offrir. Le nombre de quartiers étonnants à visiter, de théâtres où aller voir des pièces en tout genre, de bars où découvrir de nouveaux cocktails, de plages où aller surfer ou se prélasser, de restaurants où s’initier à des saveurs venues d’ailleurs, de musées pour se cultiver et s’amuser, d’ambiances à savourer, de personnes à rencontrer est immense.

Si vous y allez 15 jours, vous aurez largement de quoi faire et il est douteux que vous puissiez en faire véritablement le tour. C’est une ville qui se dévoile petit à petit, freeway après freeway, bouchon après bouchon, et qui ne cesse d’étonner par son mélange des genres et sa diversité culturelle et linguistique. Et cette richesse se dévoile encore davantage bien sûr, quand ce sont ses habitants qui vous la font découvrir, vous la présentant avec une authenticité qu’aucun guide touristique ne pourrait atteindre, vous faisant gouter pleinement la vie quotidienne de cette mégapole.

Pour cela, je ne saurai trop vous recommander à nouveau le Couchsurfing, qui au-delà de vous permettre de vous faire héberger gratuitement, vous donne une occasion unique de rencontrer facilement les locaux de tout lieu que vous visitez, et de vivre vos vacances ou vos voyages avec une couleur et une intensité qui sont inatteignable par une agence de voyage 🙂 .

Et vous, êtes-vous déjà allé à Los Angeles ? Si oui, partagez votre expérience dans les commentaires !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

los angeles,plage los angeles,Los Angeles plage,blog voyage los angeles,livre los angeles,mon voyage à los angeles,livre sur los angeles,en revenant des vacances tu as remarqué que ton quartier a changer
Related Posts
Showing 83 comments
  • Alex

    Salut Olivier !
    Chouette article ! D’autant plus que je prend le bus pour LA dans 1 heure environ. Depuis une semaine que je suis en Californie, ce qui m’a le plus marqué est l’esprit entrepreneurial des americains. Il faut dire que les lois americaines donnent plus de liberté !
    Jai rencontré des francais expatries de San Francisco, leur verdict est sans appel, il n’auraient jamais pu faire en France ce qu’ils ont fait aux US et ne reviendraient pour rien au monde en France (sauf en vacances ^^)
    Have fun aux US !

    • Le Blog OVNI

      Je te souhaite un excellent voyage à LA. Que les Français vivant aux USA ne veuillent plus revenir, ce n’est pas une surprise. Notre pays se dégrade à la vitesse grand V…
      Cette idée de m’expatrier me trotte dans la tête déjà depuis pas mal de temps. Reste à la mettre à exécution 😉
      Mais j’ai la foi et cela se fera un jour…

  • Aeroreve

    Bonjour Olivier

    Mon blog sur ma passion de l’aviation à un mois du 9 juin 2011 exactement et en regardant des dizaine de fois tes formations sur la creation d’un blog, je dis bien des dizaines de fois!!: j’ai aujourd’hui dans ma boite email des felicitations du monde entier sur la qualité de mon blog, mais quand ont creer ont ce rend pas compte de la qualité de son propre blog, ses messages me disent : « aeroreve sera bientot un blog incontournable d’internet » continuez comme ca!
    Je galere car je parle pas anglais donc je prend plaisir a traduire avec google translate tous mes courriers et ça me fais chaud au coeur
    Alors je me dit, le blog a un mois, j’ai oui travailler sous conseil d’alexis mes mots clef longue traine etc etc, que cela va t’il donner dans un an?
    Merci encore Olivier pour tous ses conseils

  • Rémy

    Merci Olivier pour ce partage d’informations sur cette ville de LA !
    Mon premier voyage aux states, en février dernier à NY, m’a littéralement retourné !
    On prévoit de repartir cette année ou l’année prochaine, on veux découvrir Miami !

    • el hail Oumhafid

      Merci de votre reportage sur cette ville , je vous invite de visté le maroc
      plein de nature et des cotume et fondation de vie au maroc merci

  • Serge | degoter.com

    Bonjour Olivier,

    Je te comprends Olivier, Je vais souvent à LA et à Vegas, c’est vraiment une autre culture et une autre façon « d’entreprendre ».

    D’ailleurs ma fille va repartir en sept nous rejoindre car nous y serons 5 jours.

    Merci pour tes impressions.

    Cordialement.

    PS. tu n’es pas facile à joindre par mail !

  • Olivier Leroux

    Excellent Olivier !

    Super belle photo et merci pour le livre que je ne connaissais pas !

    Merci et continue à nous inspirer comme ça !

    Olivier Leroux

  • Gino

    Salut Olivier,

    Merci pour la présentation de ce livre, je vais m’attaquer à ce monstre, 1834 pages, ce n’est pas rien.
    La présentation de ton voyage à L.A est aussi très intéressant, ça donne le goût de voyager.

    Bravo pour tous tes projets et tes voyages, on en profite aussi.

    Merci

  • Sylvie Laflamme

    Merci infiniment de m’avoir fait découvrir ce livre formidable.

    J’ai très hate de le lire mais j’ai lu qu’une traduction autorisée serait maintenant disponible, mais je n’ai toujours pas trouvé où… si tu la trouves, sois gentil et dis-le nous s.t.p. OK ?

    Encore merci

    Sylvie

  • mauricette

    Bonjour Olivier,

    Merci pour avoir aussi bien détaillé ton séjour, cela donne envie de partir là-bas.
    Je me suis mise à l’anglais car cela devient incontournable et là je me prépare à l’espagnol, merci du conseil pour l’anglais pour les nuls.
    J’ai décidé de relire « Changez de vie en 7 jours » de Paul MCKENNA
    et de le mettre en application.
    Je te remercie car tu nous apportent vraiment beaucoup.

  • Laurent Breillat

    Très intéressant de lire tes impression sur LA ! Tu m’as donné envie d’aller aux Etats-Unis, pays qui ne m’attirait pas tant que ça finalement, en bon français que je suis 😉
    Il est vrai que le meilleur de la culture anglo-saxonne s’arrête parfois aux frontières. Par exemple, au musée des sciences de Dublin (qui est pourtant à 1h30 de vol de Bruxelles), j’ai flâné dans la petite boutique et découvert à peu près tous les bouquins de… Seth Godin ! Chose impensable en France (et pas seulement par manque de traduction ce coup-ci).

    Deux questions :
    – Concernant le livre, cette traduction « pirate » est-elle réellement de qualité ? (je ne me sentirais pas capable de lire un tel pavé en anglais)

    – Tu parles d’une forte diversité ethnique et culturelle à LA, ce qui me semble absolument extraordinaire étant donné l’intolérance française face aux minorités, et la xénophobie (littéralement « peur de l’étranger ») sous-jacente.
    Malgré le fort communautarisme, est-ce que ces groupes ethniques sont bien intégrés dans l’économie et la vie sociale américaine, ou y a-t-il de très fortes disparités de classes sociales et d’une manière générale de qualité de vie ?

    • Olivier Roland

      Hello,

      – La traduction du livre est de bonne qualité, cependant il y a des coquilles, qui commencent à devenir nombreuses à partir de la page 400. On ne peut en vouloir à la traductrice, qui a sacrifié un an de sa vie pour accomplir ce travail, et dont la relecture a due être difficile étant donné l’énorme taille de l’ouvrage. Je fais abstraction sans problème de ces coquilles étant donné la valeur de l’ouvrage et la chance que j’estime d’avoir que Monique di Pieirro ait réalisé la traduction 😉

      – Je n’ai pas eu le temps de faire une analyse sociologique de LA. J’ai cependant remarqué que les boulots « entrée de gamme » que j’ai pu voir sont souvent pris par des personnes d’origine mexicaine ou d’amérique du sud, dont l’espagnol est la langue natale.

      Et il y a clairement beaucoup de défavorisés à LA. Entre un SDF du Downtown et une star à Beverly Hills ou à Bel Air, il y a un fossé gigantesque de style de vie ! (c’est pareil à Paris entre un acteur et un SDF)

  • Benoît

    Salut Olivier,

    Merci pour cet article et plus particulièrement pour parler de ce livre.
    Il est clair que comprendre l’anglais est un must pour vraiment comprendre la culture américaine.

    Je regrette aussi qu’un certains nombres de livres ne soient pas traduits en français. J’aime lire en anglais mais pas facile de parler autour de soi ou de faire connaître des livres non traduits.

    Cool que tu fasses de la « pub » pour le couchsurfing, ce système mérite d’être plus connu.

    Sinon, si tu passes un jour par la Pologne, fais mois signe 😉

    Bon voyage!
    Benoît

    • Olivier Roland

      Je suis d’accord, le couchsurfing est génial, je l’ai découvert dans la semaine de 4 heures et je ne peux plus m’en passer 😉

  • Charles

    Hello!
    après une petite recherche sur Electre (base de données des libraires), une traduction officielle va être publiée en français, le 22 septembre prochain, aux éditions des belles lettres.

    Son titre français sera « la Grève » (bizarre comme coincidence non?)

    je prends les commandes 🙂 !!

    • Olivier Roland

      Merci beaucoup pour cette info Charles, je ne le savais pas !

      Toutefois il semble que plusieurs projets de traduction officiels aient été annoncés par le passé, et qu’aucun n’était abouti. Espérons que celui-ci verra vraiment le jour !

      Par contre, je suis déçu par ce titre, « La Grève ». Il se comprend pour ceux qui ont lu le livre, mais n’a rien du mystère et de la puissance d’évocation du titre original « Atlas haussa les épaules ». « La révolte d’Atlas » perd en puissance d’évocation, mais reste tout de même suffisamment mystérieux et évocateur.
      « La Grève », c’est nul. En France, cela fait penser à tout autre chose que le sujet du livre, et pire cela n’attire pas l’attention car cela fait penser à un ennuyeux bouquin sur un sujet encore plus ennuyeux. Je ne sais pas si on aurait pu trouver pire comme titre.

      J’espère que le reste de la traduction n’est pas à l’image du titre ! Qui vivra verra.

  • Regine

    Merci Olivier de nous avoir fait voyager avec toi.J adore découvrir de nouvelles cultures comme toi, il faut dinc se donner les moyens !!!!
    A bientôt pour de nouvelles aventures.

  • Dibi

    j’admire tout simplement ton courage et ton sens du partage. bon courage!

  • martin

    merci infiniment Olivier,c’est croustillant le tableau que tu nous paint de LA.je l’ai dévoré avec beaucoup d’appétit
    ça m’a beaucoup formé dans la mise en perspective de l’information et le déroulement des différentes étapes
    merci encore beaucoup

  • Delfine Ouellet

    Allo Olivier!
    Je suis super contente de tes découvertes de l’Amérique. Tu peux comprendre qu’on se sent dans des petits souliers en Europe. Tout à son charme. Comme l’Amérique est faites d’immigrants a part les amérindiens, il y a plus d’ouverture sur le monde car le monde y vit.
    Merci pour se livre je vais m’y mettre si je le trouve en anglais car ça forge le cerveau.Merci pour tes trucs , cela m’aide même si je ne suis pas ta formation. C’est tr`s généreux de ta part, ça te reviendra un jour.
    Delfine

  • Guy

    Merci Olivier pour ce récit de voyage qui m’a fait connaître une « technique » que je ne connaissais pas : le couchsurfing !

    Je crois que je vais en devenir adepte plus pour recevoir des voyageurs que pour voyager moi même.

    et merci d’avoir fait connaître ce pavé !

    • Olivier Roland

      Tu verras Guy, avec le couchsurfing le monde est juste un village global 😉

  • Bernard

    Bonjour,

    Un livre américain important qui n’a pas été traduit en Français ? Mais il y en a des milliers comme ça, mon bon Monsieur !

    Allez, on va râler un bon coup !

    J’ai 62 ans, et cela fait environ 35 ans que je déplore que la plupart des sujets qui font avancer le schmilblique, dans n’importe quel domaine que ce soit, mettent des années, et parfois des décennies, pour atteindre, non pas seulement nos librairies mais malheureusement surtout, la conscience collective des Français.

    Car soyons clairs : ce ne sont pas seulement les entrepreneurs qui éprouvent des difficultés insurmontable à réaliser en France ce qui semble si facile aux Etats-Unis (ou ailleurs). Le fond du problème c’est que la vision de tout ce peuple (les Français) reste complaisamment enlisée dans son « prestigieux » passé culturel, incapable de comprendre ce qui est en train de se passer dans le présent… et a fortiori d’inventer l’avenir.

    En France, le présent et l’avenir sont obligés de taper à la porte des heures et des heures avant qu’on vienne leur ouvrir. Inutile de dire qu’une fois sur deux le visiteur en a eu marre et s’est tiré !

    Je ne sais pas de quelle sorte de réveil les Français auraient besoin, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils en ont besoin !

    Dur ! Dur !

    • Aeroreve

      Bonjour

      Alors là je suis tout à fait d’accord!!!
      Je vais être plus crû, les Français sont pratiquement tous cuits….

      Quand ont voyage comme j’ai eu l’occasion de le faire pour mon domaine ( l’aviation) ont s’en aperçois trs vite.

      Pourquoi il y a qu’en France qu’ont laisse pourrir les avions de collections dans les aerodromes? Alors qu’aux états unies ou en angleterre des passionnées vivent de la rénovation aeronautique

      Oui il y a un choc quand ont rentre ensuite dans notre pays.

      Je ne plains pas les Français, quand ont veut avançer, ont avance!

      Merci

      cordialement

  • Marjorie / Histoire à Vivre

    Un grand merci, Olivier, toujours aussi passionnants, tes articles. Leur longueur s’envole dans l’intérêt de tes écrits et les photos. Te relire me rebooste quant à ma future indépendance financière, car j’ai vite fait de m’empâter dans la réalité du quotidien, ou dans la procrastination. Merci de nous motiver avec ton exemple, je veux parvenir comme toi, voyager, gagner ma vie grâce à internet. Je me sens vieille, lOl, car je suis allée à LA (pour ma part je ne me sens pas du tout française, j’ai toujours été fascinée par la culture américaine), mais c’était durant 2 jours MDRRR, et il y a presque 20 ans !!! J’étais toute jeune et passais un mois en famille en Californie, ce fut inoubliable ! Pour ceux que ça intéresse, voici mon récit sur le blog d’Alexandre: http://decouvrir-la-californie.com/marjorie-nous-raconte-son-aventure-a-san-francisco/
    A bientôt Olivier

  • Palmyre

    Bravo pour ton long reportage sur LA.
    Quant au fait de lire dans d’autres langues, c’est bien ce que je leur dis toujours à mes élèves. Ils ne soupçonnent pas que lorsqu’ils sont capables de lire dans une autre langue, ils sont en train de pénétrer dans un autre univers, dans une autre culture, une autre forme de penser. Derrière les mots que nous utilisons pour nous exprimer, il y a tout un autre monde.

    Continue à nous faire découvrir le globe à travers tes yeux. Tes découvertes sont toujours fascinantes, et ta manière de les raconter aussi.

  • MaxR de Maxadi

    Voici un EXCELLENT article de découverte, qui surpasse en qualité ce que l’on peut parfois lire dans des guides que l’on achète !

    Pour avoir vécu aux USA (à l’autre bout de la route 66), j’ai carrément pu replonger dans ce pays extraordinaire ! Merci. 🙂

  • Marie

    Bonjour Olivier

    C’est toujours un plaisir de te lire.. Etant canadienne et vivant en Europe.. Je suis toujours surprise du regard que porte les Francais sur les Amériques… C’est une vision comme tu le dis.. Un regard vu par les films américains..

    Originaire de Montréal, j’ai bien hâte de lire tes impressions… Après LA tu vas trouvé que Montréal est un grand village..

    Bon fin de voyage et pour ma part je poursuis ta formation qui est toujours aussi enrichissante…

  • Daneuilie

    Bonjour Olivier!Merci d’avoir partager avec nous ton voyage.Je trouve vraiment génial ton article,ça me permet de voyager aussi.Aujourd’hui je n’ai pas les moyens de visiter Los Angeles mais je suis très optimiste dans ma vie,pourquoi?je suis née d’une famille nombreuse de 8 enfants en pleine brousse de Madagascar,et on vivait dans une extrême pauvreté.Je suis la seule à l’étranger de toute la famille,je me qualifie d’une personne très chanceux(se).Le fait de côtoyer un homme d’affaire talentueux comme toi c’est déjà superbe pour moi.Je t’ai connu parce que Christian Godefroy a eu la gentillesse de m’envoyer tes coordonnées,je le remercie de tout coeur et tous mes respects pour lui.J’ai pris note certaines informations que tu as écrit, si un jour je m’y rendrai la bas cela m’aiderai beaucoup.Encore un grand merci Olivier et continues à nous épater,ça me donne de l’energie pour avancer!!!!

  • Emmanuel

    Un grand merci pour ces quelques minutes de soleil !

    Ne reviens pas à Paris pour le moment ou alors ramènes nous le soleil qui va avec 😉

  • René SOUSSI-TCHAPI

    Olivier Bonjour,
    Ok, c’est bien tu fais maintenant ce que tu veux et je te félicite.
    Maintenant dis- moi comment devrais-je faire pour acquérir le livre la Revolte d’Atlas d’ayn Rand en version française?
    Je te souhaite un bon séjour à LA

  • Albin

    Bonjour Olivier,

    merci de nous faire partager tes expériences de voyage et de connaissances

    Ça donne vraiment envie d’envisager ce mode de vie.
    Dans tous les cas, moi je dis bravo et P R O F I T E !

    Ton mode de vie devrait servir d’exemple.
    Have fun.

  • Angelique

    Merci Olivier pour ton article! Un grand plaisir de decouvrir les US j’ai tres peur d’y aller car tous on le droit d’avoir un arme je passe de plus en plus de temp sur ton blog, merci por ton travaill

  • Mylène

    Bonjour Olivier,

    Un grand merci à toi de partager ton voyage à LA !
    Merveilleux récit !
    Merci aussi pour la découverte de ce livre  » inconnu  » en France !
    Merci pour les conseils, les adresses !
    C’est du bonheur de te lire et de regarder tes photos !

    A bientôt !
    Amicalement.

    Mylène

  • Adrien - Être Acteur.fr

    Salut Olivier,

    merci pour cet article sur LA qui m’a donné envie d’y retourner et d’explorer la ville autrement. La première fois que j’y suis allé j’avais détesté, la deuxième fois j’avais bien aimé, et la troisième sera sans doute la plus intéressante. Par contre, c’est clair que se déplacer à LA est une véritable galère. Je pense que les taxi peuvent être une bonne solution, pour se déplacer en s’épargnant une dose de stress.
    Un de mes objectifs est de rejoindre la masse d’acteurs qu’il y a là bas, et de m’en démarquer ! Grande ambition ! En tout cas, les meilleurs y sont, et le meilleur moyen d’apprendre est de les cotoyer !

    Bon retour en France !

  • Lionel

    Bonjour Olivier,

    Merci beaucoup pour ce dépaysement. J’envisage aussi d’aller à LA et ton article est un bon carnet de route.
    Je l’envisage dans un cadre professionnel, car les médecines douces aux USA et en particulier en Californie sont particulièrement bien représentées, en tout cas, mieux qu’en France où les praticiens comme moi doivent exercer sous les fourches caudines des différents ordres. C’est un peu une censure comme tu l’évoques avec les entrepreneurs !

    @ bientôt

  • Régis M

    Salut,
    Au dela du fait que cet article est très instructif, je trouve qu’il est vraiment très motivant pour ceux qui se lancent dans la tenue d’un blog !
    Bravo et merci !

  • siwiorek

    un autre livre sur ayn rand en francais qui est d’ailleurs son premier roman:
    « nous les vivants »;editions rive droite.

    • Olivier Roland

      Merci pour l’info, par contre je n’ai pas trouvé « nous les vivants » sur Amazon.

  • Davy - TonWebMarketing.fr

    Je ne connais pas du tout les states, et pourtant, je suis un grand voyageur aussi. Merci pour cet excellent article et très complet, Cela donne envie de découvrir de nouvelles choses, de visiter, de connaître d’autres cultures et paysages 🙂
    +1 Pour connaître le LA typique plutôt que touristique, et soit dit en pasant, je trouve que le guide du routard n’est pas si mauvais dans ce domaine. Il m’a souvent fait découvrir des trucs de ma propre ville, qu eje ne connaissais pas. Mais comme tu dis, rien de mieux que des natifs pour te faire découvrir le LA caché!

  • KABORE S.

    Bonjour Merci pour le partage c’est vraiment chic.

  • http://www.prosperity-and-peace.com/

    Bonjour Olivier,

    Merci pour ton article, c’est une vie de rêve et j’admire ta persévérance et la constance dans ton travail

    Bon séjour

    Rachida

  • Emanuelle

    Bonjour Olivier,
    Je suis française mais j’ai vécu 15 ans de ma vie à Los Angeles (Santa Monica, Venice, Marina Del Rey area) , alors merci pour ces photos qui me rapellent beaucoup de choses ! Je suis impressionnée par tout ce que tu as vu et ressenti en si peu de temps, ton article capte très bien l’extrême diversité, le cosmopolisme, l’importance de l’industrie du cinéma, les distances, etc… Je confirme que la Californie d’avant la crise était encore un pays d’oportunité professionnelle, même s’il faut savoir qu’il y faut travailler très dur et qu’il n’y a aucun filet de sécurité. Mais je resterai toujours reconnaissante d’une certaine façon de voir les choses là-bas, quand on vous dit que c’est possible plutôt que de vous expliquer pourquoi ça ne l’ai pas !
    Quant aux livres : « ya pas photos » : lire en anglais ouvre des portes de savoir incroyables, on a accès à des théories, des découvertes dont on n’entend pas forcément parler en France. Dans mon domaine, la santé, les médecines douces et le soin de la peau (acné), c’est en anglais que je me renouvelle, et j’essaye de diffuser !
    Bonne suite de séjour à L.A., n’oublie pas de manger mexicain et de faire une randonnée dans les montagnes de Malibu !….

  • GAUVIN

    Merci Olivier de nous faire partager tout cela, tu me donne envie de me lancer rapidement dans mon blog j’attends ta prochaine formation avec impatience et continue de te suivre. bonne continuation et plein de bonnes choses!

  • Jipi

    Merci… En espérant que ça résume toute ma pensée.

    J’aurai aimé savoir faire un blog, pour m’exprimer, mais je ne dispose pas de finances pour cela et personne n’a voulu m’aider… Au prétexte qu’à 70 ans,  » ça ne servirait à rien  » ! Je pardonne, mais je ne baisserai jamais les bras et sans  » qu’ils  » ne s’en doutent, JE LEUR MONTRERAI UN JOUR et j’aiderai gratuitement ceux qui auront besoin de l’être.
    A bientôt j’espère.
    Bien cordialement.

  • xavier

    Bonjour olivier
    J’ai lu ton article d’une traite puis je l’ai relu aussitôt pour suivre chacun de tes liens qui m’ont à chaque fois ouvert une belle perspective….Il est certain que je vais changer ma propre manière de voyager tant elle me parait maintenant fade et…… préhistorique!
    Le but de nous faire voyager avec toi et nous faire découvrir de nouveaux lieux est donc largement atteint;)

    Une phrase toute simple à encore une fois confirmé ma perception du monde. Une perception très largement inspirée par ton passionnant et généreux parcours. Voilà cette phrase:
    « (évidemment, la chance en tant que hasard n’a pas grand chose à voir avec ce succès. La chance en tant que compétence, oui par contre 😉 ). »
    Oui la chance en tant que compétence……Il faut qu’on en reparle…
    A bientôt

    Xavier

  • Poussi

    Simplement édifiant !

  • fabrice

    C’est en effet étonnant l’histoire de ce livre! Du coup, comment le lire? Impossible donc?

    Perso, je ne pense pas être un jour admiratif des américains. Car s’il y a de bons côtés, il y en a aussi des négatifs…

    Le couchsurfing c’est top c’est claire. Je l’utilise aussi.
    Par contre, louer un appart, cela ne m’attire pas trop: cher et surtout bien moins riche en rencontres que les guest-house. D’une façon générale d’ailleurs, plus tu voyages confortable, plus le voyage sera moins intense bien souvent. C’est encore plus vrai dans les pays du sud.

    Tu peut aussi cuisiner dans les guest-house, dans les hôtels classiques, non par contre c’est vrai.

    • Olivier Roland

      Je préfère louer un appart plutôt que d’aller dans une maison d’hôte pour mieux contrôler mon environnement : il s’agit ici pour moi de vivre à l’étranger, et non de vacances, donc je dois travailler sur mon entreprise, et j’ai besoin pour cela d’un environnement calme.

      Rien de tel pour cela que de louer un appart. Dans une maison d’hôte ou dans un hôtel, la tranquillité n’est pas garantie à 100% quand tu le veux.

      Sinon tu dis que tu n’admires pas la culture américaine, donc je suis curieux : quelle est la culture que tu admires le plus, et pourquoi ?

  • Aymaed

    Quelle beauté! Merci de m’avoir fait voyager Roland et de ta présence

  • Angèle

    Vous avez une sacrée chance de voyager et de vouloir partager ses beaux moments avec nous.
    Merci infiniment. Nous vous attendons également sur notre beau et vieux continent : vous en serez aussi trés ravi.
    A+

  • Cecile

    Salut Olivier !
    Merci pour ce compte-rendu, je vois que tu profites bien !
    Je partage ton avis sur la lecture des livres en anglais : ce serait bien dommage de passer a cote de toute la litterature d’entrepreneurs des US.

    Je suis deja allee a LA, mais depuis chez moi en Arizona c’est moins loin 😉

    Bonne continuation !

  • Jean-Philippe

    Bel article Olivier qui nous fait bien découvrir une partie de ce qu’est LA.

    Je rejoins tout à fait le commentaire d’Emmanuelle (un peu au-dessus) car ayant vécu pendant 10 ans là-bas, je peux te dire que tu vois les choses de manière bien différente que pendant 3 semaines de découvertes où tout est nouveau et beau. 😉

    Mais j’ai beaucoup appris en y vivant et en y lisant (très bon point que tu soulèves) et je ne serais pas là où j’en suis aujourd’hui sans mon expérience californienne.

    • Olivier Roland

      Merci pour ton point de vue Jean-Philippe. Etant donné que tu as passé 10 ans là-bas, j’aimerai savoir : quel est d’après toi les principaux atouts de « l’état d’esprit » en Californie par rapport à la France ?

    • Jean-Philippe

      Olivier, ma réponse sera très simple ! Tu en parles un peu et Emmanuelle aussi dans son commentaire.

      Après quelques années là-bas, tu baignes dans une sorte d’optimisme où tu comprends que tout est possible dans la vie, où les gens te soutiennent, t’encouragent à te lancer. Tu es comme entrainé dans cette grande vague entrepreneuriale où tu veux tenter quelque chose. Le rêve américain existe réellement ! Mais attention, il reste un rêve pour beaucoup car les Américains travaillent très dur – n’est pas Tim Ferris qui veut – et peu réussissent.

      Par contre, j’ai trouvé que les relations personnelles restent très superficielles.

  • Marie-Violette

    Bonjour Olivier,
    Merci pour ton reportage sur LA, cela donne une autre vue de l’Amérique et des américains. On a envie de prendre l’avion pour visiter ce pays et cette ville.

  • fadela.lafhal

    bonjour Olivier,
    Merci de nous faire partager tes expériences et connaissances
    ça donne vraiment envie d’envisager ce mode de vie,
    je serais enchantée de faire pareil.
    merci infiniment et bonne continuation.
    Bien cordialement.

  • TOUDOU ANAROUA

    Bonjour Olivier!

    Merci pour le livre et les superbes images des USA.
    Quoique je suis Nigérien et je n’ai jamais voyagé hors Afrique, ces récits me font rêver mais je ne sais pas si j’aurais l’occasion de vivre ce rêve vraiment.
    Espères toujours des compte rendus de ceux qui ont la chance de voyager.
    salutations

  • Richard

    Salut Olivier,

    Très bon rendu de LA. J’ai projet de visiter la cote ouest américaine et ton article me donne de très bons points de repaire.

    Vis ta vie au max… car elle passe vite !

  • Junior

    Salut Olivier!
    Sincèrement j´ai une joie énorme en contemplant toutes ces belles choses. En effet, je dois vous remercier pour ce travail énorme et une fois de plus merci pour ce compte rendu de vos voyayes. Même quand je n´ai pas la possibilité d´aller visiter ce endroit vous m´avez appris beaucoup. Que Jéhovah continue à deverser sa bénédiction sur vous.

    Et je vous souhaite bonne continuation!

  • john

    génial ton voyage cela fait rever et pourtant toi tu réalises tes reves
    c’est bien et continu.salut

  • Didier

    Bonjour,

    J’ai trouvé la traduction de la révolte d’atlas…
    Google est votre ami…

    Je vous invite à le lire car c’est vraiment un excellent livre !

    Merci Olivier pour cet article qui m’a fait repenser à ce livre que je vais sans doute relire 😉

  • Sorin

    Bonjour,

    Lors de mon premier voyage en Californie il y a un peu plus de dix ans, j’ai passé 30 jours chez un ami qui s’appelle Valentin et qui vivait à Palm Springs (situé à deux heures de L.A. en voiture).

    A cette période mon ami avait envie de déménager à Los Angeles et pour prospecter les lieux, trouver un travail et un nouveau logement, il m’a proposé de l’accompagner un samedi matin pour faire ses recherches dans la grande métropole.

    Nous avons pris l’autoroute vers huit heures du matin et à dix heures mon ami avait commencé à prospecter.

    Le premier job qu’il a trouvé en moins d’une demie heure, c’était pour le restaurant L’Orangerie – 903 North La Cienega Blvd. géré par un français.

    Je ne me rappelle pas du nom et de l’adresse du deuxième restaurant que mon ami avait trouvé. L’établissement était géré (comme par hasard) par un autre français. Le patron, très sympathique, avait accepté que j’assiste à l’entretien d’embauche de mon ami.

    A la fin de l’entretien non seulement il a embauché Valentin, de plus il m’a fait une proposition de travail, car pour son restaurant il avait besoin d’une personne qui parlait aussi le français.

    Bref, en vue d’un dépannage rapide, à midi Valentin avait déjà conclu pour deux jobs dans la restauration (aujourd’hui il travaille en tant qu’ingénieur) et il avait trouvé un appartement qu’il a aussitôt loué.

    Le samedi suivant je partais pour la France et mon ami avec sa copine, aménageaient à Los Angeles.

    Peut-on dire que Valentin a eu de la chance ?

    Amicalement,

    Sorin

    • Serge | degoter.com

      Bonjour,

      Non il n’a pas eu de la chance.

      Il a provoqué cette situation en faisant les démarches nécessaires et en bougeant dans ce sens.

      Il n’est pas resté chez lui assis dans sa cuisine en se lamentant et disant  » je voudrais bien travailler mais…! « , il c’est dit  » je vais travailler et je vais faire tout ce qu’il faut pour cela. »

      C’est identique pour certains qui désirent gagner de l’argent avec leur blog, mais ne font pas le nécessaire pour suivre les indications et formations pour réussir. A qui faut-il s’en prendre ? A pas de chance ou…

      Cordialement

  • Pascal

    Bravo Olivier,
    j’ai la chance de connaitre (une partie) des USA (San-Francisco, Manhattan, Kansas, Oklahoma) et de travailler tous les jours en anglais, donc de le lire, parler ou écrire facilement, maintenant.
    juste pour un petit témoignage pour d’autres lecteurs :
    – tu sais avoir du recul sur tes expériences et faire la part des choses, bravo !
    – l’anglais, c’est comme le vélo, ça force au début, puis plus tard on change de braquet ; j’ai commencé contraint et forcé, maintenant c’est un plaisir, je ne me pose même plus la question de la langue que j’utilise. Pratiquez, pratiquez, pratiquez

    Pascal

  • Jérôme

    Merci pour le retour d’expérience et pour le livre que tu conseilles !
    Je ne connaissais pas du tout ce bouquin. Je l’ai donc téléchargé, mais 1300 pages tout de même 😮
    Ton voyage donne envie de retourner en Amérique du Nord…

  • Fitzgerald

    Tu vends du rêve ….Tu donnes .
    Mais en lisant , je me suis demandé si tu es blogueur ou agence de voyage . Très sympa comme article …Mais je crois que ici en France , nous t’avons un peu perdu . Mais tu es le soleil qui manque à notre décor : Bref article très agréable .

  • robert

    Merci pour toutes ces infos Olivier. Ca me donne envie d’aller la bas.

    Bisous

    Robert

  • Romain_StarEnMathsTV

    Merci pour cette référence qu’est Ayn Rand, très intriguante.

    Je viens de commander La Source Vive !

    Romain

  • Michael

    Très sympa, cet article.

    Alors souhaitons encore quelques beaux voyages à Ulysse… 😉

    Merci Olivier !

    Amicalement.

  • jocelyne

    bonjour,
    Merci pour ce partage, j’espère que tu viendras un jour sur l’île de la réunion là où je vis.
    Jocelyne

  • fabrice

    @Olivier
    Pour répondre à ta question, je n’admire aucune culture en particulier. Car des cultures que je connais à travers mes voyages, chacun à ses bons et mauvais côtés, donc…

    Celle dont je me sens la plus proche, c’est la culture française. J’aime bien aussi certains côtés de la culture boudhiste.

    J’ai remarqué que beaucoup d’entrepreneurs sont fan de la culture américaine. Ce qui est logique si l’ont tient compte de la liberté d’entreprise là-bas. Mais c’est oublié la face sombre

  • mfgeek

    Je connais bien la culture américaine (celle qu’on ne connaît pas en France), et Ayn Rand est une de mes auteurs préférées.
    En 1949, elle a tiré un scénario de son roman « The Fountainhead » pour un film avec Gary Cooper (titre en français : « Le Rebelle », dispo en dvd, je le recommande).
    « Atlas Shrugged » est en train d’être adapté au cinéma (1e partie sortie en avril dernier aux USA, la 2e l’année prochaine). Je ne sais pas ce qu’il vaut.

  • Benoit

    Bonjour Olivier,

    Les récits de tes voyages sont toujours aussi agréables à découvrir.

    Avec en plus, un partage immense de bons plans pour ceux qui aimeraient se rendre à LA où bien ailleurs.

    Merci.

    Benoît

  • Stéphane Munnier

    Bonjour Olivier

    Malheureusement ça me fait du mal de voir tous ces récits de voyage.
    Encore loin de la semaine des 4 heures.

    Amicalement
    Stéphane Munnier

  • stan

    Ça sens le baratin tant dans les commentaires que dans l’article.

    Dommage d’insinuer sans cesse ce bouquin que tu veux nous vendre car tes articles sont intéressant.

  • JUdith

    Venez passez quelques jours à Madagascar… c’est un autre pays à découvrir…

  • Kevin

    Los Angeles est un endroit idéal pour des vacances. Il a beaucoup à offrir à ses visiteurs.

  • Olivier Dorget

    Bonjour Olivier,

    C’est un bel article qui m’inspire en de nombreux aspects. Peut être que le voyage est ce qui nous caractérise un peu tous en tant qu’entrepreneurs… Les états unis manquent à ma panoplies mais je compte y remédier car il y a, j’en suis persuadé, beaucoup de chose à apprendre pour les gens qui ont une mentalité d’aventurier… Affaire à suivre 😉

    Olivier

pingbacks / trackbacks
  • […] d’Ayn Rand. C’est un livre dont je vous ai déjà parlé brièvement sur mon blog Blogueur Pro dans mon article sur Los Angeles, et je vous avais parlé de ce livre en vous disant que c’était un livre secret, inconnu en […]

  • […] Vivre 3 semaines à Los Angeles et plonger dans la vie américaine […]

Leave a Comment

58 Shares
Share22
Tweet36