Comment David et Sacha ont gagné 1000 euros avec leur PREMIER webinar

par Olivier Roland

Une fois que vous avez vu la vidéo cliquez ici pour rejoindre gratuitement des milliers d’entrepreneurs passionés de développement personnel en vous abonnant à la chaîne Youtube !

Ressources :
Le blog de David et Sacha : Life is a serious game.

Transcription texte :


Olivier Roland : Bonjour, ici Olivier Roland. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo qui est une interview en direct avec David et Sacha. Salut les gars !

Sacha : Salut !

David : Bonjour Olivier.

Olivier Roland : Donc, vous êtes les webmasters d’un site qui s’appelle « Life is a serious game ».

David : Tout à fait.

Olivier Roland : Et donc, c’est toi David qui m’a envoyé un email il y a quelques jours pour me dire : Hey ! Olivier, je tenais à te dire que j’ai testé ta méthode Webinar Pro, juste la version gratuite que je donnais dans ma vidéo de lancement.

David : Oui, c’est ça.

Olivier Roland : Et donc, vous l’avez testé en fait sur votre liste, et apparemment les résultats ont été vraiment pas mal. Alors, avant qu’on rentre un petit peu dans le détail de ce qui s’est passé, est-ce que vous pouvez me donner les chiffres ? Combien il y avait de personnes dans cette liste et quels ont été les résultats ?

David : Alors, le moment où on l’a fait, c’était le 15 décembre. On avait quelque chose comme 750 personnes sur notre mailing list qu’on a commencé à constituer en avril 2014. Et donc, on a eu 60 répondants qui souhaitaient assister à ce webinar et finalement, 28 ont participé. Et sur ces 28 personnes, sur le produit qu’on a proposé à l’issue du webinar, 17 personnes ont acheté.

Olivier Roland : Waouh ! Et ça fait un chiffre d’affaires de combien à peu près ?

David : Alors, ce n’est pas énorme parce que le produit, on l’a vendu à 57 euros. C’était une offre promotionnelle limitée dans le temps. Donc, ça nous a fait un chiffre d’affaires d’à peu près 1 000 euros.

Olivier Roland : Et bien quand même pour votre premier webinar, c’est pas mal !

David : Oui. On était un petit plutôt bluffé. Et petite précision mais peut-être que je ne te l’avais pas dit, mais le produit n’existait pas encore en fait.

Olivier Roland : Ouh ! Donc, vous avez appliqué complètement de A à Z la méthode webinar Pro.

David : Écoute, les vidéos sont tellement bien que je me suis dit que ça serait idiot de ne pas appliquer ce que nous raconte Olivier. Et donc, j’ai suivi les 4 vidéos et c’était vraiment pile poil au moment où on voulait commencer un peu à activer un peu notre mailing list. C’est venu vraiment au bon moment cette vidéo sur Webinar Pro parce qu’on était vraiment en demande de ça. Et ça nous a permis d’activer tout ce que tu nous disais au travers de ces vidéos. Donc, et ça a marché.

Olivier Roland : Waouh ! Donc en plus dans un webinar, ce qu’on fait souvent, c’est qu’on calcule la valeur par personne présent, par prospect. Et là quand même, un chiffre d’affaires de 1 000 euros sur 30 présents, c’est quand même énorme. Vous avez fait un record là en fait parce que ça fait combien là 1 000 euros divisés par 30 ?

ça fait 33 euros par personne.

Sacha : Alors oui, c’est ça.

Olivier Roland : 33 euros par prospect, c’est vraiment énorme par rapport à ce qu’on vend en général dans les webinar. Donc, félicitations.

David : Merci.

Sacha : Merci à toi.

Olivier Roland : Donc, alors on va reprendre un petit peu du début. « Life is a serious game », c’est quoi exactement ?

Sacha : Alors, on raconte un peu l’histoire. L’histoire en fait, on travaille ensemble avec David sur un sujet autour du conseil, autour d’une nouvelle façon de travailler dans les entreprises. Globalement, on travaillait sur la transformation d’entreprises qui avaient envie de changer ses façons de travailler, de conduire des réunions, ses façons de gérer ses projets, et même de voir le management. Et donc, on était sur ce genre de sujet-là et on utilisait beaucoup le jeu en entreprise, ce qui est assez rare, pour essayer d’amener du plaisir, du fun, des nouvelles façons de travailler. On a bossé dessus pendant à peu près un an et ce sujet-là, globalement, est un truc qui nous passionne parce que c’est vraiment hyper intéressant. Il y a énormément de choses à découvrir et on peut creuser énormément de thématiques là-dessus autour de la créativité, autour du travail en équipe, autour de l’agilité, enfin plein de choses. On a eu à un moment envie de partager ça et créer un blog pour vraiment essayer de formaliser un peu ce qu’on vivait et de le partager avec les gens. Sachant que, c’est toi qui le dis : Bloguer, c’est une façon d’apprendre quoi. Nous, c’est aussi une façon de formaliser un petit peu ce qu’on a appris, de transmettre. Et on n’apprend jamais mieux qu’en enseignant quoi.

Donc, on a commencé comme ça. On a lancé quelques billets aussi, quelque part dans l’idée de se dire : on teste un peu ce qu’on est en train de faire, ce qui est assez atypique. Jouer en travaillant, ce n’est quand même pas une thématique très… enfin, c’est particulier. Et on voulait savoir si ce truc-là avait un retour. Est-ce que les gens, ça les intéresse ? Nous, ça nous intéressait mais est-ce qu’on est les seuls ? Ou est-ce que d’autres personnes sont intéressées par ce genre de thématique ? Et voilà, ce qui est intéressant dans le blogging c’est qu’on a un retour quoi. On a un feed-back hyper rapidement de est-ce que c’est bien ou est-ce que ce n’est pas bien. Donc, on a vu qu’il y avait du trafic, on a vu qu’il y avait des gens qui revenaient vers nous, qui nous ont contactés. Ça a été un super moyen dans un premier temps de créer un réseau parce qu’on partait à peu près zéro sur cette thématique-là. Et on a identifié énormément de gens cherchant de références sur ce genre de thématique-là, et on les a contactés à travers le blog, eux-mêmes. On est devenu un peu un point focal sur ce sujet-là, c’est-à-dire que tous les gens qui s’intéressaient à ce sujet-là qui est la facilitation, l’agilité viennent sur le blog. Et on arrive à les rencontrer, on fait une espèce de maillage qui est hyper intéressant.

Donc, on a rencontré plein de gens super intéressants jusqu’à arrivé à un moment où on s’est dit on a été valorisé ça, qu’on a dit voilà : tirer du business avec ce truc-là. Une fois qu’on avait validé le concept que ça intéressait les gens et donc là, on entre dans la phase 2. Et c’est un peu ce qu’on est en train de faire là maintenant. On essaie de transformer ça en se disant que ce qu’on a apporté, ça intéresse les gens et donc, on a envie de diffuser ça le plus largement possible. Et le blog, c’est un des moyens justement de diffuser ça largement. C’est-à-dire de proposer des vidéos de formations un peu différentes puisqu’on vient du monde de l’entreprise, et faire des formations en ligne. Et bien, ce n’est pas si courant que ça dans l’univers dans lequel on gravite. Et donc, c’est un vrai point de différencement, je trouve, qui est hyper intéressant.

Olivier Roland : Oui, dans le milieu corporate classique, c’est clair que c’est extrêmement rare et qu’il y a une carte à jouer.

Sacha : Oui.

David : Tout à fait.

Olivier Roland : Waouh ! Donc, super. Donc, vous me disiez tout à l’heure : votre trafic aujourd’hui, c’est quoi ?

David : Le trafic aujourd’hui, ce n’est pas énorme. Je pense qu’on a un palier là. On est à 150, entre 150 et 200 visites par jour. On a une mailing list à ce jour qui est de 900 personnes. Et je pense qu’on maintient un rythme de 120, entre 120 et 130 personnes s’inscrivent par moi sur notre mailing list. Donc, c’est pas mal par rapport à la fréquentation qu’on a, je trouve. Mais je pense qu’on arrive à un palier là.

Sacha : Après, il faut se poser les questions. Mais là, on est en train de se les poser. Mais en même temps, on est sur un sujet quand même qui est vachement pointu. C’est vraiment, c’est du conseil, c’est un nouveau mode de management. Donc pour un sujet aussi étriqué que ça, on a quand même des gens qui, je pense, sont assez qualifiés. Et ce qui est intéressant, c’est aussi pour nous une super vitrine clairement dans le monde du conseil. Ce qui est important, c’est la légitimité. Et avoir un site comme ça, pour nous, c’est une super légitimité aussi en fait. En tout cas dans le milieu dans lequel on gravite, ce blog là est hyper connu, donc quand même, on se pose comme une référence sur ce genre de sujet-là. Et ça, c’est aussi hyper important quoi.

Olivier Roland : D’accord. Donc, voilà, vous commencez, le trafic commence à décoller. Ça, c’est super. Par contre, ce n’est pas non plus le site le plus visité du monde.

David : Non.

Olivier Roland : Et pareil, une liste de 900 personnes, c’est pas mal mais ce n’est pas non plus 100 000 personnes. Et donc, vous n’avez jamais essayé de monétiser cette liste avant ?

David : Alors comme je te disais tout à l’heure là, on a commencé à mettre en place un produit téléchargeable gratuit en fait qui est une espèce de package de ce qu’on a déjà abordé dans plusieurs de nos articles, il y a du PDF, il y a du minmapping, etc. Donc, on a commencé à proposer ce package en téléchargement gratuit via l’inscription à notre mailing en avril 2014.

Olivier Roland : Donc, ça, c’est quand vous avez commencé à vous constituer la liste. Et depuis, est-ce que vous avez essayé de la monétiser ?

David : Alors, on n’a pas commencé. On a juste commencé, c’était en décembre.

Olivier Roland : Le webinar, c’était votre première tentative. En gros, c’est plutôt encourageant pour vous.

David : Ah oui, carrément. C’est vrai que ça a commencé par ce taux de transformation sur un webinar d’une heure avec en plus un contenu qu’on n’avait même pas trop préparé parce qu’on l’avait déjà un peu sur l’étagère en fait. On fait ça tous les jours. Donc, le contenu qu’on a diffusé via PowerPoint là sur ce webinar, on l’a préparé en deux heures de temps quoi.

Sacha : Et en fait, honnêtement, dès le départ on a quand même réfléchi sur le blogging. C’est David d’ailleurs qui m’a fait découvrir ce monde là qu’honnêtement, moi il y a deux ans, je ne savais même pas qu’on pouvait vivre d’un blog. Très honnêtement. Et donc, on découvre ce monde-là. On a essayé de faire les choses sérieusement. Mais honnêtement, moi personnellement, je me suis toujours posé la question. On a monté un blog et je me suis dit : Mais qui est-ce qui va s’intéresser à ce genre de sujet-là ? Qu’est-ce qu’on va pouvoir avoir comme trafic sur un sujet qui est très pointu quoi. Forcément, moi ça passionne mais c’est quand même particulier. Et la réponse, c’est qu’il y a quand même du monde. Il y a du monde. Il y a des gens qui nous contactent directement. Nous, on avait des clients qui nous ont contactés directement par le blog. Après, l’étape d’après, c’est on va vendre quelque chose. Alors pareil, moi là honnêtement, je suis peut-être un peu négatif dans la vie mais je me suis dit : Mais qui est-ce qui va nous acheter ?

Olivier Roland : Non, mais c’est normal d’avoir ce genre d’interrogation. On passe tous par là.

Sacha : En plus, on propose beaucoup de choses gratuites et puis on se dit : est-ce que les gens vont passer ou pas quoi ? Donc, la réponse c’est oui. Donc, on avance étape par étape, tu vois. Et petit à petit, on gagne en confiance aussi. Mais c’est vrai qu’on le fait petit à petit. On apprend en avançant.

Olivier Roland : Génial. Ok. Donc, vous avez prévu de faire un deuxième webinar vu que le premier a cartonné ?

David : Grave !

Olivier Roland : Parce que j’ai envie de vous dire, vous n’avez eu que 30 personnes sur vos 900 là. Donc, il y a encore de la marge.

David : Oui, grave. En fait, comme je te disais tout à l’heure, le webinar qu’on a fait en décembre proposait en précommande un produit que normalement, on va mettre à dispo fin janvier là.

Olivier Roland : En gros, tu peux résumer le produit en deux, trois mots.

David : Alors le produit est un accès à un espace privé dans lequel on va sous forme de vidéo apprendre aux gens différentes techniques de facilitation. Donc, comment faire un brainstorming intelligemment et d’une manière optimisée. Comment partager une problématique ? Comment prioriser et prendre des décisions ? Comment construire un plan d’actions ? Et donc, via différentes pratiques qu’on maîtrise nous à bord parce qu’on fait ça tous les jours.

Sacha : Plutôt ludiques, qui se changent un peu des trucs traditionnels, les réunions un peu chiantes, on utilise beaucoup de visuels, du dessin, du jeu, enfin des choses un peu différentes.

David : Voilà et l’apport qu’on offre, c’est notamment de montrer ça sous forme de vidéo. C’est-à-dire concrètement, comment une pratique se joue pas à pas.

Olivier Roland : D’accord.

David : Ce qu’on voit aujourd’hui sur ces thématiques-là, c’est beaucoup de bouquins. Alors les bouquins, c’est très bien, c’est super bien. Par contre, sur ces pratiques-là, on a besoin de voir visuellement parce qu’on utilise énormément de visuels. On a besoin de voir visuellement le rendu étape par étape pour mener je pense correctement la pratique. Et la mener correctement, c’est atteindre l’objectif qu’on s’est fixé sur son temps de réunion.

Sacha : Donc, c’est un truc un peu tout clé en main. Tu vois, il y a une espèce de recette. On est un peu le marmiton du management quoi. C’est-à-dire on a une recette, dix étapes pour réussir ton brainstorming même si t’es en face de gens qui ne sont pas créatifs. Ou cinq étapes pour réussir à partager une vision, construire un plan d’actions de façon ludique en utilisant des cartes, en utilisant des gommettes, des choses un peu différentes mais qui… Voilà. Ça fait plusieurs années qu’on fait ça et ça marche vraiment bien, et c’est nouveau, c’est autre chose quoi.

Olivier Roland : Ok. Super. Waouh ! Donc là, vous avez prévu de faire d’autres webinars évidemment et sans doute tester aussi d’autres méthodes de vente puisque vous avez la preuve maintenant que vous avez des gens qui sont motivés.

David : Oui, tout à fait. Tout à fait.

Olivier Roland : Parce qu’en plus, il faut aussi que vous touchiez toutes les personnes qui ne sont pas allées au webinar et qui ne vont peut-être jamais aller à un webinar. Un webinar, comme je disais dans le lancement, c’est juste un canal de vente parmi d’autres. C’est très efficace mais il ne faut pas l’utiliser uniquement. Ça fait partie de votre trousse à outils mais il ne faut pas négliger les autres canaux non plus.

David : Oui. Donc, c’est vrai que là puisqu’on a l’expérience de ce premier lorsque la formation sera prête et disponible, on fera un deuxième webinar pour…

Olivier Roland : J’ai envie de vous dire. Ça, c’est le consulting gratuit qui est intégré à l’interview mais si vous avez déjà fait un webinar sur un produit qui n’existe pas, pourquoi pas en faire un deuxième sur ce même produit qui n’existe pas encore. Pourquoi attendre de le terminer ?

David : Oui, pourquoi pas ?

Olivier Roland : J’ai envie de vous dire : autant en faire un maximum de webinars, et puis… S’il est prêt, vous n’avez qu’à le faire.

Sacha : Oui, c’est vrai que l’idée de tenir sur un sujet en 20 minutes, on a pas mal de choses sur l’étagère qui peuvent le faire. Ben oui, carrément, carrément, c’est une bonne idée.

David : Oui.

Olivier Roland : Voilà, c’était la suggestion.

Sacha : Du coup, comment on fait ? On t’envoie un chèque comme d’habitude ou ?

Olivier Roland : Je vous envoie la facture, ne vous inquiétez pas.

Sacha : Ok, ça marche.

Olivier Roland : Alors, juste rapidement sur votre background là parce que votre projet est très intéressant. Aujourd’hui, cette entreprise, vous n’en vivez pas pour l’instant ?

David : Pas encore.

Olivier Roland : Alors qu’est-ce que vous faites à côté ?

David : Moi, je suis salarié mais la thématique qu’on aborde, c’est mon métier.

Olivier Roland : D’accord. Ton métier, c’est de faire des jeux ?

David : Comment ?

Olivier Roland : Ton métier, c’est de faire des jeux ?

David : Et bien, oui Monsieur.

Olivier Roland : Sympa comme boulot. Le soir, tu rentres : alors, t’as bien joué chéri ? Oui, ça va, oui ça va.

David : Ce n’est pas loin d’être la vérité. On utilise beaucoup le jeu notamment les lego, lorsque par exemple, nous, on fonctionne beaucoup en mode projet. Et donc, il y a des équipes qui se constituent. Et lorsqu’on lance des projets avec des équipes de 20, 30 personnes, sur des journées de lancement pour lancer le projet, un des jeux qu’on utilise c’est le lego. Donc, pour créer des effets de team building, pour lancer des messages sur la collaboration.

Sacha : Puisque le jeu est un super moyen de faire des prises de conscience en fait.

David : Voilà. Donc, les lego, c’est quelque chose qu’on utilise assez régulièrement. Ça peut paraître étonnant et c’est ce dont d’ailleurs qu’on parle, nous, sur le blog. C’est une méthodologie de travail qui sont différentes, qui sont assez innovantes, et peu rencontrée dans le milieu de l’entreprise qu’on essaie d’aborder régulièrement sur le blog en fait.

Sacha : Parce que toi typiquement avec le lego, tu vas mettre les mecs en équipe, les faire jouer. Ils vont avoir des comportements qui sont les mêmes que les comportements que tu retrouves sur un projet dans la vie professionnelle. Sauf que quand t’es dans le jeu, t’es un peu coupé de ton contexte. Et après, une fois que t’as fini le jeu, tu leur dis : Mais pourquoi vous avez réagi comme ça ? Pourquoi vous êtes allés voler des pièces ? Pourquoi vous avez fait ça ? Et donc, c’est un super moyen de faire prendre conscience de certains biais qu’on peut avoir dans le travail en équipe. Après le plus dur, c’est d’expliquer à mon fils qu’il n’a pas le droit de toucher au lego.

Olivier Roland : D’accord. Et donc, vous travaillez tous les deux dans le même job, enfin dans la même entreprise ?

David : Non, pas tout à fait. On a travaillé ensemble. Moi, je continue toujours à travailler dans cette entreprise là avec le souhait de me désengager tout doucement et progressivement de cette société là pour passer dans celle qu’on a créé puisque je suis associé à Sacha, qui Sacha, lui, il va te dire.

Sacha : Bon, on a monté le Worklab, ça s’appelle. C’est une société de conseil dans le collaboratif, des nouvelles façons de travailler. On fait de la formation, de l’évènementiel, et de l’accompagnement au changement en fait.

Olivier Roland : Et ça aujourd’hui, c’est une entreprise qui tourne ?

Sacha : Ben qui démarre.

Olivier Roland : Donc, toi Sacha, là t’es dessus, t’es à temps complet sur cette nouvelle entreprise ?

Sacha : Je suis à fond.

Olivier Roland : T’es à fond, Ok. D’accord. Et t’as pas fait attention à pouvoir bénéficier d’aide, du genre tu continues à toucher les allocations de chômage, ce genre de chose ?

Sacha : Ça, oui.

Olivier Roland : Oui, super. Alors moi, j’ai une question pour vous les gars parce que finalement ce que vous faites là, c’est ce que rêvent de faire beaucoup de français, à savoir quitter leur job et puis créer leur boîte. Ou comme tu fais toi David, de garder ton job à côté mais quand même de te lancer dans un projet. Alors, comment vous avez fait pour convaincre la peur ? Déjà, est-ce que vous l’avez ressentie et comment vous avez fait pour la vaincre et vous lancer ?

Sacha : Alors là, c’est clair que c’est un saut dans le vide. Et après, je ne sais pas. Ça dépend des cultures des gens. Moi, je ne suis pas dans une famille où on est entrepreneur. Déjà changer de boulot, c’est très compliqué d’expliquer à ma famille. C’est généralement mais pourquoi tu changes de boulot ? Les gens ne sont pas contents de toi ? C’est ça ? C’est pour ça ? Donc, déjà changer de travail, de poste de travail, c’est compliqué. Après, il faut se faire violence. Bon le blogging, ce que je trouve ce qui est assez génial, c’est effectivement, il y a une espèce de transition douce quoi. C’est-à-dire petit à petit, t’acquières une espèce d’autonomie, tu arrives à tester des choses et ça te donne confiance pour aller un cran plus loin. Parce que tu peux toujours le faire effectivement quand t’es en poste. Ça, c’est plutôt pas mal. Et puis oui, c’est aussi le côté Lean startup. Donc, ça a un côté tu es très pragmatique, tu testes les choses, tu vois si ça marche et ça, c’est rassurant quoi. Ça, ça te permet de franchir des étapes et d’aller toujours un cran plus loin jusqu’au moment où tu fais le grand saut quoi.

David : Et puis bon, c’est vrai que la dissociation société est donc prise plutôt par Sacha parce qu’il est à plein temps, et le blog que moi, je continue à faire vivre parce que c’est quelque chose qu’on peut faire quand on continue d’avoir un job à côté paraît vachement naturel en fait. On arrive à faire vivre ça tant bien que mal mais je pense qu’on y arrive quand même de manière assez naturelle, assez logique dans la situation dans laquelle on est aujourd’hui.

Sacha : Et pour se lancer, typiquement, il y a des choses qui donnent confiance. Typiquement, avoir des retours, avoir des clients qui t’appellent parce qu’ils ont vu ton blog, ils ont trouvé ça intéressant, avoir ce genre de chose, ce n’est pas un chiffre d’affaires mais en tout cas, c’est des choses qui te donnent confiance et qui donnent le courage de se lancer pour le vrai quoi. Je trouve. Ça fait partie du truc quoi.

Olivier Roland : Oui, alors c’est très intéressant ce que vous dites. C’est exactement d’ailleurs le sujet du livre que je suis en train d’écrire, à savoir comment utiliser le Lean startup et les technologies du web pour, comme vous dites, lancer un projet à côté de son emploi de salarié, minimiser les risques au maximum et avoir un maximum de données avant de vraiment faire le grand saut, ce qui est quand même très rassurant. Parce que comme vous l’avez dit, voilà, un blog c’est gratuit, ça ne coûte rien. Enfin, bon 30 euros pour l’hébergement par an, la belle affaire. Et vous pouvez faire ça à temps partiel à côté de votre job. Et du coup, ça permet déjà de tâter pas mal le marché et de faire pas mal d’expérimentations sympas avant de se lancer dans le vide. Et c’est vrai que c’est quelque chose d’extraordinaire.

David : Oui.

Olivier Roland : Il y a 20 ans, c’était beaucoup plus compliqué que ça de lancer une entreprise. Et là ; on peut créer un blog comme ça aujourd’hui qui va devenir une entreprise le week-end ou le soir en rentrant du boulot, et c’est génial.

David : Oui, c’est clair. C’est vraiment génial. Il n’y a aucune intermédiation en fait entre le client final et puis toi, nous. On est en contact direct et ça, c’est hyper appréciable.

Sacha : Et t’as le feed-back quoi. Ça, c’est vachement précieux quoi parce que t’as des retours de gens, tu vois si ça intéresse ou si ça n’intéresse pas. Tu peux ajuster, tu vois. Parce que sinon, t’es dans le vide en fait. Quand tu veux monter une boîte, il y a des gens qui restent un an dans leur bocal sans toucher, sans être en contact avec personne. Finalement, ils se lancent mais tu ne sais rien en fait. Ils ont eu l’idée d’y aller mais tu n’en sais rien en fait. Tu n’as aucun retour, aucune façon de le faire. Et moi, je suis d’accord et je trouve qu’il y a énormément de similitude entre la Lean startup et l’aspect blogging. Il y a vraiment le même état d’esprit côté très pragmatique, il y a vraiment des connexions à faire qui sont hyper intéressantes.

Olivier Roland : Et vous avez remarqué que le webinar est une manière d’aller au-delà du Lean startup parce que le Lean startup, c’est on sent le produit viable au minimum, le prototype et on le vend, et on voit les feed-back des clients. Le webinar, c’est on vend un produit avant même qu’il soit créé. Donc, c’est encore un conduit et ça te permet carrément de voir dans le futur.

Sacha : Oui, tu as tous les aspects l’indique page et tout là sur tout ce qui est Lean startup où tu fais semblant d’avoir un produit. Je me souviens d’avoir fait, ça, c’était génial. On avait fait un week-end un Lean startup machine à Rennes. Les mecs nous avaient donné plein d’astuces mais il y en avait une que j’avais trouvée géniale, le mec, il te dit : t’as un produit, t’as l’impression que c’est génial. Ce que tu fais, tu crées une annonce sur le Bon coin. Ton produit n’existe pas, ce n’est pas grave et tu vois si les mecs t’appellent. Si on t’appelle, ça veut dire qu’effectivement, ça intéresse les gens. Donc…

Olivier Roland : Ben Olivier Seban, l’expert en immobilier a une astuce similaire. S’il veut voir par exemple, s’il veut acheter des places de parking notamment, pour être sûr que ça va bien se louer, il passe une annonce dans le Bon coin pour dire qu’il y a un parking à louer. Et s’il y a des gens qui appellent, à ce moment, il achète le parking.

David : C’est exactement ça.

Olivier Roland : C’est tout bête mais.

Sacha : Ah mais ça, c’est du pragmatisme terrible.

Olivier Roland : C’est vraiment efficace, ça ne coûte rien et ça ne prend pas beaucoup de temps. Et voilà, au moins, on est sûr de… Et c’est comme ça aussi que j’ai créé ma première boîte. Avant, j’avais testé l’idée de faire du dépannage comme ça, informatique à domicile, en passant des petites annonces dans des journaux d’annonces gratuits. Et quand j’ai vu ce que ça rapportait comme chiffre d’affaires, c’est là où je me suis décidé à quitter l’école et à créer ma boîte parce que j’avais les données qui me montraient qu’effectivement, il y avait un marché. Et l’expérimentation a coûté 60 francs à l’époque, 10 euros. C’est vraiment quelque chose que tout le monde peut faire.

Ok. Waouh ! Bon ben, c’est génial, je pense qu’on a un bon aperçu de votre projet, de votre démarche qui fait rêver beaucoup de français. Je pense que chères personnes, chers, on ne peut pas dire téléspectateurs, il n’y a pas encore de mots pour les gens qui regardent les vidéos sur Youtube, internautes on va dire. Et bien voilà, si vous rêvez aussi de créer votre entreprise, voilà une approche possible. Essayez de mettre en place comme ça une expérimentation qui ne va pas vous coûter de l’argent, qui va vous demander juste un petit peu de temps mais vous pouvez travailler dessus à temps partiel. Et vous pourriez essayer d’être en relation comme ça concrètement avec votre marché, avec votre audience pour voir si ça colle. Et si ça marche, vous serez beaucoup plus rassuré, vous aurez beaucoup plus de données pour comme ça faire le grand saut, quitter votre job et vous mettre à fond dans votre entreprise et ça peut faire toute la différence du monde.

David : Exactement.

Sacha : Complètement.

Olivier Roland : Bon ben, très bien. Merci pour cette interview. Et puis donc aussi, ce qu’il faut retenir de tout ça, c’est que voilà, il y a des gens qui voient les lancements orchestrés avec des vidéos comme des évènements purement commerciaux. Mais ce que finalement ces gens-là loupent, c’est que dans ces lancements-là, quand c’est bien fait, il y a toujours de l’excellent contenu gratuit qui est donné parce que c’est la base même. Enfin, c’est un des concepts clés des lancements. C’est qu’on donne justement comme ça un échantillon de ce qu’on va vendre derrière. Et du coup, il faut que l’échantillon soit le plus pertinent possible. Et donc quand c’est bien fait, il y a de l’excellent contenu et il y a des gens qui ne comprennent pas ça. Et vous, vous l’avez compris au point que vous l’avez appliqué. Vous avez vu les résultats avec. C’est quand même extraordinaire.

Voilà. C’est un point clé à retenir. Les lancements, ce n’est pas juste des trucs pour vous embêter, à recevoir 15000 emails tous les jours. C’est aussi des occasions d’apprendre, de vraiment avoir de l’excellent contenu qui est donné par un expert et ce gratuitement.

Sacha : C’est comme ça qu’on le voit. Enfin franchement, c’est vrai qu’il y a forcément un aspect commercial mais on n’oppose pas les deux quoi. C’est pas parce qu’on fait du commercial que l’on fait que ça et qu’on ne donne pas quelque chose de qualité, et on n’a pas une vision humaniste du truc. Clairement, c’est vrai qu’honnêtement le fait de faire des vidéos pour diffuser ce savoir-là, c’est aussi pour nous une façon de diffuser hyper largement ce genre de méthode de travail à des gens qui n’auraient pas accès à soit de la formation, soit du conseil.

Olivier Roland : Exactement.

Sacha : Il y a plein de boîtes qui n’ont pas les moyens de se payer du conseil, ça, c’est clair. Et il y a plein de boîtes qui n’ont pas les moyens non plus de se payer forcément des jours de formation. Et ça, c’est un moyen en tout cas de diffuser ce genre de pratique-là, donc, il y a forcément du business parce que voilà, il en faut un pour vivre. Mais en tout cas, il y a quand même une vision aussi derrière, c’est vraiment de diffuser largement ce genre de méthodes de travail quoi.

Olivier Roland : Oui. D’ailleurs, vous me disiez dans votre mail que voilà, comme vous en êtes au début du projet, vous n’avez pas encore les moyens de vous inscrire à webinar Pro. Mais voilà, vous avez pu prendre le contenu gratuit et déjà faire pas mal de chose avec. Donc, c’est super.

David : Tout à fait.

Sacha : Carrément.

Olivier Roland : Bon, ben écoutez, tout le mal que je vous souhaite, c’est que vous allez organiser peut-être deux, trois, quatre, cinq webinars encore dans ce mois-ci. Je veux dire, vous savez que c’est la première erreur que font les débutants qui réussissent à faire un truc. Voilà. Ils font un truc qui marche, c’est génial, ils sont contents et ils arrêtent. Ils se disent : ah, c’est génial, j’ai fait un truc qui marche. Et puis, ils arrêtent de le faire. Et je leur dis : Mais pourquoi vous arrêtez de le faire ? Et là, ils me regardent et font : je ne sais pas. Quand vous avez trouvé un truc qui fonctionne, il faut l’utiliser encore, encore et encore. Je ne sais pas. C’est comme si par exemple vous appreniez le karaté et que vous appreniez à faire une technique qu’on vous a appris. Et c’est comme si elle fonctionnait, vous dites : Ah, c’est bon là, elle a fonctionné une fois, maintenant je ne vais plus l’utiliser dans un combat. Est-ce que c’est logique de faire ça ? Non, donc, voilà. Quand vous avez trouvé un truc qui marche, il faut l’utiliser encore, encore et encore.

David : Oui, on prend ça comme un cadeau. Et crois-moi que dès demain, on envoie un mailing.

Olivier Roland : Super ! Voilà, génial ! Bon ben, très bien. Donc, merci beaucoup David et Sacha.

Sacha : Merci à toi !

David : Merci.

Olivier Roland : Merci d’avoir partagé ça avec nous. Et donc comme d’habitude, là je m’adresse à mon audience Youtube, et bien j’ai besoin de votre feed-back. Si vous avez aimé cette interview et l’approche, la démarche de David et Sacha, cliquez sur « j’aime » juste en dessous et puis partagez la vidéo. Et puis comme d’habitude, vous pouvez aussi recevoir gratuitement mon livre « Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog » qui vous donne d’autres techniques, d’autres méthodes justement pour créer ou développer votre business sur Internet avec un blog. Pour ça, vous cliquez sur la couverture qui apparaît là ou sur le lien qui apparaît ici. Ou alors si vous regardez la vidéo sur un Smartphone qui ne vous permet pas de cliquer, vous allez sur olivier-roland.tv/livre. Vous laissez votre prénom et votre email et je vous envoie le livre immédiatement. C’est comme ça, c’est gratuit.

Merci d’avoir regardé cette vidéo. A demain pour la prochaine. Au revoir.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts
Showing 9 comments
  • Nicolas

    Bonjour,

    Effectivement 33€ par prospect est un résultat vraiment génial, félicitations. Avec un peu plus de trafic, vous allez cartonner ! Perso, je tourne à environ 1,5-2€ par prospect… Mais je travaille ça.

    Cordialement,

    Nicolas

  • Jérémy

    Ce témoignage est extra et motivera à coup sûr de nombreux entrepreneurs. Je suis épaté par leurs méthodes. Grâce à cette interview, on peut se rendre compte qu’ils ont la tête sur les épaules, ils iront loin !

  • Samuel

    Merci à vous de nous faire partager cette expérience, c’est étonnant de voir qu’aujourd’hui on peut vire un blog sur un sujet pour lequel au départ on est débutant.
    En effet beaucoup de personnes ne s’épanouissent plus dans leur job et ce depuis plusieurs années, se forcent, et même parfois se rendent malades en continuant de faire le même travail car le changement les effraie.

    Je suis admiratif des gens comme David et Sacha qui sont allés au-delà de la peur de l’échec et du changement afin d’essayer de construire un avenir plus prometteur et en phase avec leurs aspirations.
    Enfin, merci Olivier de promouvoir en France le monde du blogging professionnel et de nous offrir l’opportunité de changer nos vies.

  • Christopher L

    Bonjour,

    Merci pour cet interview très intéressant.

    Petite question : 150 vues pour 4 inscrits par jour. Comment arrivez-vous à ce résultat ? Cela me semble rare d’avoir autant d’inscrits pour ce nombre de vues.

    Merci et très bientôt !

    Christopher

  • landry

    Tu es vraiment un as du blogging Olivier. Cet article est génial pour plusieurs raisons : il peut être lu sur plusieurs formats (écrits, vidéo, audio), il montre la ligne de conduite aux amateurs du blogging comme moi, il est fait en ton simple pour faciliter la comprehension par tous le monde. Je reste attentif à tes prochains articles et te souhaite bonne continuation..

  • Romaric

    Bonjour Olivier,

    Excellente vidéo qui montre que l’on peut faire du chiffres d’affaires sans avoir encore sorti le produit.

    Le monde de l’Internet est très puissant et une personne qui à un blog très récent peut réussir rapidement

    A bientôt

    Romaric

  • Nicolas

    Interview intéressante, surtout au niveau des chiffres pour la fréquentation du site.
    Le domaine en question est vraiment intéressant : « mon métier c’est de faire des jeux »
    Et en effet le jeu est une super manière de faire prendre conscience des choses, à la manière de R.Kyosaki (rich dad, poor dad).

  • Thomas N

    C’est effectivement une belle performance, bravo à vous ! De plus en plus d’entrepreneurs lancent des webinaires et parviennent à gagner de l’argent grâce à Youtube etc Et quand on trouve une niche, le potentiel de gains est encore plus important !

  • Cédric N

    Bravo pour cette performance ! C’est là que l’on se rend compte à quel point Youtube est un vecteur d’enrichissement pour de nombreux entrepreneurs. Le plus difficile est de trouver le thème sur lequel commencer son activité…

Leave a Comment

15-dimmigre-illegal-a-entrepreneur-a-succes-luciano-a-fait-pleurer-le-bresil-avec-son-histoire-incroyable13-comment-changer-de-vie-rapidement-en-demenageant-a-letranger