Comment j’ai appris à écrire

Home / Articles / Comment j’ai appris à écrire

Cet article invité a été écrit par Julie du blog Fitnessement-Femme.com

écrire article de blog

Écrire dans un blog, se lancer dans l’aventure de l’écriture, c’est accepter d’être vu et lu. Si vous êtes stressé à l’idée de vous dévoiler sur votre clavier et de vous exposer sur le web, voici une méthode tout terrain pour apprendre à écrire efficacement.

Introduction

Lorsque j’ai commencé à bloguer et donc à écrire, il me semblait que je ne partais pas tout à fait de zéro. En effet, j’ai suivi de longues études universitaires, ce qui signifie d’inévitables rapports, mémoires et partiels. L’écriture ne me fait donc pas peur. Durant toutes ces années universitaires, je n’ai pas eu le droit aux fautes d’orthographe, de grammaire ou encore de syntaxe. Enfin, mon précédent job consistait justement à rédiger des textes, des brochures et des panneaux pour le public. Avec tout cela, il me semblait que j’étais bien munie pour écrire. Cependant, avec le blog, j’ai découvert une tout autre réalité, car, pour être blogueur, il me fallait aller au-delà de ce que je maîtrisais si bien.

Dans cet article vous lirez comment :

1. Je me lance

Je m’inscris sur Upwork et je reçois ma première commande.

2. Je m’astreins à une méthodologie

Je maîtrise le nombre de mots, les mots clés, le référencement et les phrases d’accroche.

3. Je développe mes compétences

Je m’entraîne à l’écriture et aux recherches sur de nombreux sujets, j’identifie mes limites.

1. Je me lance

Puisqu’il me faut apprendre à écrire dans un style Blog pour le plus grand nombre, je choisis une formule d’apprentissage rapide et surtout radicale, je m’inscris pour travailler sur Upwork.

Qu’est-ce-qu’Upwork ?

C’est une plate-forme internationale où des freelances proposent à distance leurs services d’écriture, d’informatique ou encore de création, la plateforme s’occupant de gérer les paiements et les documents administratifs entre les parties. C’est assez simple et très bien conçu. Ma force étant l’écriture, un bon français et une rédaction aisée je sélectionne tout naturellement la catégorie écriture, relecture et correction en français.

Je m’inscris sans vraiment savoir où je vais :

Pour répondre à des propositions ciblées de rédactions d’articles en français, je commence par remplir une fiche d’informations professionnelles. Je mets en avant mes qualités rédactionnelles, je souligne une certaine french touch de mon style, je propose un très bon niveau de français, de rédactionnel, une écriture aisée, rapide et une excellente syntaxe, le tout argumenté par un niveau d’études et des expériences.

Notons, qu’aucune preuve de tout ce que j’avance ne m’a jamais été demandée. Cependant, les clients peuvent laisser des notes et des commentaires à votre sujet ; il est donc préférable de ne pas mentir.

Ma première commande :

comment j'ai appris à écrire

Rapidement, je reçois une première commande : un article en naturopathie à rédiger en trois heures, 500 mots, mal payé (mais il faut bien débuter). Cela me semble facile, j’ai une copine naturopathe, je sais donc de quoi il en retourne. Cependant, je suis au travail et une réunion est sur le point de commencer. Pour ce premier article j’ai besoin de temps, mais je n’en ai pas, pourtant je dois faire mes preuves. Me voici donc en salle de réunion (qui a la bonne idée de commencer en retard) à courir après le WiFi, à écouter d’une oreille le thème du jour tout en écrivant sur la naturopathie. Bref, je m’en sors et je décroche un premier contrat. Les commandes commencent à arriver et je vais ainsi écrire durant plusieurs mois sur toutes sortes de sujets.

2. Je m’astreins à une méthodologie

La rédaction d’un article exige de respecter certains critères propres au Web et à ses lecteurs.

Maîtriser le nombre de mots :

Le nombre de mots est généralement imposé par le client. La maîtrise du nombre de mots d’un article est un apprentissage très intéressant. Il oblige à contrôler son vocabulaire et il détermine un certain type d’article.

Plus l’article est court, plus le style d’écriture doit rester simple et percutant, car le lecteur est tenté de le lire en diagonal pour n’en retenir que l’essentiel.

Un article long, c’est-à-dire au-delà de 700 mots environ, sera de préférence structuré selon un plan logique et argumenté. Le lecteur doit être porté, il faut lui raconter une histoire et le retenir jusqu’à la fin.

Enfin, au moment de la relecture de l’article, les corrections effectuées au fur et à mesure modifient inévitablement le nombre total de mots. Le travail devient alors pertinent, car il faut suffisamment maîtriser le français pour reformuler les phrases tout en conservant le propos et en poursuivant le décompte. J’ai désormais tendance à m’imposer un nombre de mots pour mes propres articles. Cet exercice me permet surtout de déterminer le type d’article que je souhaite publier.

Utiliser les mots clés :

Le client impose généralement les mots clés à utiliser ainsi que leur pourcentage de présence. Je dois avouer être soulagée lorsque ces éléments sont précisés, car c’est une indication primordiale parmi toutes les informations communiquées. Elle permet de bien cibler les attentes du client et sera utilisée dans le référencement.

Les mots clés imposés par des clients non francophones m’ont cependant quelques fois troublés. Connaissez-vous le podiatrist ? Ne trouvez-vous pas que « Fenêtre PVC rive-sud » est grammaticalement difficile à caser dans une phrase ? Ces clients comprennent parfois difficilement qu’en français on ne supprime pas les accents. Qu’à cela ne tienne, la fantaisie s’est parfois imposée dans mes articles et j’ai aussi utilisé le franglais.

Trouver une phrase d’accroche :

Chacun de mes articles commence par une phrase d’accroche. Ceci est particulièrement important pour les articles courts où il faut retenir l’attention du lecteur. J’ai donc mis en place un répertoire de formules accrocheuses et adaptables à de nombreux sujets.

3. Je développe mes compétences

Un système d’écriture rapide :

Étant mal payée, j’estime que la rédaction de chaque article doit être rapide. Si les toutes premières commandes me demandaient deux heures de travail, un mois plus tard, il ne me faut plus que trente minutes pour boucler un article court.
Mon astuce ? La dictée vocale sur mon ordinateur qui me permet une rédaction fluide et efficace. J’apprends ainsi de nouvelles techniques sur mon ordinateur.

Je fais des recherches :

Je reçois de nombreuses commandes sur la fiscalité, les prêts bancaires et les médecins au Canada. Ne maîtrisant pas ces sujets, je dois effectuer des recherches. Cependant, toujours dans l’optique de réduire mon temps de travail, j’ai décidé de les cibler. Il s’avère que, pour les articles courts, les informations n’ont pas besoin d’être développées. Par contre, pour les articles longs, elles doivent être plus argumentées. J’ai donc perfectionné mes méthodes de recherches sur le web en utilisant les mots clés, le référencement et la lecture rapide.

Je travaille sur des sujets incroyables :

Grâce à Upwork, j’ai survolé la fiscalité à Montréal, promu la vente de compresseurs à air ou encore corrigé une brochure technique sur les tracteurs indiens. Je m’ouvre l’esprit.

Je ne cherche pas à faire l’impossible :

Il est impossible de tricher sur Upwork. Des articles insatisfaisants peuvent générer de mauvais commentaires visibles par tous. Je ne tente pas d’aller au-delà de mes capacités.

Je me méfie de moi-même

Je remarque que je manque d’efficacité à certains moments de la journée. Ainsi, en fonction de ma fatigue, je dois planifier les commandes. J’apprends à me connaître.

Je me fais reprendre :

Convaincue de ma polyvalence, je pensais, au début de cette aventure, pouvoir travailler sur tous les sujets demandés. Mes limites me sont clairement apparues lorsque j’ai accepté une commande concernant un logiciel pro. Plutôt que de m’entêter, j’ai alors choisi de rappeler le client et de lui avouer mon incapacité à traiter de façon satisfaisante son sujet. Je suis heureuse d’avoir été honnête.

Conclusion

En quelques semaines seulement, j’ai appris à rédiger efficacement et rapidement des articles sur de nombreux sujets.

Si l’exercice de rédaction ne m’a jamais effrayé, cet apprentissage avec Upwork m’a permis de réaliser à quel point écrire sur le web possède ses propres exigences. Mon style initial n’était pas percutant, car trop littéraire.

  • J’ai appris à maîtriser l’usage des mots clés, ce qui m’est très utile désormais.
  • J’ai appris à optimiser mon temps d’écriture en mettant à profit mon ordinateur d’une façon différente.
  • J’ai appris à écrire sur des sujets que je ne connaissais pas. J’ai mis en place une méthodologie de recherches pour trouver rapidement et efficacement les sites d’informations sur différentes thématiques.
  • J’ai appris à optimiser mon temps.
  • Je sais capter l’attention des lecteurs en quelques mots seulement, car je me suis entraînée à le faire. Je peux aborder de nombreux sujets, mais avec des limites cependant.
  • J’ai appris à maîtriser mon style d’écriture, à me relire efficacement, à utiliser un processus d’écriture/relecture en fonction de mon temps et surtout de ma disponibilité.

Pour terminer, je conseille cette expérience intéressante à tous. En quelques semaines seulement, Upwork m’a appris davantage que toute autre méthode d’écriture.

Julie du blog Fitnessement-femme.com

comment écrire un article de blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

j ai appris ecrire
Related Posts
Showing 10 comments
  • Gwendoline

    Intéressant comme retour d’expérience Julie, merci !

    Pour moi écrire sur mon blog m’a permis d’apprendre et me trouver un nouveau style d’écriture qui n’est effectivement pas le même que lorsque l’on doit écrire des rédactions à l’école ou des rapports en entreprise.

    C’est un nouveau défi challengeant et motivant ! Je me suis cependant arrêtée sur des articles de 1 000 – 2 000 mots qui, à mon sens, sont plus intéressants à rédiger !

  • JULIE

    Bonjour Gwendoline. Merci pour ton commentaire sur le nombre de mots. Avec le blog, beaucoup de personnes découvrent qu’elles savent finalement écrire car on peut se lancer sans être académique. C’est très valorisant, surtout lorsque les autres vous font des commentaires sympas ! Julie

  • Fassar Maurice

    Julie, tu as un joli blog. De plus, j’aime les flocons de neige qui en tombent. Quel plugin as-tu utilisé pour cela? Est-ce Jetpack?? Merci aussi pour ce partage! L’écriture sur le web n’est pas chose facile. Moi j’écris en général un article par semaine mais je me demande si ce n’est pas petit et je veux augmenter à articles par semaine…
    Tu en penses quoi, Julie? La gestion du temps est aussi un grand problème pour moi. Comment gères-tu le temps de rédaction de tes articles?

  • JULIE

    Bonjour Maurice. Merci pour ce gentil commentaire. Pour la neige, j’utilise le plugin SUPER SNOW. Il est tout simple à installer. J’avais un peu peur de faire trop kitch au début, mais je le trouve vraiment sympa ce Plugin ! Tu as raison de vouloir passer à 2 articles par semaine, pour ta visibilité c’est mieux. Tu peux alterner des articles courts et des plus longs sans que cela ne te prenne trop de temps. Question organisation (même si je n’arrive pas toujours à m’y astreindre, j’ai une liste avec plein de sujets dont je souhaite parler à un moment et je pioche dedans. Ensuite, je rédige qq jours avant et je publie le jour choisi. Il m’est aussi arrivé de rédiger plusieurs articles d’un seul coup et de programmer des publications à intervales. Bonne journée, Julie

  • Nathan Mosse

    Je découvre ton blog. Tes article inspirent et instruisent. Beaucoup de courage.

  • JULIE

    Bonjour Nathan. Merci pour tes encouragements. Julie

  • Fassar Maurice

    Waw, Julie! Tu m’as répondu très VITE. Merci pour ta disponibilité et merci de m’avoir suggéré ce plugin pour mettre de la neige sur mon blog! Oui, j’ai commencé maintenant à écrire 2 articles par semaine d’autant plus que j’ai 2 grandes catégories sur mon blog ‘une pour les écrivains et une autre pour les scénaristes).
    J’ai décidé d’augmenter parce qu’avec un article par semaine j’avais l’impression de diviser mes efforts par 2. Je ne sais pas si tu comprends ce que je veux dire. Avec un article, j’ai peur de plus favoriser telle catégorie et d’en défavoriser l’autre… Maintenant, je compte choisir un jour de publication pour chaque catégorie.
    Merci pour tes conseils aussi par rapport à la gestion du temps. Je vais essayer de les appliquer avec les articles courts.
    Au fait, t’arrive-t-il de prendre des vidéos sur Internet et de les transformer en article??? Je le fais parfois mais j’ai peur d’en abuser ou d’être accusé par Google de faire du duplicate content. Or, ce n’est pas mon intention.

  • JULIE

    Bonjour. Oui, je vois, en fait tu as deux types de clientèles visées. Par mal.Concernant la gestion du temps, certains blogueurs font une programmation des écritures d’articles sur une année (!) ce qui leur permet d’intégrer, et de ne pas louper, des évènements récurrents. C’est une méthode intéressante mais qui ne convient peut être pas à tous. Pour te répondre, non je ne transforme pas de vidéos, mais pourquoi pas, du moment que tu en retire quelques chose qui te ressemble au final. Julie

  • Fassar Maurice

    Et toi, cette méthode de programmation en un an, te convient-elle?
    Au fait, Julie! Est-ce qu’il y a une adresse email de contact sur ton blog??? Je veux te faire individuellement quelques remarques et suggestions pour améliorer…

  • JULIE

    Bonjour Maurice.
    Pour arriver sur mon blog, tu peux cliquer sur le nom de mon Blog au début de cet article ou à la fin.
    J’ai testé la méthode de programmation mais à ma sauce je dirais. J’ai fais simplement un tableur sur un an avec mes thématiques déjà choisies et mes dates de publications. Je dois cependant le compléter dans 6 mois. Ainsi, on ne peut pas passer à côté des grosses échéances saisonnières par exemple. Mais l’astuces est de planifier dans ce même tableau les publications sur tous les réseaux et avoir une stratégie et une vue globale. Julie

Leave a Comment

5 Shares
Share5
Tweet